Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

La Suède : un modèle pour tous ? (partie 2)

En savoir plus

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes françaises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il neige en hiver"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Disparition du vol AirAsia : un coup dur pour la compagnie low-cost

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Afghanistan : treize ans d'échecs"

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

Moyen-orient

Le prince héritier et ministre de la Défense saoudien est mort

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/10/2011

Le prince héritier et demi-frère du roi Abdallah d'Arabie saoudite, Sultan ben Abdel Aziz, est mort à l'âge de 86 ans aux États-Unis où il avait été opéré en juillet. Il était également ministre de la Défense depuis 1963.

AFP - L'héritier du trône saoudien, Sultan ben Abdel Aziz, est décédé samedi à plus de 80 ans alors que le roi Abdallah, 87 ans, est hospitalisé en Arabie saoudite, sur fond de tourmente dans le monde arabe.

Le prince Sultan, demi-frère du souverain, "est décédé des suites d'une maladie samedi à l'aube à l'étranger", a annoncé le palais royal dans un communiqué, indiquant que les obsèques se dérouleraient mardi à Ryad.

Longtemps malade, le prince Sultan est mort aux Etats-Unis, alors que le président Ali Abdallah Saleh, au Yémen voisin, est contesté depuis près de neuf mois par la rue et alors qu'en Syrie la répression sanglante des manifestations contre le régime de Bachar al-Assad se poursuit.

C'est la première fois qu'un prince héritier saoudien décède avant d'accéder au pouvoir.

Avec ce décès, le prince Nayef, 78 ans, ministre de l'Intérieur et demi-frère du roi, est appelé en toute logique à devenir prince héritier.

La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a affirmé que le prince Sultan serait "regretté", tout en soulignant la pérennité des liens entre Washington et Ryad.

Le Premier ministre britannique David Cameron s'est dit "attristé" par la mort du prince, rendant hommage à "sa sagesse et son expertise dans les affaires internationales".

En Jordanie, le roi Abdallah II a fait observer une minute de silence à la mémoire du prince saoudien aux participants du Forum économique mondial, tandis que le président syrien Assad a adressé ses condoléances "au nom du peuple syrien" au roi d'Arabie.

Le prince Sultan, également ministre de la Défense, se trouvait depuis juin aux Etats-Unis pour des soins médicaux. Il avait subi en juillet une intervention chirurgicale et aucune nouvelle n'avait filtré depuis sur son état de santé.

Selon des diplomates occidentaux, il souffrait d'un cancer du côlon. Il avait été admis à l'unité de soins intensifs de l'hôpital Presbyterian à New York peu après son arrivée aux Etats-Unis et se trouvait en état de mort clinique depuis plus d'un mois.

Né en 1931 selon sa biographie officielle, mais plus âgé selon ses biographes, le prince Sultan s'était éloigné ces dernières années de la gestion des affaires du royaume en raison de ses séjours prolongés à l'étranger entre traitements et convalescence.

Il était à la tête du ministère de la Défense et de l'Aviation depuis 1963 et avait modernisé les forces saoudiennes, concluant d'importants contrats d'armements avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne.

Son décès intervient alors que le roi Abdallah est hospitalisé à Ryad après une nouvelle opération au dos. La télévision l'a montré mercredi sur son lit d'hôpital, recevant des dignitaires royaux et discutant avec eux.

Le roi avait été opéré en novembre 2010 à New York d'une hernie discale, compliquée d'un hématome. Il a subi une deuxième opération début décembre, avant de passer une période de convalescence au Maroc.

Le 23 février, il avait regagné son pays après trois mois d'absence.

L'âge du roi Abdallah et son hospitalisation à l'étranger avaient alimenté les rumeurs sur l'avenir de la direction du royaume, un acteur-clé dans la politique au Moyen-Orient et premier exportateur mondial de pétrole.

Le successeur du prince héritier doit être choisi par un Conseil restreint des Al-Saoud, la dynastie qui dirige l'Arabie saoudite depuis sa création en 1932, pour la première fois dans l'histoire du royaume.

Ce Conseil a été créé à la suite d'une réforme des modalités de succession introduite en 2006 pour assurer une transition pacifique du pouvoir dans cette monarchie ultraconservatrice du Golfe.

De toute évidence, c'est le ministre de l'Intérieur, le prince Nayef, qui devrait devenir prince héritier, après sa nomination en mars 2009 par le roi au poste de deuxième vice-Premier ministre.

Depuis la mort, en 1953, du fondateur du royaume, le roi Abdel Aziz, cinq de ses fils se sont succédé à la tête de cette puissance pétrolière.

 

Première publication : 22/10/2011

  • ARABIE SAOUDITE

    Le roi Abdallah de nouveau hospitalisé à Riyad

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Municipales : les Saoudiens aux urnes, mais pas les Saoudiennes

    En savoir plus

  • YÉMEN

    Plusieurs dirigeants, dont le Premier ministre, soignés en Arabie saoudite

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)