Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

Moyen-orient

La mort de Kadhafi galvanise la contestation syrienne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/10/2011

Au lendemain de la mort de l'ex-dirigeant libyen, les opposants au régime syrien ont manifesté en nombre dans plusieurs villes du pays pour réclamer le départ de Bachar al-Assad. Au moins 19 personnes auraient été tuées lors des manifestations.

AFP - Les forces de sécurité ont tué au moins 19 civils vendredi en Syrie, où le mouvement de contestation contre le régime de Bachar al-Assad a été galvanisé par la mort de l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi en Libye.


Les Comités locaux de coordination (LCC), qui chapeautent sur le terrain le mouvement de contestation anti-Assad en Syrie, ont salué dans la mort du leader libyen déchu la "grande victoire de la troisième révolution arabe, qui envoie des signaux déterminants aux tyrans de la région".

C'est "un nouveau signe de l'échec des options sécuritaires et militaires face à la volonté des peuples qui réclament la liberté, la justice et l'égalité", ont-ils ajouté.

L'Instance générale de la révolution syrienne, qui rassemble plusieurs groupes syriens d'opposition, a relevé des "similarités entre les révolutions libyenne et syrienne, s'agissant de l'oppression et les meurtres et la tyrannie, la corruption..."

Comme chaque vendredi depuis le début mi-mars de la contestation en Syrie, les militants ont appelé sur leur page Facebook "The Syrian Revolution" à des manifestations contre M. Assad, avec cette semaine un hommage particulier au peuple libyen. "Ton tour est venu Docteur (Assad)", ont-ils écrit.

"Le peuple libyen a poursuivi son dirigeant en fuite, de ville en ville, de quartier en quartier, pour finir par le retrouver dans un égout", ont-ils ajouté, félicitant les Libyens pour la chute et la mort de Mouammar Kadhafi, tué jeudi après avoir été capturé par des combattants du nouveau régime libyen.

Comme chaque vendredi, les manifestants sont descendus par milliers dans les rues dans de nombreuses villes de Syrie pour appeler à la chute du régime Assad. Cette semaine, ils ont crié aussi leurs "félicitations" aux Libyens.

A Homs, haut lieu de la contestation dans le centre du pays, 15 civils ont été tués, deux par des tirs à un poste de contrôle militaire, cinq lors de perquisitions, deux par un tireur embusqué et six autres lors de la dispersion de manifestants, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'organisation a fait état de "tirs nourris dans la ville, où des véhicules blindés de transports de troupes ont pris position".

Selon les LCC, "toutes les mosquées de Qousseir (dans la région de Homs) ont été fermées par les forces de sécurité qui ont imposé un couvre-feu".

A Hama (centre), deux civils ont été tués par un tireur embusqué et dans la dispersion d'une manifestation, ont dit les LCC, en évoquant une manifestation massive à Sahl el-Ghab, où les forces de sécurité sont intervenues. Selon l'OSDH, un homme âgé a péri écrasé par un véhicule militaire.

Dans le sud, un civil a péri sous des tirs nourris des forces de sécurité sur une procession funéraire dans la région de Deraa (sud), a ajouté l'OSDH, en faisant état de plusieurs blessés.

Dans le nord-ouest, l'armée a dispersé une marche devant la Grande mosquée dans la région d'Idleb, et les manifestants se sont regroupés ailleurs, selon l'OSDH. Une personne a été tuée lors des opérations militaires.

Sur la côte ouest, "les troupes ont pourchassé des manifestants sortis de mosquées de Banias", a ajouté l'ONG.

Dans la banlieue de Damas, les LCC ont fait état d'"un déploiement de l'armée à Saqba, Kfarbatna, Hammouriyyé et Jesrine et de nouveaux postes de contrôle fouillant piétons et véhicules alors que des franc-tireurs étaient postés sur les toits des immeubles".

Malgré les pressions internationales et régionales, le régime de Bachar al-Assad, tout en disant vouloir procéder à des réformes, continue de réprimer dans le sang le mouvement de contestation dont il refuse d'admettre l'ampleur, accusant "des gangs terroristes armés" d'être à l'origine des violences.

Ces dernières semaines, les associations syriennes ont fait état d'une multiplication des accrochages armés meurtriers entre les forces de sécurité et des déserteurs présumés syriens.

Selon l'ONU, plus de 3.000 personnes, en grande majorité des civils, ont péri dans la répression depuis le début de la contestation.

Première publication : 21/10/2011

  • SYRIE

    Au moins dix morts, dont sept à Homs, nouvel appel à manifester

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'opposition syrienne menace de demander une intervention étrangère

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Ligue arabe appelle le gouvernement syrien et l'opposition au dialogue

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)