Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Afrique

L'arrivée de Seïf al-Islam Kadhafi fait craindre une nouvelle rébellion touareg

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/10/2011

Sous le coup d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale, le fils de Mouammar Kadhafi pourrait ranimer la rébellion touareg dans le nord du Niger si son entrée dans le pays n'était pas négociée au mieux par les autorités nigériennes.

REUTERS - Le Niger risque de ranimer la rébellion des touaregs dans la partie désertique du nord du pays s'il négocie mal l'entrée sur son sol de Saïf al Islam, fils de Mouammar Kadhafi, estime un responsable des opérations humanitaires, dimanche.

Saïf al Islam se trouverait actuellement dans une zone montagneuse au sud de la Libye à la frontière avec l'Algérie et le Niger occupée par les touaregs qui vouent une fidélité à son père défunt pour le soutien qu'il leur avait témoigné dans leur insurrection.

Le Niger, qui dépend de l'aide internationale, n'a pas confirmé la présence d'Al Islam sur son territoire mais il a fait savoir qu'il respecterait ses engagements auprès de la Cour pénale internationale qui a lancé un mandat d'arrêt contre le fils de Kadhafi.

Le retour des combattants maliens de Kadahfi

"Si le gouvernement décide de le livrer (à la CPI), l'opinion nationale doit être consultée pour s'assurer que cela ne va pas créer de nouvelles tensions", estime Moustapha Kadi, coordinateur de l'action des ONG au Niger.

"Nous venons juste d'en terminer avec une rébellion. Nous ne souhaitons pas un nouveau conflit dans le Nord. Nous ne souhaitons pas de nouveaux enlèvements d'Occidentaux, ni d'attaques contre les bâtiments gouvernementaux", dit-il.

"Si la question du fils de Kadhafi n'est pas réglée correctement, cela pourrait déclencher des situations ingérables", poursuit-il.

Grâce à des négociations menées en partie sous la houlette de Kadhafi, le Niger et son voisin le Mali ont réussi en 2009 à conclure un accord de paix précaire avec les rebelles touaregs après deux années d'insurrection.

Mais depuis, les autorités de Niamey ont dû faire face à une multiplication des actions de groupes liés à Al Qaïda contre des ressortissants occidentaux dans la partie nord du pays qui abrite des mines d'uranium.

En 2010, un coup d'Etat a été mené par les soldats qui ont ensuite restitué le pouvoir aux civils au mois de mars.

Les sympathies pour Kadhafi se sont exprimées d'une manière plus évidente récemment, en particulier dans la ville d'Agadès où des centaines de personnes se sont rassemblées cette semaine dans la principale mosquée de la ville pour rendre hommage à la mémoire du dirigeant libyen défunt.

Des habitants interrogés par Reuters ont affirmé qu'ils étaient prêts à donner l'abri à Saïf al Islam et qu'ils manifesteraient s'il était extradé vers La Haye.

Le Niger a déjà accueilli plusieurs fidèles de Mouammar Kadhafi dont son fils Saadi qui n'est pas visé par la CPI. Niamey n'exclut pas de remettre Saadi aux nouveaux dirigeants
libyens mais seulement après avoir obtenu l'assurance qu'il bénéficiera d'un procès équitable.

"La manière dont Kadhafi a été exécuté suggère qu'il n'y a pas de preuve qu'il bénéficiera d'un jugement équitable", ajoute Kadi.

Selon lui, si Saïf al Islam sollicite l'asile du Niger, la décision devra prendre en compte les aspects humanitaires et les conséquences pour la sécurité du pays.

"Le gouvernement est libre d'étudier cela sans exclure la requête de la CPI. Nous devons privilégier les intérêts du Niger", a-t-il dit.

Première publication : 31/10/2011

  • LIBYE

    Recherché par la CPI, Saïf al-Islam Kadhafi clame son innocence

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    "L'arrivée de combattants kadhafistes renforce l'instabilité du Sahel"

    En savoir plus

  • SAHEL

    Le Niger affirme détenir des informations rassurantes sur les Français otages d'Aqmi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)