Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des émeutes éclatent au Gabon après l'annonce de la victoire de justesse d'Ali Bongo

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (2ème partie)

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (1ère partie)

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Offensive turque en Syrie : le casse-tête de Washington

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Venise, ses gondoles, ses canaux et... son cinéma !

En savoir plus

FOCUS

Crise des migrants : la rue, point de passage obligé pour les demandeurs d'asile à Paris?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

FACE À FACE

La démission de Macron, un nouveau coup dur pour Hollande

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, Macron tua le père"

En savoir plus

Afrique

Mobilisation massive des Tunisiens pour un scrutin historique

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/10/2011

Les électeurs tunisiens se sont déplacés en grand nombre pour élire une Assemblée constituante. Revivez les moments forts de cette première élection libre sur notre liveblogging.

  • Les Tunisiens se sont massivement mobilisés dimanche pour la première élection libre de l'histoire du pays pour élire une Assemblée constituante. Dans la soirée, l'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a annoncé que le taux de participation avoisinait les 70% sur l'ensemble des inscrits volontaires, soit 4,1 millions de Tunisiens.
  • Les résultats définitifs seront annoncés officiellement "mardi après-midi", a précisé Kamel Jendoubi, le président de l'Isie.
  • Toute la journée, les bureaux de vote n’ont pas désempli. Dès leur ouverture, de longues files d’attente se sont constituées. Les électeurs devaient départager 11 686 candidats répartis sur 1 517 listes présentées par plus de 100 partis.
  • Les islamistes du parti Ennahda sont donnés favori de ce scrutin historique.
  • En fin d’après-midi, ni l’Isie ni les observateurs internationaux n'avaient constaté de dysfonctionnement important. "Il n’y a aucune irrégularité majeure, mais des retards dus à la difficulté, pour certains électeurs, de trouver leur bureau de vote", a déclaré à l'AFP Michael Gahler, le chef de la mission d'observation de l'Union européenne en Tunisie.
  • Le scrutin était sécurisé par quelque 42 000 militaires et policiers. Plusieurs milliers d’observateurs locaux et internationaux ont également été dépêchés dans le pays pour s’assurer du bon déroulement du scrutin.

 

(Cliquez ici pour afficher le liveblogging sur votre application mobile)

Première publication : 23/10/2011

  • TUNISIE

    Rached Ghannouchi : "Nous comptons gouverner longtemps"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le scrutin du 23 octobre, source d’espoirs et d’inquiétudes

    En savoir plus

  • TUNISIE

    "Après 42 années d’exil, je peux enfin aspirer à la démocratie"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)