Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Primaire PS : Cafouillage autour de la participation

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dominique Dalcan, pionnier de la French touch

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, avec les forces spéciales françaises

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Trump lance son offensive protectionniste

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump à la Maison-Blanche: ça commence mal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Autriche : Alexander Van Der Bellen s'installe à la tête du pays

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Syrie : nouveau round de négociations à Astana

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matthieu Ricard : "C'est l'économie qui est au service de la société et non l'inverse"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 25/10/2011

"En finir avec la culture de la violence en Libye"

Presse internationale, Mardi 25 octobre. Au menu de la presse internationale ce matin, la reconstruction de la Libye, qui va devoir rompre avec 42 ans de culture de la violence, le soutien réel ou supposé de la France et des Etats-Unis au Kenya, et la fin annoncée de wikileaks.

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
  
On commence cette revue de presse internationale avec la Libye, aujourd’hui dévastée et où tout est à reconstruire.
 
Je vous propose de voir ce que dit de cette aventure qui commence Mohammed, un libyen anonyme qui signe ce matin une tribune dans The Guardian. Il écrit que, certes, Kadhafi a disparu, mais que le pays doit désormais se défaire de son héritage, rompre avec cette culture de la violence infligée à la Libye pendant 42 ans.
 
Une culture de la violence qui serait à l’origine de l’exécution sommaire d’au moins 53 Libyens, dont les cadavres ont été retrouvés dans un hôtel de Syrte.
Des exécutions sur lesquelles revient largement la presse ce matin, et notamment The Huffington Post, qui se fait l’écho de la demande de Human Rights Watch de voir les responsables de cette tuerie poursuivis en justice - des responsables à chercher, d’après l’association, du côté des insurgés.
«Si le CNT ne fait pas traduire les auteurs de ces exécutions en justice, cela voudra dire que ceux qui ont combattu Kadhafi peuvent agir sans jamais devoir rendre de comptes» dit Human Rights Watch.
 
A voir aussi ce matin ces révélations du New York Times, d’après lequel «des forces militaires étrangères», françaises et américaines, ont aidé les troupes kenyanes dans leur offensive contre les milices somalienne Shebab.
Ce sont des accusations qui ont été faites au journal par un porte-parole militaire kenyan, Emmanuel Chirchir, d’après lequel les forces terrestres kényanes ont été soutenues par la France. Des déclarations démenties par la France, qui dit qu’ «aucun bâtiment français n’a tiré sur le sol somalien, qu’il il n’y a pas de troupes françaises sur le terrain». Le porte-parole kényan qui dit aussi que les Etats-Unis ont fourni des informations, mais ne sont pas impliqués sur le plan logistique. Les Américains qui continuent de leur côté de nier tout soutien aux Kenyans.
 
Et puis il est question aussi ce matin des problèmes financiers de wikileaks, qui vont conduire à la mise en veille du site, d’après son fondateur Julian Assange.
Des difficultés qui sont liées à la mise au ban du site d’information par les sociétés de paiement en ligne, Visa, mastercard et autres paypal, après les révélations très embarrassantes de wikileaks notamment pour  le Département d’Etat américain.
Un boycott auquel The Guardian appelle à mettre fin ce matin: «qu’on le soutienne ou non, le site wikileaks fait un travail salutaire » écrit le journal.
 
Les Etats-Unis justement, sont en pleine campagne républicaine, une campagne sur laquelle revient The Huffington Post, qui s’intéresse particulièrement au rôle que va jouer l’électorat hispanique, un électorat de poids puisqu’il représenterait près de 10 millions de personnes - soit à peu près 7,5 % des électeurs – et auprès duquel les républicains mèneraient une campagne assez agressive.
 
Une cour un peu étrange selon The Daily Beast, puisqu’elle se double dans le même temps de discours très violents de la part de ce même camp républicain sur l’immigration clandestine sud-américaine.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/01/2017 Revue de presse internationale

"Trump à la Maison-Blanche: ça commence mal"

Au menu de cette revue de presse internationale, lundi 23 janvier, les négociations entre les rebelles et le régime syrien, qui s’ouvrent aujourd’hui à Astana. Le premier...

En savoir plus

23/01/2017 Revue de presse française

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

Au menu de cette revue de presse française, lundi 23 janvier, les résultats du premier tour de la primaire de la gauche. Benoît Hamon arrive en tête, devant Manuel Valls – deux...

En savoir plus

20/01/2017 Donald Trump

"C'est parti pour le show"

Toute la presse française titre ce matin, presque sans exception, sur l’investiture de Donald Trump. Les journaux reviennent également sur le dernier débat avant le premier tour...

En savoir plus

20/01/2017 Donald Trump

"Du neuf dans un nouveau monde"

La presse mondiale revient ce matin évidemment sur l’investiture de Donald Trump. La situation en Gambie n’est toutefois pas oubliée.

En savoir plus

18/01/2017 Revue de presse internationale

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

Au menu de la revue de presse internationale de ce mercredi, les commentaires des journaux anglo-saxons après le Brexit radical décidé par Londres. Les amateurs de jeux de mots...

En savoir plus