Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

Asie - pacifique

Inondations à Bangkok : la colère monte dans les quartiers nord, le centre toujours épargné

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/11/2011

Dans certains quartiers inondés du nord de Bangkok, les habitants manifestent leur mécontentement : ils accusent les autorités de les avoir sacrifiés pour protéger le centre de la capitale, toujours au sec.

AFP - Quelques centaines de personnes dont les habitations dans le Nord-Est de Bangkok sont inondées depuis des jours, ont réclamé lundi une évacuation plus rapide de l'eau, accusant les autorités de les sacrifier pour protéger le centre de la capitale toujours au sec.

Dimanche soir, plusieurs centaines de personnes selon la police s'étaient rassemblées près d'une écluse du district de Khlong Sam Wa, exigeant qu'elle soit ouverte plus largement qu'elle ne l'est actuellement pour évacuer plus vite l'eau qui submerge leur quartier.

Et beaucoup d'entre elles sont revenues lundi, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Le Centre de coordination des secours (Froc) a demandé l'aide de l'armée "dans les zones où il y a des conflits", a indiqué le ministre de la Défense Yuthasak Sasipabha, précisant que l'armée avait envoyé "200 hommes de la police militaire" autour de plusieurs écluses.

Plusieurs districts du nord et de l'est de la capitale sont inondés depuis plus d'une semaine après l'arrivée de masses d'eau colossales venues du nord, tout comme certains quartiers sur les rives du fleuve Chao Phraya qui traverse la ville. Et la situation dans ces zones "reste critique", a estimé lundi le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

Le centre financier et d'affaires de Bangkok est en revanche épargné par ces inondations historiques qui ont fait au moins 381 morts depuis fin juillet.

Samedi, des habitants avaient détruit une digue dans le nord de la ville, selon Ocha, qui a noté que "des tensions ont été rapportées entre autorités et habitants qui craignent que les digues n'empêchent l'eau d'être évacuée de leur district".

"Ma maison est inondée depuis deux mois et c'est pire depuis deux semaines. Ca m'arrive à la poitrine mais de l'autre côté, c'est sec. Je veux qu'ils ouvrent tout de suite l'écluse" de Khlong Sam Wa, a expliqué Samorn Sohwiset, 43 ans.

L'impact sur le tourisme...
Si "ils n'ouvrent pas l'écluse, je dois le faire moi-même. Ils s'intéressent à ces gens riches. Je suis pauvre, mais je suis aussi important", a commenté un autre habitant en train de creuser à la pelle une tranchée pour tenter d'évacuer l'eau en reliant les deux côtés du canal, de part et d'autre de la porte de l'écluse.

L'autorité administrative de Bangkok a assuré s'inquiéter du sort de la population dans son ensemble mais ne pas pouvoir faire plus pour ces habitants.

"Si nous permettons un plein débit de l'eau, elle ira vers les parcs industriels de l'Est et vers d'autres districts", a précisé son porte-parole Jate Sopitpongstorn.

Après la grande marée du week-end dernier, les autorités espèrent pouvoir évacuer vers le Golfe de Thaïlande les milliards de mètres cubes d'eau accumulés au nord à travers les nombreux canaux et fleuves dans et autour de Bangkok.

Ces inondations, les pires depuis des décennies, ont d'autre part provoqué l'arrêt de centaines d'usines.

La Premier ministre Yingluck Shinawatra a estimé lundi que la remise sur pied des parcs industriels inondés était "susceptible de prendre trois mois".

La Banque de Thaïlande a déjà abaissé la semaine dernière de 4,1% à 2,6% ses prévisions de croissance pour 2011.

 

Première publication : 31/10/2011

  • THAÏLANDE

    Les dissensions politiques compliquent la gestion des inondations

    En savoir plus

  • THAÏLANDE

    Le Japon disposé à faire travailler des ouvriers thaïlandais victimes des inondations

    En savoir plus

  • THAÏLANDE

    Bangkok menacée par une montée des eaux historique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)