Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Economie

Paris et Berlin peinent à s'entendre avant le crucial sommet européen

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/10/2011

À quelques jours d'un sommet jugé crucial pour l'avenir de la Grèce et de la zone euro, Français et Allemands restent divisés sur les modalités qui permettraient de renforcer le Fonds de soutien aux pays européens en difficulté.

AFP - La Commission européenne a exhorté jeudi au compromis sur la crise de la dette alors que les difficultés s'accumulent en vue du sommet européen de dimanche, avec des divergences entre pays sur les moyens d'enrayer la contagion et de nouvelles inquiétudes sur la santé de la Grèce.

A trois jours de ce rendez-vous qualifié de "crucial" à Bruxelles, le chef de l'exécutif communautaire José Manuel Barroso a appelé toutes les capitales au "compromis" pour aboutir à des décisions "résolues" et "immédiates".

Son message s'adresse aux dirigeants européens, à commencer par la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Nicolas Sarkozy, qui sont divisés sur les modalités permettant de renforcer le Fonds de soutien aux pays en difficulté de la zone euro (FESF). Or, il s'agit d'un instrument-clé pour enrayer la crise de la dette et empêcher qu'elle n'emporte l'Italie ou l'Espagne.

Sur ce point, "il n'y a pas de proposition commune" européenne pour le moment, a reconnu jeudi à Berlin le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble.

Doté aujourd'hui d'une capacité effective de prêts de 440 milliards d'euros, le FESF ne dispose pas d'une enveloppe suffisante pour faire face à une contagion de très grande ampleur et recapitaliser les banques en difficulté.

D'où l'idée en discussion depuis des semaines d'augmenter sa force de frappe en démultipliant sa capacité d'intervention via un effet de levier, sans nouvelle garantie des Etats.

Le scénario sur la table est de "multiplier par cinq" la capacité d'intervention du Fonds, a indiqué jeudi une source gouvernementale. Toutefois, il doit garder des réserves pour les autres tâches qui lui sont assignées et donc "logiquement, seule une partie des 440 milliards de réserve du FESF pourra servir à l'effet de levier", dit-elle.

Problème: des divergences persistent entre Paris et Berlin sur le choix de l'effet de levier, selon la même source, en dépit des assurances apportées par le ministre des Finances Wolfgang Schäuble qui parle d'un "accord total" franco-allemand. Et le mini-sommet de mercredi soir à Francfort n'a pas permis de les aplanir.

L'Allemagne cherche d'abord à limiter l'augmentation de la capacité d'intervention du FESF. M. Schäuble a évoqué un montant de 1.000 milliards d'euros, selon la presse allemande, alors que d'autres scénarios sur la table des discussions évoquent un montant de plus du double.

Dans le détail, Paris souhaite accroître la force de frappe du FESF en le dotant d'une licence bancaire pour qu'il puise emprunter en grande quantité auprès de la Banque centrale européenne. Une option que Berlin et la BCE refusent au motif qu'elle violerait le traité de l'UE interdisant à l'institut monétaire d'aider budgétairement des gouvernements de la zone euro.

"Nous ne pouvons pas satisfaire les attentes de la part des gouvernements (...) sur le fait que la BCE en fasse plus", a mis en garde le chef économiste de la BCE, Jürgen Stark, craignant pour l'indépendance de l'institution.

L'Allemagne plaide pour un autre scénario consistant à faire jouer au FESF le rôle d'assureur auprès des détenteurs de titres de dette et couvrir leurs pertes à hauteur de 20 à 30% si un Etat faisait défaut. Objectif: les encourager à réinvestir dans les pays jugés fragiles.

C'est en raison de ces blocages que Nicolas Sarkozy a fait mercredi un déplacement en urgence à Francfort pour rencontrer Angela Merkel, alors que son épouse Carla Bruni s'apprêtait à accoucher.

Pour compliquer encore la situation, la presse grecque évoque des difficultés en vue du versement de la prochaine tranche de 8 milliards d'euros de prêts internationaux vitale pour éviter la faillie du pays, alors qu'une décision est attendue à ce sujet ce week-end côté européen.

Le quotidien grec Kathimerini parle de divergences entre la Commission européenne et le FMI sur la capacité de la Grèce à faire face à long terme à son énorme dette.

Première publication : 20/10/2011

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    L’Europe prise au piège de la zone euro

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Barroso souhaite une recapitalisation "urgente" des banques

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Crise de la dette : la solution est simple selon les deux nouveaux Nobel d'économie

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)