Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

FRANCE

Incendie à la Réunion : la polémique enfle autour des moyens engagés

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/10/2011

Alors que l'incendie qui ravage le Parc national de l'île de la Réunion serait en passe d'être maîtrisé, la polémique enfle autour des moyens engagés pour lutter contre le feu. L'opposition dénonce notamment une aide aérienne "insuffisante".

AFP - La polémique a enflé lundi sur les moyens engagés par l'Etat pour lutter contre l'incendie qui ravage le Parc national de La Réunion, qualifié de "désastre écologique" par le ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet.

Depuis le 25 octobre, quelque 2.700 hectares de ce site classé au patrimoine mondial de l'Unesco ont été parcourus par le feu, mais le préfet de la collectivité d'outre-mer, Michel Lalande, s'est montré rassurant lundi soir.

"La situation s'est améliorée. L'enveloppe (surface globale, NDLR) du feu n'a pas crû depuis 48 heures. J'espère pouvoir dire à terme assez rapproché que le feu est circonscrit, et beaucoup plus tard que le feu est éteint", a-t-il déclaré sur la chaîne privée locale Antenne Réunion.

Depuis ce week-end, socialistes, communistes et écologistes, auxquels se sont joints lundi quelques élus locaux de droite, ont dénoncé les moyens aériens notoirement "insuffisants" pour arroser les flammes, jugeant incompréhensible de ne pas recourir à l'avion bombardier d'eau Dash-8 de la Sécurité civile.

Alors que sa collègue ministre de l'Outre-mer Marie-Luce Penchard viendra constater la situation sur place mercredi sur place, Mme Kosciusko-Morizet a expliqué à l'AFP qu'envoyer des avions bombardiers d'eau depuis la métropole prendrait "au moins six jours". En outre le ravitaillement du Dash-8 à l'aéroport de Saint-Denis nécessiterait des rotations de 40 minutes, ce qui le condamnerait à quatre ou cinq interventions par jour maximum.

Le terrain étant "très accidenté" il faut "des largages plus précis" et "les hélicoptères sont mieux adaptés", a encore dit la ministre, alors que 11 maires et parlementaires réunionnais de tous bords ont adressé lundi une lettre à Nicolas Sarkozy exigeant des "moyens de lutte aériens adaptés".

"Huit hélicoptères dont seulement quatre bombardiers d'eau opèrent sur la zone", ont protesté les signataires PS, PCR, MoDem, UMP. Depuis Paris, le Parti socialiste et le PCF se sont émus de cette situation.

Interrogé sur le non déploiement du Dash-8, le préfet a réaffirmé sur Antenne Réunion qu'il n'était "pas adapté" à ce feu, s'appuyant sur "le retour d'expérience de l'an dernier", lors d'un précédent incendie qui avait détruit en octobre 2010 quelque 800 hectares du site.

L'appareil "a mis du temps à venir, il est tombé en panne et il n'a pu voler que le matin" en raison de la couverture nuageuse, a souligné M. Lalande.

"Je suis un professionnel qui essaie de répondre à une crise, je ne rentre pas dans le calendrier électoral. Ce que nous avons à combattre est un feu d'humus, un feu souterrain", a-t-il dit, en expliquant que l'avion bombardier était inefficace pour ce genre d'incendie "qui se propage par les racines avec des résurgences à plusieurs centaines de mètres plus loin".

Dans la journée le préfet avait souligné l'importance des moyens humains au sol, qui seront renforcés mardi matin par des nouveaux effectifs venus de métropole, le nombre total des pompiers déployés devant dépasser les 800.

"C'est la main de l'homme" qui est seule capable de "fixer" l'incendie en l'attaquant au sol, a-t-il dit, rappelant qu'en 2010 le Dash était arrivé une fois l'incendie circonscrit et qu'il n'avait fait que noyer les zones traversées par le feu.

Dimanche, les responsables d'Europe Ecologie-Les Verts, Eva Joly et Cécile Duflot, avaient dénoncé "la réaction dramatiquement insuffisante de l'Etat et des autorités locales", des propos qualifiés lundi par l'UMP d'"indécents" et à visée "électorale".

Sur les ondes locales ou les réseaux sociaux, les Réunionnais ont crié leur colère. "On se sent sous-Français, sous-équipés", a écrit l'un d'eux sur Google.
 

Première publication : 31/10/2011

  • FRANCE

    Le Parc national de la Réunion en proie aux flammes

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les 35 sites français classés au patrimoine mondial de l'Unesco

    En savoir plus

  • FRANCE

    La Réunion fait son entrée au patrimoine mondial de l'Unesco

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)