Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

EUROPE

Deuxième jour de grève générale à Athènes

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/10/2011

La Grèce a vécu un deuxième jour de grève générale marqué par des affrontements entre policiers et manifestants. Alors que les députés doivent voter le plan d'austérité approuvé hier, les médias grecs ont annoncé la mort d'un homme blessé à la tête.

REUTERS - Des affrontements entre groupes de jeunes cagoulés et simples manifestants ont éclaté jeudi lors du rassemblement contre l'austérité devant le Parlement grec, à Athènes.

Plus de 60.000 personnes, selon la police, s'étaient rassemblés depuis le début de la journée, avant le vote par les députés d'un nouveau train de mesures contre l'austérité.

Sous le regard de la police, des centaines de jeunes ont jeté pierres et cocktails Molotov sur les manifestants rassemblés derrière la bannière du PAME, le syndicat communiste qui privilégie les rassemblements organisés et pacifiques.

Au moins six personnes ont été blessées et secourues par des secouristes bénévoles. L'ambiance était restée calme jusqu'à ces affrontements, sous les vitres des hôtels de luxe de la place Syntagma. Mercredi déjà, les manifestations avaient tourné à
l'affrontement avec les forces de l'ordre.

De nombreux protestataires présents jeudi portaient des masques chirurgicaux pour se protéger des gaz lacrymogènes.

Les parlementaires grecs devraient donner leur feu vert dans la soirée à cette nouvelle cure de rigueur pour résoudre la sévère crise de la dette grecque.

Le texte prévoit une réduction de 20% des salaires de la fonction publique et un abaissement du seuil du niveau d'imposition.

"Ce n'est pas un jeu"

"Vous devez adopter la loi avec toutes ses dispositions", a dit le miistre des Finances, Evangelos Venizelos, aux députés. "Ce n'est pas un jeu. Si quiconque pense pouvoir tester notre marge de manoeuvre, il se trompe."

Le gouvernement de coalition peut compter sur une majorité de 154 sièges sur 300 au Parlement.

Deux élus de la coalition au pouvoir avaient assuré qu'ils voteraient contre le texte mais ils ont changé d'avis à l'issue d'un bras de fer avec les dirigeants du Parti socialiste (Pasok)
au pouvoir.

"Mais c'est la dernière fois. Je me bats avec ma conscience", a dit le député Vasso Papandreou. "Trop c'est trop, la société désespère, le pays s'effondre", a-t-il lancé sous les applaudissements de ses collègues.

Un député est encore réticent à voter cette nouvelle cure de rigueur mais sa voix seule ne devrait pas suffire à empêcher son adoption.

Ce texte vise à montrer la détermination des autorités grecques avant le sommet européen de dimanche, au cours duquel sera discuté le déblocage d'une nouvelle tranche d'aide.

Dans son projet de rapport, la "troïka" des bailleurs de fonds de la Grèce (Union européenne-Banque centrale européenne-Fonds monétaire international), recommande de verser dès que possible à Athènes une sixième tranche d'aide dès que les réformes "en matière de consolidation budgétaire, de privatisation et de réforme du marché du travail" auront été adoptées.

"Aujourd'hui, nous devons armer le Premier ministre (George Papandreou) avant des négociations qui diront si la Grèce peut payer les salaires et les retraites, l'essence et les médicaments, si elle peut continuer à être membre de l'Union européenne", a dit la ministre de l'Education, Anna Diamantopoulou.

Mobilisation en baisse

Les observateurs s'attendent à voir la rue continuer à manifester son mécontentement, les Grecs ayant le sentiment que la cure d'austérité exigée touche les plus démunis sans affecter les fraudeurs et les hommes politiques jugés corrompus.

"Les gens ont adressé mercredi le message que la limite a été atteinte, qu'ils ne peuvent pas supporter plus d'austérité", dit Theodore Couloumbis du cercle de réflexion Eliamep. "Toutefois, ce genre de manifestations ne pourra pas renverser le gouvernement. Je ne vois pas ça se produire maintenant".

La grève générale de deux jours est l'une des plus importantes depuis le début de la crise de la dette en Grèce, il y a deux ans. Mercredi, le pays était paralysé 100.000 personnes au moins ont défilé dans les rues d'Athènes.

Un porte-parole du syndicat GSEE représentant le secteur privé a reconnu que le nombre de grévistes avait quelque peu diminué jeudi, un certain nombre d'employés ne pouvant se permettre de perdre une seconde journée de salaire.

Les magasins ont rouvert mais les ministères, les écoles et d'autres bâtiments publics étaient fermés. Les services de transport et les hôpitaux fonctionnaient a minima.

 

Première publication : 20/10/2011

  • CRISE DE LA DETTE

    Manifestations record en Grèce contre un nouveau plan d'austérité

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Une nouvelle génération de sans-abri victime de la crise en Grèce

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Dette grecque : l'efficacité des mesures d'austérité remise en question

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)