Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • EN DIRECT : Les quatre ex-otages libérés samedi ont atterri sur le sol français

    En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps de victimes du naufrage du ferry repêchés

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

EUROPE

Moody's abaisse la note de l'Espagne de deux crans

©

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/10/2011

L'agence de notation Moody's s'est montrée plus dure que ses concurrentes en abaissant à A1 les obligations d'état espagnoles, lui refusant de fait le statut d'émetteur de haute qualité. Une note qui pourrait encore être dégradée à moyen terme.

AFP - L'agence d'évaluation financière Moody's a asséné mardi un coup dur à l'Espagne en abaissant la note de solvabilité du pays de deux crans, et en indiquant que celle-ci risquait d'être abaissée encore à moyen terme.

L'agence note désormais "A1" les obligations d'Etat espagnoles à long terme, et non plus "Aa2", refusant ainsi à l'Espagne le statut d'émetteur de haute qualité pour la ravaler au rang des émetteurs solides mais susceptibles d'être affectés par des changements de la situation économique.

"A1" correspond à la cinquième meilleure note sur l'échelle de Moody's.

Celle-ci est plus dure avec l'Espagne que ses concurrentes Standard and Poor's et Fitch, qui ont toutes deux abaissé la note du pays à "AA-" (quatrième meilleure note) dans les quinze derniers jours.

Moody's justifie sa décision par le fait qu'à ses yeux, "l'Espagne continue d'être vulnérable aux tensions sur les marchés", que sa croissance économique ne devrait atteindre que "1% au mieux" en 2012 (et non 1,8% comme elle le pensait jusque-là), et que cela "rendra encore plus difficile la réalisation des objectifs budgétaires ambitieux" du pays.

L'agence s'inquiète en particulier de la capacité des collectivités régionales indépendantes à atteindre leurs objectifs.

Moody's avait annoncé fin juillet qu'elle envisageait d'abaisser la note de l'Espagne.

"Depuis lors, écrit l'agence, les défis de financement" qui se posent aux Etats européens, "ainsi que l'incertitude entourant les détails du soutien à venir à la zone euro comme la croissance économique à court terme (et partant la probabilité d'une réduction plus forte des déficits) ont augmenté plutôt que diminué".

L'agence rappelle à ce sujet que sa décision d'abaisser la note de Madrid, suit sa sanction vis-à-vis de l'Italie (dont elle a abaissé la note de trois crans à "A2" au début du mois) et sa menace agitée le 7 octobre, d'abaisser la très bonne note qu'elle attribue à la Belgique ("Aa1").

En ce qui concerne l'Espagne, Moody's a maintenu la "perspective négative" qu'elle attribue à la note du pays. Cela "reflète les risques que fait peser sur le pays une éventuelle aggravation de la crise de la zone euro", écrit l'agence.

Selon elle, le gouvernement qui sortira des élections législatives du 20 novembre sera "fermement engagé à continuer sur la voie du rééquilibrage des finances publiques", ouverte par le cabinet sortant dirigé par le socialiste José Luis Rodriguez Zapatero.

Donnée favorite dans les sondages, l'opposition de droite du Parti populaire espagnol a promis l'austérité face à la crise et des mesures de soutien à l'emploi afin de faire baisser un taux de chômage de près de 21%.

L'agence menace le pays de voir sa note "soumise à des pressions à la baisse supplémentaires si cette attente ne se matérialise pas".

En revanche, indique-t-elle, "la mise en oeuvre d'une politique crédible et rigoureuse de réformes budgétaires et structurelles de moyen terme, accompagnée d'une solution convaincante à la crise de la zone euro, entraînerait un retour à une perspective stable" pour la note espagnole.

Moody's justifie le fait qu'elle ne considère plus l'Espagne comme un émetteur de haute qualité (contrairement à ses deux concurrentes) par le fait que le pays est exposé à une "contagion possible" de chocs extérieurs et à ses propres "fragilités internes".

Selon elle, la force de l'économie espagnole à long terme n'est plus "très élevée mais seulement moyenne, étant donné que le rééquilibrage économique s'annonce long" pour le pays.

L'Espagne a émis mardi pour 4,602 milliards d'euros de bons à 12 et 18 mois, en maintenant des taux stables par rapport aux dernières émissions malgré la dégradation de sa note par Standard & Poor's et Fitch.
 

Première publication : 19/10/2011

  • ZONE EURO

    Après Fitch, Standard & Poor's dégrade à son tour la note de l'Espagne

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Standard and Poor's abaisse d'un cran la note de l'Espagne

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)