Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Agents presque secrets" : gros bras, petits effets

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le rêve d’Europe des jeunes footballeurs ivoiriens

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle est la stratégie du président turc vis-à-vis des Kurdes ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle est la stratégie du président turc vis-à-vis des Kurdes ? (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La DCNS a subi des fuites massives de documents

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le sexisme, c'est terminé (selon les hommes)"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je rêvais d'un autre monde"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

Asie - pacifique

Le fisc chinois réclame 1,7 million d'euros à l'artiste contestataire Ai Weiwei

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/11/2011

Le fisc somme Ai Weiwei de régler 1,7 million d'euros sous 15 jours. L'artiste dissident, qui a récemment été détenu au secret pendant trois mois, dénonce un impôt "inique" et assure que le gouvernement cherche ainsi à lui imposer le silence.

AFP - L'artiste contestataire chinois Ai Weiwei a annoncé mardi à l'AFP être mis en demeure par les autorités fiscales de régler une somme de 15 millions de yuans (1,7 million d'euros), une mesure selon lui destinée à le "briser".

"Ils m'ont transmis aujourd'hui une mise en demeure écrite. Sans une quelconque explication. Nous avons demandé d'où venait ce chiffre, ils n'ont pu fournir une réponse claire", a expliqué Ai Weiwei, qui a récemment été détenu au secret pendant trois mois, officiellement pour évasion fiscale.

"L'avertissement dit que j'ai 15 jours pour régler", a-t-il poursuivi. "Si on ne paie pas, ils peuvent vous jeter en prison, éventuellement pour une durée allant jusqu'à sept ans".

Selon lui cet impôt est "inique", le gouvernement cherchant ainsi à lui imposer le silence.

Ai avait été détenu dans un lieu inconnu de début avril à fin juin, ce qui avait soulevé une vague d'indignation à travers le monde. Il vit depuis sous surveillance, sans pouvoir quitter Pékin.

"Durant mes 81 jours (de détention), les policiers ne faisaient référence qu'à ma subversion du pouvoir de l'Etat. Je suis donc très surpris qu'aujourd'hui ils évitent de parler politique pour mettre en avant cet impôt", a continué Ai Weiwei, artiste touche à tout et dissident qui ne ménage pas ses critiques contre le Parti communiste chinois.

"Cela montre que l'Etat peut arrêter n'importe qui ayant une opinion politique différente, puis utiliser par exemple un argument fiscal pour en faire un délinquant ou le briser".

Première publication : 01/11/2011

  • CHINE

    Pékin libère sous caution l'artiste dissident Ai Weiwei

    En savoir plus

  • CHINE

    Daniel Buren annule une exposition à Pékin en soutien à l’artiste Ai Weiwei

    En savoir plus

  • CHINE

    Onde de choc après l'arrestation du dissident chinois Ai Weiwei

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)