Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • EN DIRECT : Les quatre ex-otages libérés samedi ont atterri sur le sol français

    En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps de victimes du naufrage du ferry repêchés

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le fisc chinois réclame 1,7 million d'euros à l'artiste contestataire Ai Weiwei

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/11/2011

Le fisc somme Ai Weiwei de régler 1,7 million d'euros sous 15 jours. L'artiste dissident, qui a récemment été détenu au secret pendant trois mois, dénonce un impôt "inique" et assure que le gouvernement cherche ainsi à lui imposer le silence.

AFP - L'artiste contestataire chinois Ai Weiwei a annoncé mardi à l'AFP être mis en demeure par les autorités fiscales de régler une somme de 15 millions de yuans (1,7 million d'euros), une mesure selon lui destinée à le "briser".

"Ils m'ont transmis aujourd'hui une mise en demeure écrite. Sans une quelconque explication. Nous avons demandé d'où venait ce chiffre, ils n'ont pu fournir une réponse claire", a expliqué Ai Weiwei, qui a récemment été détenu au secret pendant trois mois, officiellement pour évasion fiscale.

"L'avertissement dit que j'ai 15 jours pour régler", a-t-il poursuivi. "Si on ne paie pas, ils peuvent vous jeter en prison, éventuellement pour une durée allant jusqu'à sept ans".

Selon lui cet impôt est "inique", le gouvernement cherchant ainsi à lui imposer le silence.

Ai avait été détenu dans un lieu inconnu de début avril à fin juin, ce qui avait soulevé une vague d'indignation à travers le monde. Il vit depuis sous surveillance, sans pouvoir quitter Pékin.

"Durant mes 81 jours (de détention), les policiers ne faisaient référence qu'à ma subversion du pouvoir de l'Etat. Je suis donc très surpris qu'aujourd'hui ils évitent de parler politique pour mettre en avant cet impôt", a continué Ai Weiwei, artiste touche à tout et dissident qui ne ménage pas ses critiques contre le Parti communiste chinois.

"Cela montre que l'Etat peut arrêter n'importe qui ayant une opinion politique différente, puis utiliser par exemple un argument fiscal pour en faire un délinquant ou le briser".

Première publication : 01/11/2011

  • CHINE

    Pékin libère sous caution l'artiste dissident Ai Weiwei

    En savoir plus

  • CHINE

    Daniel Buren annule une exposition à Pékin en soutien à l’artiste Ai Weiwei

    En savoir plus

  • CHINE

    Onde de choc après l'arrestation du dissident chinois Ai Weiwei

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)