Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls en quête de confiance face aux députés

    En savoir plus

  • Les étrangers interdits de travailler au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Les musulmans de France lancent un appel unitaire contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama veut envoyer 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

FRANCE

François Hollande officiellement investi candidat du Parti socialiste

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/12/2011

Devant 4 000 militants, François Hollande a été officiellement intronisé, ce samedi, candidat du PS à la présidentielle 2012. Martine Aubry, Arnaud Montebourg, Ségolène Royal et Manuel Valls ont tous montré leur soutien au député de Corrèze.

Hollande brocarde Sarkozy

AFP - François Hollande a brocardé samedi Nicolas Sarkozy qui se dit "le seul à être capable d'être président au prétexte qu'il l'est déjà", dans son discours d'investiture comme candidat socialiste à la présidentielle de 2012.

"Nicolas Sarkozy a échoué pendant cinq ans, mais voyez-vous, il serait le seul à réussir", a ironisé M. Hollande.

"Il est le seul à être capable d'être président au prétexte qu'il l'est déjà", a-t-il enchaîné se moquant de cette "nouvelle règle posée" par le chef de l'Etat : "Pour être président, il faut désormais l'avoir déjà été", "pour rentrer à l'Elysée il faudrait en sortir".

"Pour en sortir il en sortira, mais pour y rentrer ce sera une autre affaire", a promis le député de Corrèze.

A écouter la droite, "leur général a été vaincu sur tous les fronts, mais il doit encore commander. Le capitaine a mis le vaisseau sur les récifs, mais il doit rester à la barre, même si la mer s'est retirée", a aussi déclaré M. Hollande.

Pour la majorité, "le passeport pour la réussite, ce serait l'échec; la preuve de la compétence, ce serait le fiasco, curieux critère!", s'est-il exclamé.

"A quand, comme dans certaines multinationales indignes, les stocks options pour le Président qui met son entreprise en faillite et des retraites chapeau pour ses ministres ? Bref la droite compte sur la crise pour se sauver. Moi je propose que les Français comptent sur la gauche pour les sauver de la crise", a affirmé le candidat socialiste.

AFP - A six mois de la présidentielle, François Hollande, vainqueur de la primaire, a été sacré samedi candidat socialiste pour 2012, dans "le bonheur de l'unité", devant ses cinq ex-rivaux, lors d'une Convention d'investiture qui a lancé la bataille pour l'Elysée.

"Je vous donne rendez-vous le 6 mai pour la victoire. Je vous donne rendez-vous avec la République qui vous espère. Je vous donne rendez-vous avec la France que je veux servir avec vous", a lancé le député de Corrèze à l'issue d'un discours de plus d'une heure, souvent interrompu par des acclamations.

Dans la Halle Freyssinet, dans le XIIIe arrondissement, cette convention a réuni à 197 jours du premier tour de l'élection présidentielle près de 4.000 militants et sympathisants et des invités de la société civile, dont Stéphane Hessel ("Indignez-vous!"). Les anciens Premiers ministres socialistes, notamment Pierre Mauroy, Laurent Fabius et Lionel Jospin, étaient présents au premier rang.

Le champion qui se présente comme le "candidat socialiste et radical" a fait un discours oecuménique à l'égard de ses anciens rivaux, tous au premier rang : Ségolène Royal "qui a inspiré tant d'approches nouvelles", Martine Aubry, patronne du PS dont il a salué la "force de conviction, la loyauté", Manuel Valls "nouvelle génération qui a soif d'action", Arnaud Montebourg qui "a installé des thèmes forts (qui) ont ouvert une époque nouvelle dans la vie politique", le radical Jean-Michel Baylet "qui a été associé au processus".

"J'ai tiré toutes les leçons, je sais le bonheur de l'unité et je connais les désastres de la désunion", a-t-il assuré.

Le député de Corrèze a rappelé ses trois engagements : pacte productif, éducatif --"L'éducation est ma priorité et je n'en changerai pas-- et démocratique. Au passage, il a réaffirmé son slogan de "rêve français".

Il entend "ne rien cacher de la réalité qui est là et des difficultés qui s'annoncent" et appelle à "entendre les indignés" mais prévient qu'il ne multipliera "pas les propositions à mesure de ses rencontres avec les catégories qui chacune se considère comme prioritaire".

Il a également dit, à l'usage d'Arnaud Montebourg, chantre de la démondialisation: "la France n'a pas d'avenir dans l'isolement et elle a tout à gagner des échanges", tout en refusant les "déséquilibres vertigineux des soldes commerciaux", "le bradage du travail" et préférant la notion de "juste échange".

M. Hollande a réservé ses flèches pour Nicolas Sarkozy qui devait "être le président d'une République irréprochable", devenu "celui d'une République irresponsable".

Auparavant, les quatre candidats éliminés du premier tour ont parlé chacun à leur tour, vantant la réussite de la primaire, l'unité des socialistes, "l'obsession du rassemblement", selon M. Baylet.

A la fin, toujours sur la musique instrumentale d'Alex Beaupain "Au départ" retraçant l'histoire de la gauche sous François Mitterrand, de nombreux drapeaux étaient agités par des jeunes socialistes arborant des tee-shirts rose, vert ou rouge aux couleurs de leur champion avec parfois "FH for hope".

Puis François Hollande a donné une accolade à Lionel Jospin et Pierre Mauroy, avant de saluer chacun de ses ex-rivaux, embrassant Martine Aubry et Ségolène royal, son ex-compagne. Il a eu un tendre et bref aparté avec son actuelle compagne, Valérie Trierweiler, qui était assise au premier rang.

PORTRAIT DE FRANÇOIS HOLLANDE

Première publication : 22/10/2011

  • FRANCE

    L'UMP sonne la charge contre le PS lors de sa convention

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2012

    Pourquoi François Hollande inquiète tant l'UMP ?

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2012

    François Hollande élu candidat du Parti socialiste

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)