Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

Afrique

Rached Ghannouchi : "Nous comptons gouverner longtemps"

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/10/2011

Dimanche, les Tunisiens se rendront aux urnes pour élire l’Assemblée constituante. Un scrutin historique dont le parti islamiste Ennahdha est le grand favori. Son chef, Rached Ghannouchi, répond aux questions de FRANCE 24.

"J’espère que nous allons gagner, comme semblent l’indiquer tous les sondages." Lors d'un entretien accordé à FRANCE 24, Rached Ghannouchi, le leader du parti islamiste Ennahdah (renaissance en arabe), s’est montré très confiant sur l’issue du scrutin historique qui se tiendra dimanche en Tunisie.

Intentions de vote à l'élection du 23 octobre

Ennahda : 25%

PDP : 16%

FDTL : 14%

CPR (Congrès pour la République, parti de centre gauche allié à Ennahda): 8%

Afek Tounes : 3%

PDM : 2%

Autres partis (106 autres formations participent à l'élection) : 32%

Sondage réalisé en septembre par l'Observatoire tunisien de la transition démocratique.

Pour consulter le détail du sondage, cliquez ici.

Le pays, locomotive du "printemps arabe", doit en effet élire la future Assemblée constituante, première étape vers un État démocratique, neuf mois après la chute du dictateur Zine El-Abidine Ben Ali, chassé en janvier par un soulèvement populaire. Et si Rached Ghannouchi est si confiant, ce n’est pas seulement parce que les sondages lui prédisent des intentions de vote entre 20% et 30%, mais aussi parce que son mouvement a tout fait pour tenter de l’emporter. Une campagne tout-terrain, des candidats dans chaque région et une notoriété certaine, Ennahdah veut sortir de l’ombre, après avoir été pourchassé et longtemps interdit par le régime Ben Ali.

À l’heure de Facebook

Mais les critiques pleuvent sur ce parti au passé sulfureux qui promeut désormais une image modérée en adéquation avec les idées démocratiques. Ses adversaires l’accusent de tenir un double discours pour dissimuler un agenda radical qu’il n’a jamais renoncé à appliquer. "Nos contradicteurs utilisent la même stratégie que Ben Ali, en brandissant la menace terroriste afin de faire peur à la société. Mais ce discours est dépassé, car la révolution a justement mis un terme à la peur", se défend Rached Ghannouchi, rentré en Tunisie fin janvier après vingt ans d'exil à Londres

Auteur de prêches extrémistes dans les années 1980, le fondateur d’Ennahdah souhaite que son parti soit jugé sur son programme et ses actes et que cessent les procès d’intention. "Nous sommes à l’heure de Facebook, où tout se sait et où tout est public. Ceux qui font des promesses et qui les renieront seront démasqués et plus personne ne leur fera confiance", déclare-t-il. Et d’ajouter : "Or nous comptons gouverner longtemps, pas seulement une année."
Désavantagé par le mode de scrutin retenu, la proportionnelle au plus fort reste, qui favorise les petits partis, Ennahdah ne pourra pas obtenir la majorité absolue et prône par conséquent un gouvernement de large union. "Il faudra accepter les résultats et nous nous allierons avec tous ceux qui accepteront de s’allier avec nous, pourvu que nous puissions nous entendre sur le programme", explique à France 24 Rached Ghannouchi.
 
Interrogé sur la fin de campagne électorale qui a été dominée par plusieurs incidents, impliquant des salafistes, comme le saccage du domicile du PDG de Nessma TV - une chaîne de télévision privée -, Rached Ghannouchi a condamné la violence. Mais il estime que la chaîne a provoqué les musulmans en diffusant le 7 octobre le film franco-iranien "Persepolis", jugé blasphématoire car représentant Dieu - ce que l'islam proscrit. "Les salafistes sont des citoyens tunisiens, tant qu’ils respectent la loi, nous sommes avec eux, si au contraire ils s’éloignent de la loi, nous sommes contre eux", conclut-il.

Première publication : 17/10/2011

  • TUNISIE

    Le scrutin du 23 octobre, source d’espoirs et d’inquiétudes

    En savoir plus

  • TUNISIE

    "Après 42 années d’exil, je peux enfin aspirer à la démocratie"

    En savoir plus

  • TUNISIE - REPORTAGE

    Les candidates tunisiennes cherchent leur place dans le paysage politique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)