Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen et Emmanuel Macron ou le bras de fer de la communication politique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Marcus Miller sur la scène du festival de jazz de St Louis

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine le Pen et Emmanuel Macron face aux salariés de Whirlpool

En savoir plus

FOCUS

Tchétchénie : des homosexuels persécutés se confient

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Django", "Aurore", "Après la tempête" : les sorties ciné de la semaine

En savoir plus

FACE À FACE

Présidentielle 2017 : deux France en duel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, le président du renoncement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump déclare une guerre commerciale au Canada

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Marine Le Pen, comme si de rien n'était"

En savoir plus

Afrique

Tunis lance un mandat d'arrêt international contre la veuve de Yasser Arafat

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/10/2011

Le ministère tunisien de la Justice a émis lundi un mandat d'arrêt international contre Souha Arafat, veuve du dirigeant palestinien Yasser Arafat. Elle serait poursuivie pour une affaire de corruption liée au clan Trabelsi.

AFP - La justice tunisienne a émis un mandat d'arrêt international contre Souha Arafat, la veuve du dirigeant palestinien Yasser Arafat, a-t-on appris lundi auprès du ministère de la Justice.

Le tribunal de première instance de Tunis a émis un mandat d'arrêt contre Mme Arafat, a indiqué à l'AFP le porte-parole du ministère de la Justice Kadhem Zine El Abidine, sans préciser les motivations de cette décision.

Selon des sites d'informations tunisiens, la veuve du dirigeant palestinien est poursuivie pour corruption dans l'affaire de "l'Ecole internationale de Carthage" qu'elle avait fondée au printemps 2007 (bien: 2007) avec Leïla Trabelsi, l'ex-première dame de Tunisie, dans la banlieue nord de Tunis.

Mandat d'arrêt à l'encontre de la veuve de Yasser Arafat



La création de cette école avait créé des remous, car elle avait entraîné la fermeture d'un établissement réputé, l'école Louis Pasteur-Bouebdeli.

Selon la presse tunisienne, des désaccords étaient rapidement apparus entre Leïla Ben Ali et Souha Arafat.

Le 14 août 2007, le président tunisien Zine El-Abidine Ben Ali avait déchu Mme Arafat de sa nationalité tunisienne, acquise en septembre 2006. Elle avait alors quitté la Tunisie pour Malte.

Dans une déclaration faite par téléphone samedi au quotidien arabophone Al Qods basé à Londres, Mme Arafat a affirmé n'avoir "plus aucun lien avec l'Ecole internationale de Carthage". "J'ai renoncé à cette école au profit d'Asma Mahjoub, la nièce de Leïla Ben Ali", déclare-t-elle.

Mme Arafat, Palestinienne de naissance, était l'assistante du chef de l'OLP (Organisation de Libération de la Palestine) Yasser Arafat pendant son exil en Tunisie, de 1982 à 1994. Elle l'avait épousé en secret en 1990. Leur mariage avait été révélé deux ans plus tard.

Après la mort du dirigeant palestinien en 2004, elle était revenue s'installer à Tunis et avait obtenu la nationalité tunisienne.

Issue de la bourgeoisie chrétienne palestinienne, Souha Arafat, 48 ans, était loin de faire l'unanimité dans la société palestinienne, en raison de ses goûts de luxe affichés, contrastant avec le mode de vie austère de son époux.

Elle a eu une fille avec Yasser Arafat, Zahwa.

En 2003, la France, où elle a longtemps vécu et dont elle a la nationalité, a ouvert une enquête préliminaire sur des transfert de fonds suspects sur son compte bancaire parisien.

En Tunisie, elle vivait dans la discrétion. Elle était cependant sortie de son silence en août 2006 pour démentir à l'AFP des rumeurs publiées dans la presse arabe selon lesquelles elle s'était remariée avec Belhassen Trabelsi, homme d'affaires et gendre de Ben Ali.

Première publication : 31/10/2011

  • TUNISIE

    Les islamistes remportent les élections constituantes avec 41,47 % des voix

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Cinq ans après la mort d'Arafat, les Palestiniens pleurent toujours leur "raïs"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)