Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

  • Christophe de Margerie : disparition d’un patron Total

    En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Confusion autour de la tenue du procès de Simone Gbagbo mercredi

    En savoir plus

  • Un présumé terroriste canadien abattu après avoir fauché deux militaires

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Ligue des Champions : à Nicosie, le PSG veut consolider sa première place

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

EUROPE

Moody's abaisse la note de l'Espagne de deux crans

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/10/2011

L'agence de notation Moody's s'est montrée plus dure que ses concurrentes en abaissant à A1 les obligations d'état espagnoles, lui refusant de fait le statut d'émetteur de haute qualité. Une note qui pourrait encore être dégradée à moyen terme.

AFP - L'agence d'évaluation financière Moody's a asséné mardi un coup dur à l'Espagne en abaissant la note de solvabilité du pays de deux crans, et en indiquant que celle-ci risquait d'être abaissée encore à moyen terme.

L'agence note désormais "A1" les obligations d'Etat espagnoles à long terme, et non plus "Aa2", refusant ainsi à l'Espagne le statut d'émetteur de haute qualité pour la ravaler au rang des émetteurs solides mais susceptibles d'être affectés par des changements de la situation économique.

"A1" correspond à la cinquième meilleure note sur l'échelle de Moody's.

Celle-ci est plus dure avec l'Espagne que ses concurrentes Standard and Poor's et Fitch, qui ont toutes deux abaissé la note du pays à "AA-" (quatrième meilleure note) dans les quinze derniers jours.

Moody's justifie sa décision par le fait qu'à ses yeux, "l'Espagne continue d'être vulnérable aux tensions sur les marchés", que sa croissance économique ne devrait atteindre que "1% au mieux" en 2012 (et non 1,8% comme elle le pensait jusque-là), et que cela "rendra encore plus difficile la réalisation des objectifs budgétaires ambitieux" du pays.

L'agence s'inquiète en particulier de la capacité des collectivités régionales indépendantes à atteindre leurs objectifs.

Moody's avait annoncé fin juillet qu'elle envisageait d'abaisser la note de l'Espagne.

"Depuis lors, écrit l'agence, les défis de financement" qui se posent aux Etats européens, "ainsi que l'incertitude entourant les détails du soutien à venir à la zone euro comme la croissance économique à court terme (et partant la probabilité d'une réduction plus forte des déficits) ont augmenté plutôt que diminué".

L'agence rappelle à ce sujet que sa décision d'abaisser la note de Madrid, suit sa sanction vis-à-vis de l'Italie (dont elle a abaissé la note de trois crans à "A2" au début du mois) et sa menace agitée le 7 octobre, d'abaisser la très bonne note qu'elle attribue à la Belgique ("Aa1").

En ce qui concerne l'Espagne, Moody's a maintenu la "perspective négative" qu'elle attribue à la note du pays. Cela "reflète les risques que fait peser sur le pays une éventuelle aggravation de la crise de la zone euro", écrit l'agence.

Selon elle, le gouvernement qui sortira des élections législatives du 20 novembre sera "fermement engagé à continuer sur la voie du rééquilibrage des finances publiques", ouverte par le cabinet sortant dirigé par le socialiste José Luis Rodriguez Zapatero.

Donnée favorite dans les sondages, l'opposition de droite du Parti populaire espagnol a promis l'austérité face à la crise et des mesures de soutien à l'emploi afin de faire baisser un taux de chômage de près de 21%.

L'agence menace le pays de voir sa note "soumise à des pressions à la baisse supplémentaires si cette attente ne se matérialise pas".

En revanche, indique-t-elle, "la mise en oeuvre d'une politique crédible et rigoureuse de réformes budgétaires et structurelles de moyen terme, accompagnée d'une solution convaincante à la crise de la zone euro, entraînerait un retour à une perspective stable" pour la note espagnole.

Moody's justifie le fait qu'elle ne considère plus l'Espagne comme un émetteur de haute qualité (contrairement à ses deux concurrentes) par le fait que le pays est exposé à une "contagion possible" de chocs extérieurs et à ses propres "fragilités internes".

Selon elle, la force de l'économie espagnole à long terme n'est plus "très élevée mais seulement moyenne, étant donné que le rééquilibrage économique s'annonce long" pour le pays.

L'Espagne a émis mardi pour 4,602 milliards d'euros de bons à 12 et 18 mois, en maintenant des taux stables par rapport aux dernières émissions malgré la dégradation de sa note par Standard & Poor's et Fitch.
 

Première publication : 19/10/2011

  • ZONE EURO

    Après Fitch, Standard & Poor's dégrade à son tour la note de l'Espagne

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Standard and Poor's abaisse d'un cran la note de l'Espagne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)