Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

FRANCE

Deux juges lillois dessaisis de l'affaire de proxénétisme liée à l'hôtel Carlton

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/10/2011

Le procureur de Douai a demandé le dessaisissement de deux juges lillois dans l'affaire de proxénétisme liée à l'hôtel Carlton de Lille, estimant que l'impartialité de la justice pouvait être mise en cause.

AFP - A la demande du parquet de Lille et au grand dam de la défense, le procureur général de Douai a demandé mardi le dessaisissement des deux juges lillois enquêtant sur une affaire de proxénétisme liée à l'hôtel Carlton, dans laquelle un policier a été mis en examen et le nom de DSK apparaît.

Confirmant une information de RTL, le procureur Frédéric Fèvre a indiqué à l'AFP avoir fait une demande en ce sens au procureur général, lequel "a jugé que l'impartialité et la sérénité de la justice étaient susceptibles d'être mises en cause" du fait de l'implication présumée dans ce dossier d'un avocat lillois et d'un haut responsable policier du Nord.

Le parquet général de Douai a donc adressé une requête à la chambre criminelle de la cour de Cassation, qui a huit jours pour statuer, selon M. Fèvre.

Me Frank Berton, avocat du directeur de l'hôtel Carlton Francis Henrion, a dénoncé "une atteinte à l'indépendance de la justice", voyant dans la perspective d'un dépaysement "un enterrement de première classe".

"Dans cette affaire, les investigations diligentées par les juges d'instruction ont mis en évidence la mise en cause d'un avocat pénaliste réputé et d'un fonctionnaire de police qui travaille quotidiennement avec les magistrats du TGI de Lille", a fait valoir le procureur.

Le magistrat a assuré que cette demande constituait une "procédure tout à fait normale et très classique".

Me Berton n'y voit quant à lui "pas une décision judiciaire, mais une décision politique", jugeant "évident" que Dominique Strauss-Kahn "ne sera pas entendu ou alors pas avant des mois et des mois". "On était en train de toucher du doigt les véritables responsables", a poursuivi l'avocat.

Interrogé à ce sujet, le procureur n'a souhaité faire aucun commentaire.

Le 16 octobre, l'ex-patron du FMI avait demandé à être "entendu le plus rapidement possible par les juges" en charge de l'enquête afin que "soit mis un terme aux insinuations et extrapolations hasardeuses et (...) malveillantes".

Dans cette affaire, huit personnes ont été mises en examen, parmi lesquelles le propriétaire et des responsables de l'hôtel Carlton de Lille, ainsi qu'un avocat et le commissaire Jean-Christophe Lagarde, chef de la sûreté départementale du Nord.

Ce dernier est soupçonné, avec des entrepreneurs nordistes, d'avoir participé à la mise en relation de prostituées avec Dominique Strauss-Kahn.

"Les deux seuls (l'avocat Emmanuel Riglaire et le commissaire Lagarde, ndlr) qui justifient qu'on dépayse ce dossier sont sous contrôle judiciaire à la demande du procureur", a ajouté Me Berton.

Parmi les mis en examen figure le patron d'une filiale d'Eiffage, qui aurait reconnu avoir réglé des frais liés à des parties fines auxquelles auraient notamment participé DSK et le commissaire divisionnaire Jean-Christophe Lagarde.

Le groupe de BTP a déposé lundi une plainte avec constitution de partie civile pour abus de biens sociaux, qui vise notamment cet entrepreneur.

L'affaire semble avoir un lien avec la mise en examen début octobre à Courtrai, en Belgique, de quatre personnes pour des faits de proxénétisme. Parmi elles se trouvent un chef d'entreprise français, Dominique Alderweireld, surnommé "Dodo la Saumure", ainsi que son épouse.

Première publication : 26/10/2011

COMMENTAIRE(S)