Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Economie

Pékin attend des clarifications avant d'investir davantage en Europe

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/10/2011

Klaus Regling, directeur du Fonds de secours européen, affirme qu'il n'est pas prévu d'accord immédiat avec la Chine sur des investissements. Pékin, prêt à soutenir l'euro, souhaite étudier les détails sur l'expansion du Fonds.

AFP - La Chine a indiqué vendredi qu'elle attendait des clarifications avant de s'engager à investir dans le nouveau mécanisme du Fonds européen de stabilité financière (FESF) qui pourrait être mis en place suite au dernier sommet européen de Bruxelles.

"Nous devons attendre les détails techniques pour y voir clair et entreprendre des études sérieuses avant de décider d'un investissement", a déclaré le vice-ministre chinois des Finances, Zhu Guangyao, lors d'un point de presse sur le déplacement du numéro un chinois Hu Jintao au G20 de Cannes (France) la semaine prochaine.

La zone euro a décidé lors de son sommet de crise à Bruxelles mercredi et jeudi de démultiplier la puissance de feu du FESF pour les pays en difficulté, l'Italie ou l'Espagne. Sa capacité d'intervention passerait à 1.000 milliards d'euros, contre 440 milliards.

Pour arriver à ce résultat, un système d'assurance-crédit sera offert aux investisseurs et un fonds spécial serait adossé au Fonds monétaire international pour accueillir les contributions de pays émergents, Chine en tête.

M. Zhu a expliqué que "l'investissement dans ce nouveau mécanisme (fonds spécial) n'est pas un investissement dans le FESF lui-même, ce n'est qu'un investissement garanti par le FESF" ajoutant qu'"il a été dit que les détails sur l'expansion du Fonds seraient connus fin novembre - début décembre".

Aussi la question ne sera-t-elle pas à l'ordre du jour lors du G20 de Cannes des 3 et 4 novembre, selon le vice-ministre chinois.

Le directeur du FESF, Klaus Regling, se trouvait à Pékin vendredi pour des discussions "régulières, a-t-il dit, au ministère des Finances et à la Banque centrale.

Première publication : 28/10/2011

  • ZONE EURO

    Les Bourses ouvrent en nette hausse après l'accord européen

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Les principales mesures adoptées par les dirigeants européens

    En savoir plus

  • "L'Europe remporte une bataille, pas la guerre"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)