Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des troupes sénégalaises et nigérianes aux frontières de la Gambie

En savoir plus

FOCUS

Centrafrique : les déplacés disent adieu à contrecœur au camp de Mpoko

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Live by Night ", quand Ben Affleck joue les gangsters

En savoir plus

FACE À FACE

Primaire à gauche : Manuel Valls en difficulté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Brexit et météo : le froid s'installe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Un effet Trump" sur l'emploi américain ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : un camp de déplacés visé par erreur par l'armée, 52 morts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brexit rime avec "Frexit"

En savoir plus

Asie - pacifique

Bangkok menacée par une montée des eaux historique

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/10/2011

Des dizaines de milliers de Bangkokiens ont fui la capitale pour rejoindre le sud du pays, profitant d'un week-end de cinq jours décrété par le gouvernement. Dans certains quartiers de la ville, le niveau de l'eau a augmenté d'un mètre.

AFP - Les inondations qui touchent une partie de Bangkok, mais ont épargné son centre commercial et financier, devraient commencer à baisser d'ici quelques jours, a déclaré samedi la Premier ministre thaïlandaise.

L'impact sur le tourisme...

La capitale, qui compte 12 millions d'habitants, était en alerte maximum pour ce week-end de congés décrété à la hâte avant l'arrivée de masses d'eau colossales venues des plaines centrales du pays, et qui coïncidaient avec de grands coefficients de marée.

Mais la situation en début de journée semblait bien meilleure qu'annoncée.

"Si tout le monde travaille dur (...), les inondations à Bangkok vont commencer à baisser la première semaine de novembre", a indiqué Yingluck Shinawatra, après avoir déclaré que les eaux risquaient de noyer la ville pendant un mois.

Samedi, plusieurs districts du nord étaient toujours très inondés. Le niveau de l'eau a aussi augmenté, parfois jusqu'à un mètre, dans certains quartiers à l'ouest du fleuve Chao Phraya qui traverse la capitale.

La vieille ville, notamment le quartier chinois, a aussi été sévèrement touchée, forçant les touristes à se promener les pieds dans l'eau. Mais le centre-ville restait parfaitement au sec.

Mme Yingluck, qui a pris ses fonctions en août, a été vivement critiquée pour sa gestion de la crise, les déclarations contradictoires de son équipe et la plus grande confusion sur l'étendue du désastre.

Le Centre de secours (Froc), installé à l'aéroport Don Mueang (vols intérieurs, fermé au trafic aérien), a commencé à déménager samedi après avoir été à son tour gagné par les eaux et privé d'électricité.

Des dizaines de milliers de résidents de Bangkok, locaux comme étrangers, ont fui la ville et se sont installés dans des cités balnéaires du sud du pays.

La saison de mousson, particulièrement abondante, a déjà provoqué la mort d'au moins 381 personnes en Thaïlande. Plusieurs chancelleries ont déconseillé à leurs ressortissants de se rendre à Bangkok, mais l'aéroport international Suvarnabhumi fonctionnait normalement.

La Banque de Thaïlande a annoncé pour sa part une baisse de ses prévisions de croissance de 4,1% à 2,6% pour 2011, soulignant les lourdes pertes notamment pour la production agricole et l'activité manufacturière.

Première publication : 29/10/2011

  • THAÏLANDE

    Les habitants de Bangkok fuient la capitale menacée par les inondations

    En savoir plus

  • THAÏLANDE

    Les autorités décrètent trois jours de congés pour faire face aux inondations

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)