Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

EUROPE

Le Parlement européen récompense cinq militants du printemps arabe

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/10/2011

Le Prix Sakharov pour la liberté de l'esprit a été décerné jeudi à cinq militants du printemps arabe par le Parlement européen, pour leurs actions dans les révolutions tunisienne, égyptienne, libyenne ou au sein de l'opposition en Syrie.

AFP - Le Parlement européen a décerné jeudi son prestigieux Prix Sakharov pour la liberté de l'esprit à cinq militants du Printemps arabe, a-t-on appris de source parlementaire.

Les lauréats sont le protestataire tunisien Mohamed Bouazizi --honoré à titre posthume--, la militante égyptienne Asmaa Mahfouz, le dissident libyen Ahmed al-Zubair Ahmed al-Sanusi, l'avocate syrienne Razan Zeitouneh et le caricaturiste syrien Ali Farzat, a précisé cette source.

Mohamed Bouazizi, qui s'est immolé par le feu le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid, est décédé deux semaines plus tard. Son geste désespéré a déclenché un large mouvement populaire qui a mené à la chute du régime de Ben Ali.

Asmaa Mahfouz est l'une des fondatrices du "Mouvement des jeunes du 6 avril", qui avait lancé l'appel à se rassembler sur la place Tahrir au Caire, mouvement qui a conduit à la chute du raïs égyptien Hosni Moubarak.

Ont également été honorés Ahmed al-Zubair Ahmed al-Sanusi, 77 ans, un dissident libyen qui a passé 31 ans en prison en raison de son opposition au régime de Mouammar Kadhafi; Razan Zeitouneh, avocate de 34 ans qui dirige des comités coordonnant la révolte en Syrie; et enfin Ali Farzat, un caricaturiste de presse, gravement battu en août par les forces de sécurité syriennes qui lui ont cassé les mains.

La décision a été prise à l'unanimité des présidents de groupes politiques.

Le nom des lauréats doit être officiellement proclamé par le président du Parlement Jerzy Buzek à 08h30 GMT, devant les députés réunis en séance plénière à Strasbourg.

Les lauréats seront invités à venir chercher leur prix lors d'une cérémonie officielle en décembre.

Le Prix Sakharov --qui au fil des ans s'est imposé comme une sorte d'équivalent européen du Prix Nobel de la Paix-- récompense chaque année un défenseur des droits de l'Homme et de la démocratie.

Les cinq militants arabes ont été préférés à deux autres finalistes, dont les noms avaient été annoncés la semaine dernière: il s'agissait du défenseur bélarusse des droits de l'Homme Dzmitry Bandarenka et de la communauté colombienne de "campesinos" (fermiers) San José de Apartado.

La victoire finale des militants arabes était attendue, dans la mesure où leur candidature avait été présentée conjointement par les principaux groupes politiques au Parlement (conservateurs, socialistes, libéraux et écologistes).

L'an dernier, le Prix Sakharov avait été décerné au dissident cubain Guillermo Fariñas, qui a mené de nombreuses grèves de la faim contre le régime communiste de La Havane. Les autorités cubaines ne l'avaient pas autorisé à se rendre à Strasbourg pour recevoir son prix, en décembre 2010.

Parmi les autres anciens lauréats figurent l'ancien président sud-africain Nelson Mandela, la militante birmane Aung San Suu Kyi, l'ex-secrétaire général de l'ONU Kofi Annan --qui sont aussi Prix Nobel de la Paix-- ou encore le dissident chinois Hu Jia.

Première publication : 27/10/2011

COMMENTAIRE(S)