Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

50 Cent, rencontre avec un rappeur hors norme

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le bistrot, une tradition française qui se perd

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, le long chemin de la reconstruction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le mépris de Donald Trump envers l'État de droit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La BCE poursuit sa politique monétaire accommodante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron : la fin de l'état de grâce ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Football : la Coupe d'Afrique des nations fait sa révolution

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 6 mois à la Maison Blanche

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 27/10/2011

Un ancien chef de l'IRA candidat à la présidentielle

Plus de trois millions d’Irlandais sont appelés aux urnes pour la présidentielle jeudi. Des candidats hétéroclites et inhabituels briguent ce poste honorifique. Parmi eux, Martin McGuinness, le candidat le plus controversé en raison de son parcours atypique.

L’Irlande vote aujourd’hui 27 octobre pour élire un nouveau chef d’Etat. Sept candidats sont en lice. Cette campagne présidentielle était placée sous le signe de la crise. Le pays, qui bénéficie depuis l’an dernier d’une aide financière de l’Europe et du Fonds monétaire international amorce une sortie de 3 ans de récession.

Avant le vote, les derniers sondages plaçaient l’homme d’affaire Sean Gallagher en tête de la course. Pendant la campagne dans un pays où le taux de chômage est de 14%, le candidat indépendant Sean Gallagher a su toucher l’électorat à son point sensible : l’emploi. Une tactique efficace dans une Irlande où les jeunes ont repris en masse le chemin de l’émigration.

L’électorat ne semblait pas reprocher à Gallagher d’être le candidat officieux de Fianna Fail, le parti qui a présidé à l’effondrement économique de l’Irlande et qui a été désavoué aux législatives de février. Peut être incarne-t-il le rêve doré d’une époque révolue. Une certaine nostalgie des années de l’essor du Tigre Celtique.

Mais lundi soir, la situation a changé avec une performance désastreuse lors du dernier débat télévisé, sur RTE. Le candidat indépendant Gallagher a dû expliquer son rôle dans le financement du parti qui était au pouvoir pendant les dernières 14 années. Et ses explications étaient peu convaincantes. La course est aussi devenue plus serrée entre Gallagher et le travailliste Michael D Higgins, le candidat du compromis, soutenu par la coalition au pouvoir.

Martin McGuinness, l’ancien chef de l’IRA devenu artisan de la paix en Irlande du Nord est en troisième position dans les sondages. Et dans ce scrutin proportionnel avec transferts des préférences de vote, ce seront sans doute les transferts des voix de M. McGuinness qui départageront Gallagher et Higgins. Martin McGuinness a quitté provisoirement son poste de Vice-Premier ministre d’Irlande du Nord pour se présenter dans cette élection : "Parce que je veux être aux côtés des Irlandais en cette période de crise", explique M. McGuinness, à France 24.

L’IRA (Armée républicaine irlandaise) a renoncé à la violence en 2005. Martin McGuinness est aujourd’hui un homme d’Etat charismatique, respecté à Londres comme à Washington. En Irlande du Nord, il est un élu reconnu. Mais de nombreux électeurs de république d’Irlande ont du mal à l’accepter comme président.

Pour la première fois aussi dans une campagne présidentielle irlandaise, un candidat ouvertement homosexuel est en lice. Sénateur haut en couleur, David Norris est le chouchou des quartiers branchés de la capitale. L'Irlande est en pleine mutation depuis 20 ans. L'Eglise catholique, secouée par des rapports accablant de centaines d'abus sexuels par le clergé a perdu beaucoup d'influence, surtout dans les villes. Nombreux sont ceux qui soutiennent le sénateur Norris. L’Irlande a récemment introduit une législation autorisant le partenariat civil, et la grande majorité des Irlandais était pour. Le sénateur Norris symbolise l’Irlande libérale, moderne, inclusive, cosmopolite, Par contre si on regarde comment certaines régions du pays ont voté dans les référendums par exemple sur le divorce, l’avortement, on doit se rendre compte que le soutien à David Norris "a du mal à passer pas la frontière urbaine", explique l’universitaire Michael Cronin.

Le président irlandais n’a qu’un pouvoir symbolique mais cette campagne a passionné l’Irlande, beaucoup plus que pour les précédentes, si l’on considère l’audience record des derniers débats télévisés. Peut être la présidentielle était-elle une sorte de compensation pour l’absence de souveraineté économique et politique du pays. En effet, depuis l’an dernier, l’Irlande a évité la faillite en recevant l’aide financière de l’Europe et du Fonds monétaire international. Et depuis, Bruxelles et New York dictent leur conduite à Dublin. Par exemple, en ce qui concerne le plan d’austérité drastique imposé aux Irlandais. Donc il y a une surcompensation symbolique dans cette élection présidentielle. Si les Irlandais ne sont plus maîtres de leur politique économique, ils peuvent au moins choisir la personnalité qui incarne la nation. Les résultats sont attendus à partir de vendredi 28 octobre, au soir.

Par Hervé AMORIC

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/07/2017 Irak

Irak : à Mossoul, le long chemin de la reconstruction

Pour les officiels de l'armée irakienne, la bataille de Mossoul est terminée : les dernières poches sous contrôle du groupe État islamique (EI) ont été reprises. Mais, bien que...

En savoir plus

20/07/2017 Afrique

Afrique du Sud : les abandons de bébés en hausse, les adoptions en baisse

En Afrique du Sud, plus de 3 800 bébés sont abandonnés tous les ans. Un chiffre qui ne fait qu'augmenter, tandis que les adoptions sont de plus en plus difficiles à finaliser. Le...

En savoir plus

19/07/2017 Migrants

Crise migratoire : en Italie, de plus en plus de mineurs à prendre en charge

L'Italie est le pays d'Europe qui subit la plus grande pression migratoire. Depuis janvier, plus de 85 000 migrants ont débarqué sur ses côtes, un chiffre en hausse de 20 % par...

En savoir plus

18/07/2017 Ukraine

Ukraine : l'agent "Kateryna" devenue icône de la lutte anticorruption

"Stop à la corruption" : c'était LA promesse du gouvernement pro-européen qui fut nommé après la révolution ukrainienne de 2014. Depuis, l'Ukraine a réussi à se doter d'un bureau...

En savoir plus

17/07/2017 Iran

Iran : le bilan reste mitigé, deux ans après l'accord sur le nucléaire

En Iran, en 2015, la population était descendue en masse dans les rues pour fêter la levée à venir des sanctions. Mais deux ans plus tard, le bilan est mitigé. Certaines...

En savoir plus