Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls veut son "Islam de France"

En savoir plus

DÉBAT

"Islam de France" : comment réformer ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le professeur Rollin se rebiffe"

En savoir plus

FOCUS

Danemark : comment lutter contre la radicalisation des jeunes ?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Réformer la France : la recette Sarkozy

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Des enfants en cage pour frapper les esprits en Syrie et immersion avec les "fouilleurs" de Côte d'Ivoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Poutine veut affirmer la voie russe, quitte à se confronter à l’Occident"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signeront l'accord de paix

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ebola : le pire est-il passé ?

En savoir plus

FRANCE

L'opposition appelle de nouveau à la démission de Bernard Squarcini

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/10/2011

De nombreuses voix se sont élevées pour réclamer le départ du chef des renseignements, mis en examen dans une affaire d'espionnage d'un journaliste. Bernard Squarcini, qui a admis les faits, explique avoir obéi à sa hiérarchie.

AFP - Le chef du renseignement intérieur Bernard Squarcini, dont l'opposition a encore réclamé le départ mardi au lendemain de sa mise en examen, a admis devant la justice avoir cherché à identifier une source du journal Le Monde, expliquant avoir agi après une demande de sa hiérarchie.

Selon les extraits de son audition publiés dans Le Monde, il a reconnu l'analyse par ses services des factures téléphoniques détaillées ("fadettes") du journaliste Gérard Davet. "Je fais ce que l'on me dit de faire avec les outils que l'on me donne", a expliqué lundi le directeur central du renseignement intérieur (DCRI) à la juge d'instruction Sylvia Zimmermann.

Selon Le Monde, la magistrate a estimé lors de cette audition que la défense de M. Squarcini n'était "conforme ni à la lettre ni à l'esprit de la loi".

Lundi, le candidat socialiste à la présidentielle François Hollande avait le premier réclamé le départ de M. Squarcini, mis en examen notamment pour "atteinte au secret des correspondances" et "collecte illicite de données".

Sa concurrente écologiste Eva Joly lui a emboîté le pas mardi, pendant que les socialistes maintenaient la pression à l'Assemblée sur le ministre de l'Intérieur Claude Guéant.

Le Modem a jugé "moralement et politiquement indéfendable et inacceptable" le maintien de M. Squarcini, la présidente du FN Marine Le Pen suggérant qu'il aurait pu agir "sur ordre".

Comme François Fillon lundi, M. Guéant a de nouveau exclu mardi tout départ du directeur "remarquable d'un service qui est essentiel à la sécurité des Français", appelant au respect de la présomption d'innocence.

Le chef de la DCRI a expliqué à la juge avoir reçu en juillet 2010, alors qu'il était en Corse, un appel du directeur général de la police nationale (DGPN), Frédéric Péchenard, l'informant d'un article du Monde.

Péchenard bientôt entendu

Dès lors l'enquête de la DCRI est lancée, et il est décidé "de faire une vérification technique sur les +fadettes+" de Gérard Davet "sur quatre jours uniquement", selon l'extrait publié dans Le Monde.

Cette enquête avait été lancée hors de toute procédure judiciaire, le parquet de Paris ayant indiqué n'avoir été informé que début septembre 2010 des "vérifications techniques" réalisées par la DCRI.

Selon son entourage, M. Squarcini a expliqué à la juge que la décision d'analyser les "fadettes" avait été prise "d'un commun accord" avec son adjoint à la DCRI, Frédéric Veaux, et non avec M. Péchenard qui n'aurait donné aucune consigne quant aux moyens pour y parvenir.

"M. Péchenard a simplement demandé à M. Squarcini d'identifier la source qui avait violé le secret de l'instruction" dans l'affaire Woerth-Bettencourt, a expliqué à l'AFP l'avocat de M. Squarcini, Me Patrick Maisonneuve.

M. Péchenard est prochainement convoqué comme témoin assisté par la juge. En septembre, il avait assumé avoir demandé à la DCRI "d'identifier le haut fonctionnaire" susceptible d'être la source du Monde.

Fin juillet 2010, David Sénat, conseiller de la garde des Sceaux de l'époque, Michèle Alliot-Marie, avait été informé que les services secrets avaient acquis la certitude qu'il s'agissait de lui, selon son récit paru dans le livre "Sarko m'a tuer". Il avait été relevé de ses fonctions.

Me Maisonneuve s'est étonné que Le Monde, qui a accès aux pièces du dossier en tant que partie civile, ait été en mesure de publier des extraits des PV d'audition aussi vite et a dit envisager une plainte pour violation du secret de l'instruction.

Première publication : 19/10/2011

  • FRANCE

    Guéant et Squarcini portent plainte contre Mediapart pour diffamation

    En savoir plus

  • FRANCE

    Cinq policiers, dont le "superflic" Michel Neyret, suspendus de leurs fonctions

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)