Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

Planète

La fusée russe Soyouz a décollé depuis la base de Kourou

Vidéo par Marie NORMAND

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/10/2011

Prévu jeudi matin, le décollage de la fusée russe Soyouz a finalement eu lieu ce vendredi depuis la Guyane. Elle a mis en orbite les deux premiers satellites de Galileo, le projet européen concurrent du Système de positionnement (GPS - États-Unis).

AFP - Doublé historique: une fusée russe Soyouz a mis vendredi en orbite les deux premiers satellites de Galileo, projet européen concurrent du GPS américain, après avoir effectué son vol inaugural depuis le Centre spatial guyanais (CSG).

"Bravo l'Europe, bravo la Russie, bravo la coopération! Je pense qu'on peut dire qu'on vient d'ouvrir un nouveau chapitre de notre histoire", a déclaré, visiblement très ému, Jean-Yves Le Gall, PDG d'Arianespace, quelques minutes après la mise sur orbite des deux satellites.

Financé à 100% par la Commission européenne et mis en oeuvre par l'Agence spatiale européenne (ESA), Galileo assure pouvoir fournir une meilleure couverture et une meilleure précision que ses concurrents (GPS américain et GLONASS russe).

Un lancement historique depuis Kourou

Alors que le GPS dispose de 24 satellites (dont trois de secours) à 20.200 km d'altitude, Galileo prévoit d'en aligner 30 (dont trois de secours également) à 23.222 km.

Malgré la pluie s'abattant sur son pas de tir de Sinnamary, commune voisine de Kourou, le mythique lanceur russe avait décollé comme prévu à 7H30 heure locale (12H30 heure de Paris), ses puissants moteurs embrasant les nuages bas sous les applaudissements des dizaines de journalistes, européens et russes, et employés du CSG venus assister à cet événement.

Environ deux minutes plus tard, la fusée s'est séparée des quatre propulseurs qui constituent son premier étage, poursuivant sa course vers l'espace.

Moins de dix minutes après le décollage, le troisième étage du lanceur s'est décroché de l'étage supérieur "Fregat" qui renferme les deux satellites Galileo. Fregat a alors allumé son propre moteur, survolant l'Asie et l'Océan indien pour venir placer les satellites sur leur orbite définitive, au sud de l'Australie.

"Comme une montre suisse"

Peu après 11h20 heure guyanaise (16h20 heure de Paris), une nouvelle salve d'applaudissements et de cris de joie en une multitude de langues européennes ont salué la réussite parfaite de l'opération au centre de contrôle du CSG.

Au total, cette mission de Soyouz, prévue initialement jeudi mais reportée de 24 heures en raison d'une vanne défectueuse, aura duré 3 heures et 50 minutes.

"Tout a fonctionné comme une montre suisse", s'est félicité le vice-Premier ministre russe, Sergueï Ivanov, venu spécialement assister à ce doublé historique aux côtés de Laurent Wauquiez, ministre français de la Recherche.

Lancer d'un seul coup les deux premiers satellites opérationnels Galileo, d'un poids de 700 kg chacun, avec une fusée Soyouz depuis ses bases habituelles de Plessetsk (Russie) ou Baïkonour (Kazakhstan) aurait été impossible.

Pour son 1.777e tir, le lanceur russe a en effet bénéficié en Guyane française, d'un coup de pouce supplémentaire que lui fournit la rotation de la Terre, beaucoup plus importante à proximité de l'Equateur. Cet "effet de fronde" permet d'augmenter considérablement sa charge utile.

Afin de tirer tout le bénéfice de l'expérience et de la fiabilité éprouvée du lanceur russe, Soyouz ("Union" en russe) est opéré au CSG avec le minimum de modifications possible par rapport à sa configuration d'origine.

Le Centre national d'études spatiales (CNES) français et l'agence spatiale européenne (ESA) lui ont donc bâti un site "sur mesure" à Sinnamary, à 13 km des ensembles de lancement d'Ariane 5.

"C'est la rencontre de deux mondes, de deux cultures, d'intérêts parfois divergents mais que nous avons su faire converger", s'est réjoui M. Le Gall, rappelant le carnet de commandes déjà bien rempli de Soyouz en Guyane française.

 

Première publication : 21/10/2011

  • AÉROSPATIAL

    La Chine lance son premier module de station spatiale

    En savoir plus

  • ESPACE

    La Russie perd un engin en route vers la Station spatiale internationale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)