Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Refondation de l'Europe : les projets d'Emmanuel Macron sont-ils réalisables ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Patriat : "Ce couple franco-allemand est l'un des meilleurs que l'on puisse avoir"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Éric Coquerel : "Nous réclamons une commission parlementaire sur Alstom"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le président colombien Santos ne "regrette pas" l'accord avec les FARC

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le Rwanda fait le pari de la haute-technologie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Moïse Katumbi : "C’est un devoir pour moi d’aller sauver le peuple de RDC"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vidéo : en Colombie, l’art au service de la paix

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Referendum catalan : Madrid ou Barcelone... qui peut remporter le bras de fer ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Alstom bientôt sous pavillon allemand ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Dix mille personnes fuient les combats dans le sud du pays

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/10/2011

Les affrontements armés entre soldats et rebelles séparatistes musulmans philippins ont provoqué la fuite d'environ 10 000 habitants de la péninsule de Zamboanga, dans le sud de l'archipel.

AFP - Quelque 10.000 personnes ont fui leurs maisons dans le sud des Philippines au cours des derniers jours, en raison des affrontements armés entre soldats et rebelles séparatistes musulmans, a indiqué mardi un responsable de la défense civile.

Selon ce responsable, Adriano Fuego, un habitant sur sept des villes de Payao, Alicia et Talusan, sur la péninsule de Zamboanga de l'île de Mindanao (sud), ont quitté leurs habitations.

"Ils ont reçu des messages sur leur téléphone disant que les rebelles allaient attaquer les villes", a ajouté Adriano Fuego.

Beaucoup d'habitants sont partis avant l'arrivée des rebelles du Front moro islamique de libération (MILF), principal groupe de la rébellion sécessionniste musulmane, ce qui a permis d'éviter des victimes parmi les civils, a-t-il affirmé.

La veille, l'aviation philippine avait bombardé un village isolé aux environs de la ville de Payao, où sont retranchés, selon l'armée, des rebelles du MILF.

Il s'agissait des premières frappes aériennes dans cette région depuis 2008.

Ces rebelles, selon l'armée, se revendiquent du MILF mais ne répondent plus à son commandement et sont surtout impliqués dans des activités criminelles, dont notamment les enlèvements.

Les îles de Mindanao et de Basilan, toutes deux au sud, connaissent depuis dix jours une vague de violences, la plus meurtrière depuis des années.

Ces attaques et ces tirs interviennent alors que des négociations pour un accord de paix entre Manille et la rébellion musulmane ont repris au printemps.

Le MILF, qui compte quelque 12.000 combattants, réclamait à l'origine un Etat musulman indépendant dans le tiers sud des Philippines, pays majoritairement catholique. Il se bat maintenant pour l'autonomie.

Le gouvernement et les représentants du MILF ont repris des négociations de paix au printemps 2011, qui visent à mettre fin à l'une des rébellions les plus anciennes du pays.

La guérilla a fait plus de 150.000 morts depuis 1978 et abouti au déplacement de centaines de milliers de personnes.

Première publication : 25/10/2011

  • INTEMPÉRIES

    Les Philippines frappées par un second typhon

    En savoir plus

  • PHILIPPINES

    Ouverture à Manille du procès du responsable présumé du massacre de Mindanao

    En savoir plus

  • PHILIPPINES

    Le Parlement proclame Benigno Aquino président

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)