Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Afrique

"J'ai dû attendre quatre heures et demie pour voter"

Vidéo par David THOMSON

Texte par Aurélie BLONDEL

Dernière modification : 23/10/2011

Neuf mois après la chute de Ben Ali, les électeurs tunisiens se sont déplacés en nombre, dimanche, pour élire leur Assemblée constituante. "Aucune irrégularité majeure" à déplorer, selon la mission d’observation européenne.

"J'ai dû attendre quatre heures et demie pour voter, cette attente fut longue mais elle a été couronnée par un sentiment si jouissif quand j'ai mis mon bulletin de vote dans l'urne !" Comme "mimi mimi", une internaute qui s’est exprimée sur le site de FRANCE 24, les électeurs tunisiens se sont massivement rendus aux urnes ce dimanche pour élire leur Assemblée constituante, première élection libre organisée dans le pays depuis la fuite de Ben Ali. Deux heures avant la fermeture des bureaux de vote, le taux de participation était évalué à environ 70 % des personnes qui se sont inscrites sur les listes électorales cet été, selon Kamel Jendoubi, le président de l'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) chargé d’organisé le scrutin.

Petit tour des bureaux de vote en Tunisie...

"La Tunisie naît aujourd’hui"

Des files d’attente de plusieurs centaines de mètres se sont formées devant les bureaux de vote dès leur ouverture à 7h du matin (heure locale). "Devant un bureau de Tunis, un prof de science physique m’expliquait s’être levé à 5h du matin et avoir mis ses plus beaux habits pour l’occasion, ‘comme si c’était son premier jour d’école’", raconte Imed Bensaied, l’un des envoyés spéciaux de FRANCE 24 en Tunisie.

Neuf mois après le renversement de Zine el-Abidine Ben Ali, le 14 janvier, l’enjeu de cette journée historique - qui devait initialement être organisée le 24 juillet- était de choisir les 217 membres de l’Assemblée constituante qui sera chargée de rédiger la nouvelle Constitution du pays et de désigner un exécutif provisoire.

"La Tunisie naît aujourd’hui, le printemps arabe naît aujourd’hui", a déclaré pour sa part à Reuters Rached Ghannouchi, le fondateur du parti islamiste Ennahda ("renaissance", en arabe), considéré comme le grand favori du scrutin selon les sondages, dont une éventuelle victoire aux élections suscite l’inquiétude de tous les progressistes tunisiens. Ainsi, c’est sous les huées de plusieurs dizaines de personnes que celui-ci est sorti du bureau de vote, dans le quartier résidentiel d’El Menzah, dans l’agglomération de Tunis.

"Aucun parti ne s’intéresse à nos problèmes"

Les "Tunisiens semblent à la fois très fiers de participer à ce scrutin et en même temps un petit peu perdus devant les très nombreuses listes qui se présentent à eux", a constaté de son côté Sylvain Attal, autre envoyé spécial de FRANCE 24. Les électeurs devaient en effet départager 11 686 candidats répartis sur 1 517 listes présentées par une centaine de partis. "Nous avions l’habitude de ne pas avoir le choix, mais maintenant il y a tant de partis que nous ne savons pas qui choisir !", s'est ainsi exclamé un électeur un peu désemparé au micro de FRANCE 24.

Si la plupart des électeurs se sont mobilisés pour le scrutin, certains ont toutefois eu du mal à se passionner pour l’événement, ne voyant pas quel changement positif il pourrait leur apporter. C’est notamment le cas dans les régions les plus défavorisées du pays. "Je n’irai pas voter car aucun parti politique ne s’intéresse à nos problèmes", a par exemple affirmé un lycéen de Kasserine, dans le centre-ouest de la Tunisie, aux envoyés spéciaux de FRANCE 24, Adel Gastel et Jonathan Walsh.

Sécurisé par quelque 42 000 militaires et policiers, le scrutin s’est déroulé dans le calme. "Aucune irrégularité majeure" n’est à déplorer, a confié Michael Gaelher, le chef de la mission d'observation de l'Union européenne, à l’AFP. Les Tunisiens de France avaient, eux, été appelés à voter entre jeudi et samedi. L’annonce des résultats définitifs est attendue mardi après-midi, a annoncé le président de l’Isie lors d’une conférence de presse.

(Crédit photo : Imed Bensaied / FRANCE 24)

Première publication : 23/10/2011

  • TUNISIE

    Mobilisation massive des Tunisiens pour un scrutin historique

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Les Tunisiens votent en masse pour élire l'Assemblée constituante

    En savoir plus

  • TUNISIE

    "Après 42 années d’exil, je peux enfin aspirer à la démocratie"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)