Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Moyen-orient

L'UE menace Damas de nouvelles sanctions si la répression continue

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/10/2011

Par la voix de son président, Herman Van Rompuy, l'Union européenne a condamné une nouvelle fois "la violence contre la population" syrienne, se déclarant prête à prendre de nouvelles sanctions contre le régime de Bachar al-Assad.

AFP - L'Union européenne est prête à prendre de nouvelles sanctions à l'encontre de la Syrie si la répression des manifestations contre le régime ne cesse pas, a averti dimanche son président, Herman Van Rompuy.

Les dirigeants de l'UE, réunis en sommet à Bruxelles, "se sont déclarés fortement préoccupés par la violence contre la population" et "imposeront de nouvelles mesures restrictives contre le régime" si la répression ne cesse pas, a déclaré M. Van Rompuy devant la presse.

L'Europe a déjà adopté sept séries de sanctions contre Damas, notamment un embargo sur les armes et les livraisons de pétrole.

Les dirigeants européens ont également de nouveau appelé, dans la déclaration finale du sommet, le président syrien Bachar al-Assad à "quitter le pouvoir pour permettre une transition politique".

Les Européens "condamnent dans les termes les plus forts la brutale répression", qui a fait, selon l'ONU, plus de 3.000 morts depuis le début du mouvement de contestation.

Ils ont également demandé de nouveau "à tous les membres du Conseil de sécurité de l'ONU d'assumer leurs responsabilités en relation avec la situation en Syrie", précise le projet.

La Russie et la Chine ont mis au début du mois leur veto à un projet de résolution présenté par les pays occidentaux afin de condamner la répression, tandis que l'Afrique du Sud, le Brésil et l'Inde s'abstenaient.

Première publication : 23/10/2011

  • SYRIE

    La mort de Kadhafi galvanise la contestation syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'opposition syrienne menace de demander une intervention étrangère

    En savoir plus

  • SYRIE

    Al-Assad forme un comité chargé d'élaborer une nouvelle Constitution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)