Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

FRANCE

François Hollande officiellement investi candidat du Parti socialiste

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/12/2011

Devant 4 000 militants, François Hollande a été officiellement intronisé, ce samedi, candidat du PS à la présidentielle 2012. Martine Aubry, Arnaud Montebourg, Ségolène Royal et Manuel Valls ont tous montré leur soutien au député de Corrèze.

Hollande brocarde Sarkozy

AFP - François Hollande a brocardé samedi Nicolas Sarkozy qui se dit "le seul à être capable d'être président au prétexte qu'il l'est déjà", dans son discours d'investiture comme candidat socialiste à la présidentielle de 2012.

"Nicolas Sarkozy a échoué pendant cinq ans, mais voyez-vous, il serait le seul à réussir", a ironisé M. Hollande.

"Il est le seul à être capable d'être président au prétexte qu'il l'est déjà", a-t-il enchaîné se moquant de cette "nouvelle règle posée" par le chef de l'Etat : "Pour être président, il faut désormais l'avoir déjà été", "pour rentrer à l'Elysée il faudrait en sortir".

"Pour en sortir il en sortira, mais pour y rentrer ce sera une autre affaire", a promis le député de Corrèze.

A écouter la droite, "leur général a été vaincu sur tous les fronts, mais il doit encore commander. Le capitaine a mis le vaisseau sur les récifs, mais il doit rester à la barre, même si la mer s'est retirée", a aussi déclaré M. Hollande.

Pour la majorité, "le passeport pour la réussite, ce serait l'échec; la preuve de la compétence, ce serait le fiasco, curieux critère!", s'est-il exclamé.

"A quand, comme dans certaines multinationales indignes, les stocks options pour le Président qui met son entreprise en faillite et des retraites chapeau pour ses ministres ? Bref la droite compte sur la crise pour se sauver. Moi je propose que les Français comptent sur la gauche pour les sauver de la crise", a affirmé le candidat socialiste.

AFP - A six mois de la présidentielle, François Hollande, vainqueur de la primaire, a été sacré samedi candidat socialiste pour 2012, dans "le bonheur de l'unité", devant ses cinq ex-rivaux, lors d'une Convention d'investiture qui a lancé la bataille pour l'Elysée.

"Je vous donne rendez-vous le 6 mai pour la victoire. Je vous donne rendez-vous avec la République qui vous espère. Je vous donne rendez-vous avec la France que je veux servir avec vous", a lancé le député de Corrèze à l'issue d'un discours de plus d'une heure, souvent interrompu par des acclamations.

Dans la Halle Freyssinet, dans le XIIIe arrondissement, cette convention a réuni à 197 jours du premier tour de l'élection présidentielle près de 4.000 militants et sympathisants et des invités de la société civile, dont Stéphane Hessel ("Indignez-vous!"). Les anciens Premiers ministres socialistes, notamment Pierre Mauroy, Laurent Fabius et Lionel Jospin, étaient présents au premier rang.

Le champion qui se présente comme le "candidat socialiste et radical" a fait un discours oecuménique à l'égard de ses anciens rivaux, tous au premier rang : Ségolène Royal "qui a inspiré tant d'approches nouvelles", Martine Aubry, patronne du PS dont il a salué la "force de conviction, la loyauté", Manuel Valls "nouvelle génération qui a soif d'action", Arnaud Montebourg qui "a installé des thèmes forts (qui) ont ouvert une époque nouvelle dans la vie politique", le radical Jean-Michel Baylet "qui a été associé au processus".

"J'ai tiré toutes les leçons, je sais le bonheur de l'unité et je connais les désastres de la désunion", a-t-il assuré.

Le député de Corrèze a rappelé ses trois engagements : pacte productif, éducatif --"L'éducation est ma priorité et je n'en changerai pas-- et démocratique. Au passage, il a réaffirmé son slogan de "rêve français".

Il entend "ne rien cacher de la réalité qui est là et des difficultés qui s'annoncent" et appelle à "entendre les indignés" mais prévient qu'il ne multipliera "pas les propositions à mesure de ses rencontres avec les catégories qui chacune se considère comme prioritaire".

Il a également dit, à l'usage d'Arnaud Montebourg, chantre de la démondialisation: "la France n'a pas d'avenir dans l'isolement et elle a tout à gagner des échanges", tout en refusant les "déséquilibres vertigineux des soldes commerciaux", "le bradage du travail" et préférant la notion de "juste échange".

M. Hollande a réservé ses flèches pour Nicolas Sarkozy qui devait "être le président d'une République irréprochable", devenu "celui d'une République irresponsable".

Auparavant, les quatre candidats éliminés du premier tour ont parlé chacun à leur tour, vantant la réussite de la primaire, l'unité des socialistes, "l'obsession du rassemblement", selon M. Baylet.

A la fin, toujours sur la musique instrumentale d'Alex Beaupain "Au départ" retraçant l'histoire de la gauche sous François Mitterrand, de nombreux drapeaux étaient agités par des jeunes socialistes arborant des tee-shirts rose, vert ou rouge aux couleurs de leur champion avec parfois "FH for hope".

Puis François Hollande a donné une accolade à Lionel Jospin et Pierre Mauroy, avant de saluer chacun de ses ex-rivaux, embrassant Martine Aubry et Ségolène royal, son ex-compagne. Il a eu un tendre et bref aparté avec son actuelle compagne, Valérie Trierweiler, qui était assise au premier rang.

PORTRAIT DE FRANÇOIS HOLLANDE

Première publication : 22/10/2011

  • FRANCE

    L'UMP sonne la charge contre le PS lors de sa convention

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2012

    Pourquoi François Hollande inquiète tant l'UMP ?

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2012

    François Hollande élu candidat du Parti socialiste

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)