Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Israël et intelligence économique : Un modèle à suivre ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : De Sarajevo à Guantanamo, l'itinéraire des six d'Algérie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Patrick Chauvel, photographe de guerre

En savoir plus

SUR LE NET

Le web révolutionne le journalisme d'investigation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"De sang-froid"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à l'exécution de David Haines

En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Quels sont les enjeux de la conférence internationale sur l'État islamique ?

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Les députés français se penchent sur un projet de loi contre le jihad

    En savoir plus

  • Grève chez Air France : journée noire attendue lundi

    En savoir plus

  • Netflix, le service de vidéos à la demande, débarque en France

    En savoir plus

  • Mondial de basket : la "team USA" seule au monde

    En savoir plus

  • EI : "Ce ne sont pas des musulmans mais des monstres", affirme Cameron

    En savoir plus

  • Législatives suédoises : la gauche en tête, poussée historique de l'extrême droite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Lille prend la tête, l’OM revient

    En savoir plus

  • Objecteurs de conscience en Israël : 200 vétérans défendent leur unité

    En savoir plus

  • Webdocumentaire : Chibanis, l’éternel exil des travailleurs maghrébins

    En savoir plus

FRANCE

Tristane Banon renonce à se constituer partie civile contre DSK

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/10/2011

Sur Canal+, Tristane Banon a annoncé mercredi qu'elle n'entamerait pas une nouvelle procédure contre DSK, son statut de victime ayant été reconnu par la justice. Elle soutiendra le projet de loi sur le délai de prescription des agressions sexuelles.

AFP - Tristane Banon a annoncé mercredi sur Canal + qu'elle renonçait à se constituer partie civile contre l'ancien patron du FMI Dominique Strauss-Kahn après le classement sans suite de sa plainte pour tentative de viol.

"Je ne vais pas me constituer partie civile", a-t-elle déclaré, justifiant sa décision par le fait que le parquet avait "reconnu son statut de victime" en considérant jeudi que DSK avait admis avoir tenté de l'embrasser, ce qui pouvait, selon le parquet, "être qualifiable d'agression sexuelle".

"Très clairement, dans la lettre que m'a envoyée le parquet, il dit qu'il y a eu agression sexuelle, donc mon statut de victime est reconnu a minima, je reste convaincue et je continue d'affirmer que c'était une tentative de viol (...) mais on ne peut plus dire que j'étais une affabulatrice", a déclaré Tristane Banon.

La jeune femme a annoncé qu'elle allait maintenant "tout faire pour que la loi proposée par Marie-George Buffet d'allonger le délai de prescription des agressions sexuelles soit votée".

La députée et ancienne ministre PCF Marie-George Buffet a annoncé le dépôt d'une proposition de loi pour repousser le délai de prescription des agressions sexuelles de 3 à 10 ans.

"J'aurais attendu qu'il (DSK) s'excuse, mais c'est trop demander à ce monsieur, je crois qu'il ne le fera pas (...) je n'ai pas à dire à M. Strauss-Kahn ce qu'il doit faire, je lui conseille surtout de faire profil bas, et de se dire qu'à partir de maintenant, il est officiellement un agresseur sexuel", a ajouté Tristane Banon.

En classant sans suite la plainte pour tentative de viol déposée en juillet par la romancière, le parquet avait considéré jeudi que DSK avait reconnu avoir tenté de l'embrasser, ce qui pouvait "être qualifiable d'agression sexuelle", un délit prescrit. Les avocats de DSK avaient protesté contre cette interprétation des faits, la défense de Tristane Banon se félicitant de lui voir reconnu un statut de victime.

Première publication : 19/10/2011

  • FRANCE

    "La société française a encore des préjugés sur le viol"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Repoussé par Tristane Banon, DSK dit avoir de suite relâché son étreinte

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le parquet classe sans suite la plainte de Tristane Banon contre DSK

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)