Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

EUROPE

Moody's abaisse la note de l'Espagne de deux crans

©

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/10/2011

L'agence de notation Moody's s'est montrée plus dure que ses concurrentes en abaissant à A1 les obligations d'état espagnoles, lui refusant de fait le statut d'émetteur de haute qualité. Une note qui pourrait encore être dégradée à moyen terme.

AFP - L'agence d'évaluation financière Moody's a asséné mardi un coup dur à l'Espagne en abaissant la note de solvabilité du pays de deux crans, et en indiquant que celle-ci risquait d'être abaissée encore à moyen terme.

L'agence note désormais "A1" les obligations d'Etat espagnoles à long terme, et non plus "Aa2", refusant ainsi à l'Espagne le statut d'émetteur de haute qualité pour la ravaler au rang des émetteurs solides mais susceptibles d'être affectés par des changements de la situation économique.

"A1" correspond à la cinquième meilleure note sur l'échelle de Moody's.

Celle-ci est plus dure avec l'Espagne que ses concurrentes Standard and Poor's et Fitch, qui ont toutes deux abaissé la note du pays à "AA-" (quatrième meilleure note) dans les quinze derniers jours.

Moody's justifie sa décision par le fait qu'à ses yeux, "l'Espagne continue d'être vulnérable aux tensions sur les marchés", que sa croissance économique ne devrait atteindre que "1% au mieux" en 2012 (et non 1,8% comme elle le pensait jusque-là), et que cela "rendra encore plus difficile la réalisation des objectifs budgétaires ambitieux" du pays.

L'agence s'inquiète en particulier de la capacité des collectivités régionales indépendantes à atteindre leurs objectifs.

Moody's avait annoncé fin juillet qu'elle envisageait d'abaisser la note de l'Espagne.

"Depuis lors, écrit l'agence, les défis de financement" qui se posent aux Etats européens, "ainsi que l'incertitude entourant les détails du soutien à venir à la zone euro comme la croissance économique à court terme (et partant la probabilité d'une réduction plus forte des déficits) ont augmenté plutôt que diminué".

L'agence rappelle à ce sujet que sa décision d'abaisser la note de Madrid, suit sa sanction vis-à-vis de l'Italie (dont elle a abaissé la note de trois crans à "A2" au début du mois) et sa menace agitée le 7 octobre, d'abaisser la très bonne note qu'elle attribue à la Belgique ("Aa1").

En ce qui concerne l'Espagne, Moody's a maintenu la "perspective négative" qu'elle attribue à la note du pays. Cela "reflète les risques que fait peser sur le pays une éventuelle aggravation de la crise de la zone euro", écrit l'agence.

Selon elle, le gouvernement qui sortira des élections législatives du 20 novembre sera "fermement engagé à continuer sur la voie du rééquilibrage des finances publiques", ouverte par le cabinet sortant dirigé par le socialiste José Luis Rodriguez Zapatero.

Donnée favorite dans les sondages, l'opposition de droite du Parti populaire espagnol a promis l'austérité face à la crise et des mesures de soutien à l'emploi afin de faire baisser un taux de chômage de près de 21%.

L'agence menace le pays de voir sa note "soumise à des pressions à la baisse supplémentaires si cette attente ne se matérialise pas".

En revanche, indique-t-elle, "la mise en oeuvre d'une politique crédible et rigoureuse de réformes budgétaires et structurelles de moyen terme, accompagnée d'une solution convaincante à la crise de la zone euro, entraînerait un retour à une perspective stable" pour la note espagnole.

Moody's justifie le fait qu'elle ne considère plus l'Espagne comme un émetteur de haute qualité (contrairement à ses deux concurrentes) par le fait que le pays est exposé à une "contagion possible" de chocs extérieurs et à ses propres "fragilités internes".

Selon elle, la force de l'économie espagnole à long terme n'est plus "très élevée mais seulement moyenne, étant donné que le rééquilibrage économique s'annonce long" pour le pays.

L'Espagne a émis mardi pour 4,602 milliards d'euros de bons à 12 et 18 mois, en maintenant des taux stables par rapport aux dernières émissions malgré la dégradation de sa note par Standard & Poor's et Fitch.
 

Première publication : 19/10/2011

  • ZONE EURO

    Après Fitch, Standard & Poor's dégrade à son tour la note de l'Espagne

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Standard and Poor's abaisse d'un cran la note de l'Espagne

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)