Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Merci la Grèce ?"

En savoir plus

#ActuElles

Sport : à quand la parité ?

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Colorado : la ruée vers le cannabis

En savoir plus

MODE

Mode masculine hiver 2015 à Paris, les libertés d'expression triomphent

En savoir plus

FOCUS

Législatives en Grèce : un scrutin décisif

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Manchester City-Côte d'Ivoire au Mondial : Yaya Touré se confie à FRANCE 24

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération des humanitaires à Bangui : Le chef anti-balaka Andilo ne sera pas relâché

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Abdallah, "grand défenseur des femmes" selon Christine Lagarde

En savoir plus

TECH 24

Alan Turing, le casseur de codes

En savoir plus

Afrique

Deux policiers condamnés à sept ans de prison pour le meurtre de Khaled Saïd

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/10/2011

Deux policiers ont écopé de sept ans de prison pour le meurtre du jeune égyptien Khaled Saïd en juin 2010, arrêté dans un cybercafé avant d'être battu à mort. Le militant était devenu une icône de la contestation contre le régime de Moubarak.

AFP - Deux policiers ont été condamnés mercredi à sept ans de prison pour leur implication dans la mort de Khaled Saïd, un jeune Egyptien battu à mort en juin 2010 et devenu une icône de la contestation qui a renversé le président Hosni Moubarak, ont indiqué les médias officiels.

Mahmoud Salah Mahmoud et Awad Ismaïl Souleimane étaient notamment accusés d'avoir procédé à une arrestation sans raison et pratiqué des actes de torture, selon l'agence officielle égyptienne Mena, qui ne précise toutefois pas pour quels chefs d'accusation ils ont été condamnés.

Khaled Saïd, 28 ans, avait été arrêté dans un cybercafé d'Alexandrie puis battu à mort.

La police avait d'abord affirmé que le jeune homme était décédé après avoir avalé de la drogue au moment de son arrestation.

Mais des experts médicaux avaient ensuite indiqué dans un rapport que Khaled Saïd était mort par asphyxie après avoir été battu et qu'un sac avait été placé dans sa bouche alors qu'il était inconscient.

Son décès avait provoqué la colère des militants pro-démocratie sur Facebook. Une page du réseau social dédiée à sa mémoire avait été lancé par le cybermilitant Waël Ghonim, intitulée "Nous sommes tous Khaled Saïd".

L'un des premiers appels à la révolte contre le régime de Hosni Moubarak, contraint à la démission en février dernier, avait été lancé au travers de cette page Facebook.
 

Première publication : 26/10/2011

  • ÉGYPTE

    L'Égyptien Khaled Saïd n'avait pas ingéré de drogue avant sa mort

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)