Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Tibéhirine : "Nous voudrions expertiser" les prélèvements, dit Trévidic

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Inès Boujbel, PDG de Deyma

En savoir plus

POLITIQUE

Drame de Sivens : Placé dénonce "l’absence absolue d’empathie" du gouvernement

En savoir plus

POLITIQUE

Bruno Le Roux : il est "indigne" de servir du drame de Sivens

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

FOCUS

Liban : retour sur les affrontements à Tripoli

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Barrage de Sivens : après le drame, l'instrumentalisation politique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fondation Louis Vuitton : montez à bord du navire de Frank Gehry !

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un soldat français tué , 2 autres blessés dans le nord du Mali

En savoir plus

Moyen-orient

L'activité économique entre Ankara et le Kurdistan irakien est florissante

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/10/2011

Malgré l'opération menée par Ankara suite aux attaques du PKK ayant causé la mort de 24 soldats turcs mardi, le commerce entre la Turquie et la région nord de l'Irak prospère. La Turquie est la principale source d'importations du Kurdistan irakien.

AFP - Les affaires demeurent florissantes dans le nord de l'Irak entre Turquie et Kurdistan irakien en dépit de l'offensive menée depuis plusieurs jours par Ankara contre les rebelles kurdes du PKK dans cette région.

L'armée turque a lancé la semaine dernière une opération "d'envergure" des deux côtés de la frontière turco-irakienne après la mort de 24 soldats mardi dans des attaques du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Le nombre des soldats impliqués dans l'ensemble de l'offensive est évalué à 10.000.

Mais cela n'empêche nullement les affaires de continuer: "Les actuelles relations économiques entre la région du Kurdistan (irakien) et la Turquie sont très bonnes", affirme Fathi Mohammed al-Moudaris, conseiller au ministère du Commerce et de l'Industrie de la région autonome du Kurdistan irakien.

Mieux, elles se développent à grande vitesse et les deux entités envisagent même l'établissement d'une "zone industrielle et commerciale à la frontière", souligne-t-il.

Il ne croit nullement que la question du PKK puisse gêner ces échanges: "Non, ces problèmes politiques n'affecteront ni le commerce, ni l'activité économique entre la Turquie et la région" kurde d'Irak (KRG).

"Ceci n'est pas le problème du gouvernement régional kurde. (Notre) politique est de renforcer nos relations avec les pays voisins", explique-t-il.

Selon lui, 55% des entreprises étrangères opérant dans la région sont turques, et plus "de 800 compagnies turques sont déjà enregistrées auprès de notre ministère", a-t-il dit.

Les flux commerciaux entre Turquie et KRG ont atteint au moins 4 milliards de dollars en 2010, sans compter le pétrole et le gaz, qui sont gérés par le gouvernement irakien. "La Turquie est la principale source d'importations au Kurdistan irakien", souligne-t-il.

A Erbil, capitale de la région, les noms turcs et panneaux rédigés en turc sont omniprésents dans les magasins, banques et restaurants.

"L'Irak en général est l'un de nos trois principaux partenaires en termes de relations économiques. Et cette région est évidemment une priorité", souligne Aydin Selcen, le consul général turc à Erbil.

"Pour 2010, notre volume d'exportation total vers l'Irak est de 7,5 milliards de dollars. Nous estimons que 70% vont vers la région kurde irakienne", indique-t-il.

La Turquie compte selon lui 935 entreprises en KRG, dont beaucoup sont actives dans le secteur du pétrole et de la construction. Elle lui fournit aussi beaucoup de biens de consommation courante.

Lui non plus ne croit pas que la question du PKK puisse nuire aux liens existants, rappelant que ce conflit est vieux de près de 30 ans.

"Je pense que la relation entre le KRG et d'autres pays du Moyen-Orient, surtout la Turquie (...) s'améliore constamment", juge le Dr Mohammed Salman Barwary, qui enseigne l'économie à l'université Salaheddine à Erbil.

Mais cette relation est "déséquilibrée", déplore-t-il. "Nous importons de Turquie, mais nous n'exportons pas vers la Turquie (...) nous importons tout de la Turquie et d'autres pays de la région".

Quant au conflit Turquie-PKK, il ne devrait pas affecter le commerce, estime-t-il. "Je ne pense pas que les hommes d'affaires et les politiques kurdes (...) vont réduire leurs rapports" avec la Turquie, dit-il.

"Cela ne se joue pas entre notre régime et celui de la Turquie: je pense qu'il s'agit d'une question interne à la Turquie. Oui, le PKK est kurde, mais je crois que ce n'est pas notre problème. C'est un problème turc", juge-t-il.

Première publication : 24/10/2011

  • TURQUIE

    Vingt-quatre soldats tués lors d'attaques de rebelles kurdes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)