Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

  • Vidéo : Marine Le Pen voit la diplomatie française comme "un canard sans tête"

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • La dette française dépasse pour la première fois les 2 000 milliards d'euros

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

FRANCE

Au troisième jour de grève, Air France espère assurer 85 % de ses vols

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/10/2011

Alors que les hôtesses et stewards d'Air France entament leur troisième jour de grève consécutif, la compagnie aérienne espère maintenir 85 % de ses vols ce lundi. Les syndicats CFDT et CFTC se sont retirés du mouvement de contestation.

Mode d'emploi pour connaître l'état du trafic

Les voyageurs peuvent se rendre sur le site du groupe pour consulter les horaires ou sur les sites mobiles et les applications pour smartphones.

Les passagers peuvent aussi envoyer un SMS au 6 36 54 en indiquant leur numéro de vol (ex: AF6250) et recevront une réponse "en quelques minutes".

Depuis la France, les voyageurs peuvent aussi appeler le 01 57 02 10 58 (appel non surtaxé).

En cas d’annulations, de retards ou reports de vol, Air France dispose également d’un service informant directement ses clients sur leur téléphone portable, leur smartphone ou par courriel. Ce service est gratuit et disponible pour tous les passagers dans le monde, sans inscription ni abonnement.

Afin d’être averti personnellement, Air France recommande à ses clients de s’assurer qu’ils ont bien fourni à la compagnie un moyen sûr d’être contacté et avec lequel ils prévoient de voyager (téléphone, mobile ou courriel).

Air France indique que les clients peuvent modifier leur voyage prévu à ces dates "que leur vol soit annulé ou non" et indique que "si un vol a été annulé ou retardé de plus de 5 heures, le billet pourra être remboursé".

Pour cette démarche, le groupe invite ses clients à utiliser un formulaire disponible en ligne sur airfrance.fr à la rubrique "Gérer vos réservations/Obtenir un remboursement en ligne".

AFP - Stewards et hôtesses d'Air France ont entamé lundi leur troisième jour d'une grève qui a montré de premiers fissures, avec la sortie du mouvement de deux syndicats minoritaires, la CFDT et la CFTC, et l'entrée en lice de plusieurs ministres très critiques.

La direction s'est fixée lundi comme objectif de mettre en circulation 85% des vols prévus, même si, dans la matinée, quelque 70 vols ont été annulés au départ de Roissy (48 dont 4 long courriers) et d'Orly (20), sur le millier de vols prévus.

Cet objectif est rendu possible par la reconduction de mesures, déjà prises par la direction d'Air France depuis le début de la grève, comme le recours aux compagnies partenaires et à ses filiales, la limitation à 100 environ du nombre de passagers par avion sur la base d'une hôtesse ou steward pour 50 passagers, et le renfort d'environ 200 cadres.

La CFTC, qui a recueilli 8% des voix aux élections professionnelles de mars dernier, et la CFDT (4%), l'un et l'autre à l'origine de la grève contre une réduction du personnel de cabine avec l'Unsa (22%), le SNPNC-FO (21%), la CGT (10%) et SUD (6%) - ont décidé de sortir du conflit après avoir négocié une garantie de l'emploi jusqu'à fin 2012 avec la direction.

L'Unac, principal syndicat des quelque 15.000 hôtesses et stewards de la compagnie (28% des voix), ne s'est pas joint au mouvement.

Pour la direction la décision des deux syndicats minoritaires est "une bonne nouvelle qui vient confirmer l'essoufflement du mouvement (et qui) est bien la preuve que la porte du dialogue n'a jamais été fermée avec les syndicats", a déclaré à l'AFP Jean-Charles Trehan, directeur des relations presse d'Air France.

"Sur cette sortie de conflit en particulier, la CFDT et la CFTC ont été reçues à leur demande depuis ce week end", a ajouté M. Trehan.

L'Unsa et le SNPNC-FO se sont étonnés auprès de l'AFP de la décision conjointe de la CFDT et de la CFTC. "Il y a quand même un problème, la direction négocie avec deux syndicats qui ne sont pas représentatifs. Cela ne va pas", a déploré Stéphane Chausson, de l'Unsa.

Selon le délégué syndical CFDT, Cyril Jouan, les deux syndicats ont "obtenu des garanties sur l'emploi jusqu'à fin 2012". Ils seront associés à la présentation de la Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) sur trois ans, ce qui leur permettra de disposer d'une plus grande visibilité sur l'emploi dans l'entreprise.

Lundi matin sur RMC, le ministre délégué aux transports Thierry Mariani a de nouveau qualifié cette grève d'"irresponsable" et craint que celle-ci se traduise par de "nouvelles pertes" financières pour la compagnie confrontée à une rude concurrence.

Une tonalité déjà développée la veille par Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre du Transport et de l'Ecologie, et Xavier Bertrand, ministre du Travail, qui s'est également interrogé sur la mise en place d'un service minimum dans le transport aérien.

De son côté, le président PS de la commission des Finances de l'Assemblée nationale Jérôme Cahuzac a regretté qu'"il n'y ait pas de dialogue social pour prévenir ce type d'incident qui revient à prendre en otage certains de nos concitoyens souhaitant profiter de ce long week-end" de Toussaint.

Pour Philippe Poutou, candidat du NPA à la présidentielle, "il y a une légitimité complète des salariés d'Air France, c'est les conditions de travail qui se dégradent, des questions de sécurité, et derrière, ce sont des emplois menacés."

 

Première publication : 31/10/2011

  • FRANCE - TRANSPORTS

    La direction d'Air France espère maintenir 80 % des vols

    En savoir plus

  • AUSTRALIE

    Le gouvernement demande un arbitrage sur le conflit social chez Qantas

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    Jean-Cyril Spinetta reprend les commandes d'Air France-KLM

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)