Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Afrique

Le CNT s'interroge sur la date et le lieu de l'inhumation de Kadhafi

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/10/2011

Alors que Libyens et Occidentaux se réjouissent de la fin de l'ère Kadhafi, aucune décision n'a encore été prise sur la date et le lieu de l'enterrement de l'ex-dictateur, tué jeudi à Syrte.

Contacts avec la tribu de Kadhafi à propos de son enterrement

REUTERS - Des membres de la tribu de Mouammar Kadhafi sont en contact avec des combattants des nouvelles autorités libyennes pour obtenir la responsabilité d'enterrer l'ancien "guide", a dit vendredi un haut responsable militaire du Conseil national de transition (CNT).

Si ces membres de la tribu Kadhafa sont prêts à reconnaître que l'ancien homme fort de la Libye était de leur famille, sa dépouille leur sera remise et ils pourront l'enterrer à leur manière dans un lieu tenu secret, a dit à Reuters le commandant Abdoul Madjid Mlegta.

S'ils ne veulent pas reconnaître Kadhafi, le CNT s'occupera de l'enterrer discrètement aux côtés des hommes qui le protégaient et ont été tués au moment de sa capture près de Syrte, jeudi.

AFP - Aucune décision n'a été encore prise sur la date et le lieu de l'inhumation du dirigeant libyen déchu Mouammar Kadhafi, tué après sa capture à Syrte, a déclaré vendredi le "ministre" de l'Information du Conseil national de transition (CNT).

"Aucune décision n'a été prise jusqu'ici à propos de l'inhumation" et il n'a pas été décidé non plus si son corps restera à Misrata, où il a été transporté après avoir été mortellement blessé, a dit à l'AFP Mahmoud Chamam.

Le CNT avait indiqué au cours d'une conférence de presse jeudi soir, quelques heures après l'annonce de la mort de Kadhafi dans sa région natale de Syrte, à 360 km à l'est de Tripoli, qu'il serait inhumé dans un endroit inconnu après une autopsie.

"Nous devons encore faire des tests ADN. Cela pourrait prendre deux jours", a précisé à l'AFP un porte-parole du Conseil militaire de Misrata, Fathi Ali Bashaagha.

La dépouille de Mouammar Kadhafi, apportée la veille à Misrata, au nord-ouest de Syrte, était entreposée vendredi dans une chambre froide d'un centre commercial à environ 10 km de la ville, selon un photographe de l'AFP. Son corps était posé sur un matelas, tandis qu'une trentaine de personnes attendaient à l'extérieur pour le voir.

Le corps de Kadhafi avait été placé la nuit dans une résidence privée de Misrata.

L'ONU demande une enquête sur les circonstances de la mort de Kadhafi

Le Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a demandé vendredi la mise sur pied d'une enquête sur les circonstances entourant la mort de l'ex-"Guide" Mouammar Kadhafi.

"A propos de la mort de Kadhafi hier (jeudi), les circonstances ne sont toujours pas claires. Nous estimons qu'une enquête est nécessaire", a déclaré aux journalistes le porte-parole du Haut Commissariat, Rupert Colville, se référant aux vidéos publiées jeudi par les médias.

Mouammar Kadhafi, 69 ans, a été capturé vivant jeudi alors qu'il fuyait Syrte, qui était sur le point de tomber aux mains des combattants du nouveau régime.

Echange de tirs ou exécution sommaire, il est mort après avoir été blessé dans des circonstances encore floues. Selon la version officielle du CNT, il a été blessé lors d'un échange de tirs entre ses partisans et des combattants du nouveau régime après sa capture dans une canalisation où il s'était réfugié.

Le Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme a demandé la mise sur pied d'une enquête sur les circonstances entourant sa mort.

"Les circonstances ne sont toujours pas claires. Nous estimons qu'une enquête est nécessaire", a déclaré aux journalistes le porte-parole du Haut commissariat, Rupert Colville, se référant aux vidéos "très inquiétantes" publiées jeudi par les médias.

Première publication : 21/10/2011

  • LIBYE

    Confusion autour des circonstances de la mort de Mouammar Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    Mouammar Kadhafi, du "chien fou du Moyen-Orient" au "roi des rois d'Afrique"

    En savoir plus

  • Sur Les Observateurs

    Mort de Mouammar Kadhafi: quatre Libyens réagissent à chaud

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)