Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Evasion fiscale : Juncker est-il crédible en "Monsieur propre" ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Harlem Désir, Secrétaire d'État aux Affaires européennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Beyonce fait le buzz avec son clip "fait-maison"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Laisser aux Arabes le temps de découvrir ce que c’est que la démocratie"

En savoir plus

SUR LE NET

Un livre sur la poupée Barbie indigne la Toile américaine

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

François Hollande revient à Florange

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dialogue de sourds ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mythes fracassés de la présidence Hollande"

En savoir plus

Afrique

L'Otan met fin à sa mission en Libye

Vidéo par Noémie ROCHE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/10/2011

Malgré la demande du Conseil national de transition de maintenir les troupes de l'Alliance atlantique jusqu'à la fin de l'année, l'Otan met fin à sa mission en Libye ce lundi soir, sept mois après les premières frappes aériennes.

REUTERS - L'Otan mettra officiellement un terme à son opération militaire en Libye à minuit (heure locale) ce lundi, sept mois après le début d'une campagne aérienne et maritime qui a largement contribué au renversement et à la mort de Mouammar Kadhafi.

En annonçant la fin de cette mission la semaine dernière, le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen a estimé qu'il s'agissait de "l'une des plus réussies" depuis la création de l'Alliance atlantique en 1949.

Mais l'intervention de l'Otan a suscité de vifs désaccords au sein de l'Alliance et duré bien plus longtemps que ne l'attendaient, ou ne le voulaient, les puissances occidentales.

Rasmussen était lundi en Libye pour rencontrer des représentants du Conseil national de transition (CNT) et de la société civile.

Visite surprise de Rasmussen à Tripoli

"Nous avons agi pour vous protéger. Ensemble, nous avons réussi", a dit Rasmussen lors d'une conférence de presse à Tripoli.

"A minuit ce soir, un chapitre réussi de l'histoire de l'Otan prendra fin (...) Nos commandants ont pris grand soin de ne pas vous blesser ni vous, ni vos familles", a dit le diplomate danois.

Le CNT souhaitait que l'Otan prolonge son opération mais elle a maintenu sa décision et dit ne pas s'attendre à jouer un rôle important dans l'après-guerre, même si elle pourrait contribuer à la formation des forces de sécurité.

Les membres de l'Otan souhaitaient une fin rapide à cet effort de guerre coûteux, imposé en pleine crise budgétaire.

L'opération a coûté à la France environ 300 millions d'euros, selon le ministre de la Défense Gérard Longuet. Les neuf derniers avions de combats français basés en Sicile et en Crète seront de retour à la fin de la semaine.

Les avions français ont été les premiers à entrer en action le 19 mars alors que les troupes de Mouammar Kadhafi s'apprêtaient à mener une contre-offensive à Benghazi, fief des rebelles.

26 000 sorties

Ce n'est que le 31 mars que l'Otan a pris le contrôle de la mission, sur la base des résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité de l'Onu.

Le but de l'opération "Protecteur unifié" était d'imposer un embargo sur les armes, une zone d'exclusion aérienne et d'empêcher par "tous les moyens possibles" les attaques ou les menaces contre les civils.

L'opération de l'Otan en Libye est la première dans laquelle les Etats-Unis ont cherché à laisser les premiers rôles à d'autres pays. Washington n'a pas ménagé ses critiques contre les capacités de ses alliés, incapables d'obtenir les résultats rapides qu'ils espéraient.

L'ambassadeur américain à l'Otan, Ivo Daalder, et le chef des opérations de l'Alliance, l'amiral américain James Stavridis, ont écrit dans le New York Times que les alliés devaient pallier les faiblesses révélées durant cette mission.

Tout en saluant un "réel effort d'alliance", dans lequel les Etats-Unis n'ont mené qu'un quart des missions aériennes, ils ont souligné que l'armée américaine avait joué les premiers rôles dans la destruction des défenses antiaériennes et dans l'apport de ressources essentielles dans le renseignement, la surveillance, la reconnaissance et le ravitaillement en vol.

La France et la Grande-Bretagne ont participé ensemble à un tiers des missions, essentiellement des frappes aériennes, et les autres à 40% des sorties, selon Daalder et Stavridis.

Quatorze membres de l'Otan et quatre autres Etats ont apporté un soutien matériel à l'opération mais seulement huit pays de l'organisation ont participé aux missions de combat. Plusieurs grands pays de l'Alliance atlantique, dont l'Allemagne, étaient opposés à l'intervention.

Au total, 26 000 sorties aériennes ont été effectuées, dont 9.600 missions d'attaque ayant détruit 5.900 cibles militaires.

L'aviation de l'Otan a notamment frappé le 20 octobre 11 véhicules du convoi dans lequel Mouammar Kadhafi tentait de quitter sa ville de Syrte. L'Alliance atlantique a dit ignorer que l'ancien "guide" se trouvait dans ce grand convoi.

Kadhafi a été tué le même jour et le CNT a proclamé la libération de la Libye le dimanche 23 octobre.

Première publication : 31/10/2011

  • Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l'OTAN

    En savoir plus

  • LIBYE

    Le CNT se dit déterminé à juger les meurtriers de Mouammar Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    Recherché par la CPI, Saïf al-Islam Kadhafi clame son innocence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)