Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : la Syrie, une alliée inévitable ?

En savoir plus

DÉBAT

François Hollande expose la ligne diplomatique de la France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef

En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour le tournage de "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • En direct : Laurent Fabius à la conférence des ambassadeurs

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : le "double jeu dangereux" de Vladimir Poutine

    En savoir plus

  • La jeune garde des économistes français impressionne le FMI

    En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy annonce une prévision de croissance à la baisse pour 2012

Vidéo par Julie ALBET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/10/2011

Le président est intervenu jeudi soir en direct sur TF1 et France 2. Il est revenu sur le plan de sauvetage de la zone euro et a confirmé que la prévision de croissance de la France pour 2012 sera revue à la baisse, de 1,75 % à 1 %.

AFP - A six mois de la présidentielle, Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi à la télévision que le gouvernement présenterait rapidement un nouveau plan de rigueur budgétaire pour enrayer la crise, dans la foulée du plan de sauvetage de la zone euro adopté à Bruxelles.


Pour sa première émission télévisée en direct depuis huit mois, le chef de l'Etat a confirmé sur TF1 et France 2 que la prévision de taux de croissance retenue pour 2012 serait révisée à la baisse et passerait de 1,75 à 1%, et qu'il faudrait en conséquence réaliser "6 à 8 milliards" d'économies en plus pour tenir les objectifs intangibles de réduction des déficits.

Deux mois à peine après la première volée de mesures d'austérité annoncée par le Premier ministre François Fillon, ce nouveau tour de vis budgétaire devrait être annoncé "dans les dix jours", selon Nicolas Sarkozy, en tout cas après le sommet du G20 programmé les 3 et 4 novembre à Cannes.

S'il n'a pas fait d'annonces précises sur les modalités de ce plan, le président a suggéré qu'il faudrait "sans doute faire participer les importations" au financement de la protection sociale. Il a exclu "une augmentation généralisée de la TVA" qui "pèserait sur le pouvoir d'achat".

Alors que les agences de notation menacent de retirer à la France sa fameuse note "triple A" qui lui permet d'emprunter sur les marchés aux meilleurs taux, il a estimé que "le problème, ce ne sont pas les agences de notation, le problème c'est que nous dépensons trop".

Tout au long de son intervention, le chef de l'Etat s'est présenté en président "protecteur" et a défendu ses réformes emblématiques en assurant qu'elles avaient évité à la France les réductions des salaires ou des pensions imposées en Grèce, en Espagne, en Irlande ou au Portugal.

"Si nous n'avons pas eu a faire ça en France, c'est parce que nous avons fait la réforme des retraites à temps", a-t-il plaidé, "la réforme des retraites a protégé la France et a protégé les Français". De même que le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

Avant d'évoquer les conséquences purement intérieures de la crise de la zone euro, Nicolas Sarkozy a rendu compte longuement des détails de l'accord conclu la nuit dernière à Bruxelles avec ses partenaires européens, assurant qu'il avait permis d'éviter "une catastrophe".

Délibérément optimiste, il a dit faire "confiance" à la Grèce pour sortir de la crise, même s'il a qualifié d'"erreur" son entrée dans la zone euro il y a dix ans. "Si les Grecs font les efforts que nous leur avons demandés, ça ne coûtera rien à la France et ça ne coûtera rien à l'Europe", a-t-il promis.

Dans la même veine rassurante, il a indiqué que l'effort demandé aux banques, priées de renoncer à 50% de leurs créances sur la dette publique grecque, ne serait pas couvert par des "fonds publics".

Même opposé à toute forme de nationalisation, M. Sarkozy a toutefois annoncé qu'il allait confier à la Banque de France un "pouvoir de sanction et de contrôle" sur les établissements financiers afin de "veiller à ce que les pratiques du passé s'arrêtent", notamment en matière de versement de bonus. "Il est temps de penser aux clients, moins aux actionnaires", a-t-il assuré.

Le président a aussi répondu aux critiques de la gauche, qui s'inquiétait de l'appel des Européens aux investissements chinois, en assurant que l'indépendance de l'UE "ne sera en rien remise en cause".

Toujours largement devancé dans les sondages par le candidat socialiste à la présidentielle François Hollande, M. Sarkozy a redit qu'il annoncerait sa décision, plus que probable, de briguer un second mandat en 2012 "quelque part fin janvier, début février".

Sans surprise, la droite a applaudi sa prestation. François Fillon a vanté sa "détermination" et son "expérience" et le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé son "discours de vérité". A l'inverse, l'écologiste Eva Joly lui a décerné un "triple zéro", le patron des députés PS Jean-Marc Ayrault a raillé sa "machine à promesse" et Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) dénoncé son discours "pitoyable".

 

Première publication : 27/10/2011

  • ZONE EURO

    La spirale infernale de la crise des dettes souveraines

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La France doit-elle continuer à courir après son AAA ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)