Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 policiers poursuivis pour homicide involontaire: les habitants de Baltimore exultent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : A la rencontre de l'homme qui a recueilli les témoignages

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Séisme au Népal : l'aide humanitaire internationale pressée par le temps

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centrafrique : des soldats français soupçonnés de viols sur des enfants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : une enquête s'est ouverte à Bangui

En savoir plus

FOCUS

Liban : la prison de Roumieh, un fief pour les jihadistes de l'EI

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"En France, les PME ont du mal à grandir"

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le pain, une tradition française

En savoir plus

Afrique

Les États-Unis notent des "irrégularités" lors du scrutin présidentiel du 9 octobre

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/10/2011

L'ambassadeur des États-Unis au Cameroun a déclaré jeudi à Yaoundé que les observateurs américains avaient "noté des irrégularités à tous les niveaux" lors de la présidentielle du 9 octobre. La Cour suprême doit proclamer les résultats vendredi.

AFP - Les observateurs américains déployés au Cameroun lors de la présidentielle du 9 octobre "ont noté des irrégularités à tous les niveaux", a affirmé l'ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun Robert Jackson dans une déclaration lue à Yaoundé et transmise jeudi à l'AFP.

"Le jour du scrutin, nos observateurs ont noté des incohérences et des irrégularités à tous les niveaux, ainsi que des difficultés techniques de la part d'Elecam (Elections Cameroon, la commission électorale) dans l'administration de l'élection", a affirmé le diplomate.

L'opposition camerounaise accuse le président sortant Paul Biya, 78 ans, au pouvoir depuis 1982, et favori pour la réélection d'avoir verrouillé le système électoral à son avantage.

"L'une des plus grandes critiques a porté sur la façon dont les listes électorales ont été conçues et gérées, laissant libre cours aux votes multiples. Le manque de formation des agents électoraux et d'éducation des électeurs concernant la manière de voter était apparent", a ajouté l'ambassadeur américain.

"L'encre qui devrait être utilisée pour empêcher les votes multiples n'était pas indélébile, et les responsables des bureaux de vote ne prenaient pas la peine de vérifier les pouces des électeurs", a poursuivi M. Jackson.

Le diplomate a fait 19 recommandations, notamment: "le Cameroun doit adopter un bulletin de vote unique afin d'empêcher l'achat des voix", "le parti au pouvoir doit s'abstenir d'utiliser les ressources publiques pour faire campagne" et "doit s'abstenir de susciter la peur en faisant valoir que voter pour l'opposition entraînerait l'instabilité et la guerre civile".

L'ambassadeur américain s'est aussi montré critique de l'opposition qui a présenté 22 candidats (face au président Paul Biya, 78 ans), en notant : "il y a lieu d'émettre des réserves quant au sérieux de cette opposition et des candidats"

"Se réveillant tardivement, certains partis d'opposition parlent désormais d'un front commun. N'auraient-ils pas dû y penser plus tôt ?", s'est-il interrogé.

La Cour suprême du Cameroun a rejeté les recours de candidats en annulation totale ou partielle de la présidentielle, dans la nuit de mercredi à jeudi.

Elle a annoncé que les résultats seraient proclamés ce vendredi.

Le Social Democratic Front (SDF) de l'opposant historique John Fru Ndi et six autres partis ont indiqué qu'ils rejetaient par avance les résultats de la présidentielle, appelant les populations à manifester si la présidentielle n'était pas annulée.

 

Première publication : 20/10/2011

  • CAMEROUN

    L'opposition dénonce des fraudes lors du scrutin présidentiel de dimanche

    En savoir plus

  • CAMEROUN

    Les Camerounais ont voté pour l'élection présidentielle promise à Paul Biya

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)