Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Et si la gauche assouplissait les 35 heures ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime l'entreprise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

En savoir plus

  • Hollande : Assad "n'est pas un partenaire de la lutte contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Contre-offensive des pro-russes à l'Est, Kiev en appelle à l'Otan

    En savoir plus

  • Macron prêt à autoriser "toutes les entreprises" à déroger aux 35 heures

    En savoir plus

  • Trafic présumé de bébés : le président du Parlement a quitté le Niger

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • La mère de Steven Sotloff implore le "calife" de l’EI d’épargner son fils

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

SPORT

Paris y a cru jusqu'au bout

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 23/10/2011

A 18 000 km d’Auckland, une foule de supporters s’est agglutinée devant l’écran géant installé sur la place de l’Hôtel de Ville de Paris à l’occasion de la finale du Mondial de rugby entre la France et la Nouvelle-Zélande. Reportage.

Sur la place de l’Hôtel de Ville de Paris, le soleil brille en cette fin de matinée d’automne, donnant au ciel un bleu fidèle aux couleurs du XV de France. Au cœur de la capitale française, où un écran géant a été installé pour permettre aux supporters de suivre la finale de la Coupe du monde de rugby entre la Nouvelle-Zélande et la France, l’ambiance n’est toutefois pas à la fête. Les joueurs de Marc Lièvremont viennent de s’incliner contre les All Blacks, après avoir livré leur meilleur match du tournoi.

Après la première mi-temps, comme Jérémie - 18 ans, dont cinq à supporter les Bleus de l’Ovalie -, beaucoup ont cru pourtant que les hommes de Marc Lièvremont allaient enfin renverser l’histoire et venir à bout de ces All Blacks que les Bleus aiment tant battre. "On est soulagé de les voir jouer de cette manière. L’équipe joue à fond sa chance. Ils sont au rendez-vous. Il faut continuer à les faire reculer."

Pour Sébastien, Christophe et Ludovic, si les Néo-Zélandais mènent au score à la mi-temps (5-0), les All Blacks semblent toutefois douter pour la première fois du Mondial. "On voit qu’ils nous craignent. Ils ont manqué leurs pénalités [Piri Weepu a raté trois pénalités, ndlr] et on les sent fébriles sur les impacts. En tout cas, ce n’est pas les mêmes Blacks qu’on a rencontré en phase de poules", explique Ludovic, supporter du RC Toulon quand il n’est pas derrière les Bleus.

Bandas, vin rouge, saucissons et bérets basques

Un groupe d’Anglais se détachent de la foule bleu-blanc-rouge. Ils sont à Paris pour fêter l’enterrement de vie de garçons d’un ami. En fans de rugby, ils n’ont pas hésité à se rendre à l’Hôtel de Ville pour suivre la finale et sont impressionnés par l’entame des Bleus. "Quand on a vu les Français se mettre en V devant les Blacks qui exécutaient leur haka, je me suis dit 'Game on !' ('C’est parti !'). On ne s’attendait pas à les voir jouer comme ça", confie Dan, coiffé d’un béret basque tricolore pour l’occasion.

Quand Craig Joubert, l’arbitre de la rencontre, siffle le début de la deuxième période, le public se projette à nouveau à 18 000 km de là. Cris et grognements viennent ponctuer les placages dévastateurs du capitaine français Thierry Dusautoir, qui finit par ouvrir, enfin, le compteur français. La place exulte mais le score penche toujours du côté "Néo-Z " (7-8). Alors on serre les rangs, on distribue verres de vin rouge et tranches de saucissons, en signe de solidarité franchouillarde.

Venus réchauffés l’atmosphère parisienne, les bandas du sud-ouest donnent un air de fête foraine à la rencontre. Mais les All Blacks ne veulent pas descendre du manège, accrochés à leur point d’avance. Après une série d’attaques françaises dans les dernières minutes, la foule se tait en espérant un essai du bout du monde. Il ne viendra pas. La Nouvelle-Zélande joue la montre en évitant le combat. Et la meilleure équipe de ce Mondial finit par s’imposer. "On a perdu mais le XV de France a fait taire les critiques des médias. Il lui manquait un tout petit quelque chose pour battre les Blacks. Peut-être quelques décisions de l’arbitre auraient pu faire la différence", conclut amèrement Julien, forcément triste de n’avoir pu célébrer une victoire qui paraissait si proche et si loin à la fois.


 

Première publication : 23/10/2011

  • COUPE DU MONDE DE RUGBY 2011

    Didier Camberabero : "Les Bleus méritaient de gagner"

    En savoir plus

  • COUPE DU MONDE DE RUGBY 2011

    Les Bleus "déçus" de l'arbitrage

    En savoir plus

  • COUPE DU MONDE DE RUGBY 2011

    La Nouvelle-Zélande sacrée championne du monde de rugby

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)