Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Afrique

La CPI affirme avoir établi des "contacts informels" avec Seïf al-Islam Kadhafi

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/10/2011

Le procureur de la Cour pénale internationale, Luis Moreno-Ocampo, affirme avoir été en contact avec Seïf al-Islam via des intermédiaires. Le fils du défunt Guide libyen fait l'objet d'un mandat d'arrêt pour crimes contre l'humanité.

AFP - Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a affirmé vendredi avoir des "contacts informels" avec Seif Al-Islam, fils du défunt leader libyen Mouammar Kadhafi, au sujet de son éventuelle reddition à la Cour, qui le recherche pour crimes contre l'humanité.

"Nous avons des contacts informels avec Seif via des intermédiaires", a déclaré le procureur Luis Moreno-Ocampo, cité dans un communiqué : "le bureau du procureur lui a signifié très clairement que s'il se rendait à la CPI, il aurait le droit d'être entendu devant la cour, il sera innocent jusqu'à preuve du contraire".

Seif Al-Islam, 39 ans, est recherché par la CPI pour crimes contre l'humanité, dont le meurtre et la persécution, commis depuis le début de la révolte, à la mi-février, contre le régime de son père Mouammar Kadhafi, tué le 20 octobre à Syrte par des rebelles libyens.

Successeur officieux de son père, qui était lui aussi recherché par la CPI, et "premier ministre de facto" de l'ancien régime, selon la CPI, il fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la CPI émis le 27 juin et d'une "notice rouge" d'Interpol depuis le 9 septembre.

Selon un responsable touareg, Seif Al-Islam se serait rendu mardi à la frontière du Niger pour y chercher refuge tandis que le quotidien sud-africain Beeld avait assuré jeudi qu'un groupe de mercenaires sud-africains se trouvait toujours en Libye et tentait d'exfiltrer Seif Al-Islam.

"Nous avons en outre appris par des voies informelles qu'un groupe de mercenaires a offert de transférer Seif dans un Etat africain qui n'est pas un Etat partie au Statut de Rome", le traité fondateur de la CPI, a ajouté M. Moreno-Ocampo.

"Le bureau du procureur explore également les possibilités d'intercepter tout avion dans l'espace aérien d'un Etat partie pour procéder à une arrestation", a souligné le procureur argentin.

La CPI avait rappelé mercredi que le Niger, Etat partie au Statut de Rome, avait l'obligation de coopérer avec celle-ci en vue de l'arrestation de Seif Al-Islam au cas où il se trouverait sur le territoire nigérien.

M. Moreno-Ocampo a assuré vendredi que son bureau "redoublait d'efforts" pour que soient exécutés les mandats d'arrêt contre Seif Al-Islam et contre l'ancien chef des services secrets militaires libyens, Abdallah Al-Senoussi, également recherché par la CPI.

Selon des sources sécuritaires nigérienne et malienne, Abdallah Al-Senoussi serait passé du Niger au Mali avec quelques uns de ses hommes.

L'Otan a décidé vendredi de mettre fin à compter du 31 octobre à son opération de sept mois en Libye, se félicitant d'un succès "historique" et appelant le nouveau régime à "bâtir une nouvelle Libye" démocratique.

Le Conseil national de transition (CNT) avait de son côté demandé mercredi le maintien de l'Otan en Libye au moins "jusqu'à la fin de l'année", assurant que même après la mort de Mouammar Kadhafi ses derniers fidèles constituaient une menace pour le pays.

 

Première publication : 28/10/2011

  • LIBYE

    La mission de l'Otan en Libye prend fin le 31 octobre

    En savoir plus

  • LIBYE

    Mouammar Kadhafi a été inhumé dans un lieu secret

    En savoir plus

  • LIBYE

    Mouammar Kadhafi, du "chien fou du Moyen-Orient" au "roi des rois d'Afrique"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)