Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le fisc chinois réclame 1,7 million d'euros à l'artiste contestataire Ai Weiwei

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/11/2011

Le fisc somme Ai Weiwei de régler 1,7 million d'euros sous 15 jours. L'artiste dissident, qui a récemment été détenu au secret pendant trois mois, dénonce un impôt "inique" et assure que le gouvernement cherche ainsi à lui imposer le silence.

AFP - L'artiste contestataire chinois Ai Weiwei a annoncé mardi à l'AFP être mis en demeure par les autorités fiscales de régler une somme de 15 millions de yuans (1,7 million d'euros), une mesure selon lui destinée à le "briser".

"Ils m'ont transmis aujourd'hui une mise en demeure écrite. Sans une quelconque explication. Nous avons demandé d'où venait ce chiffre, ils n'ont pu fournir une réponse claire", a expliqué Ai Weiwei, qui a récemment été détenu au secret pendant trois mois, officiellement pour évasion fiscale.

"L'avertissement dit que j'ai 15 jours pour régler", a-t-il poursuivi. "Si on ne paie pas, ils peuvent vous jeter en prison, éventuellement pour une durée allant jusqu'à sept ans".

Selon lui cet impôt est "inique", le gouvernement cherchant ainsi à lui imposer le silence.

Ai avait été détenu dans un lieu inconnu de début avril à fin juin, ce qui avait soulevé une vague d'indignation à travers le monde. Il vit depuis sous surveillance, sans pouvoir quitter Pékin.

"Durant mes 81 jours (de détention), les policiers ne faisaient référence qu'à ma subversion du pouvoir de l'Etat. Je suis donc très surpris qu'aujourd'hui ils évitent de parler politique pour mettre en avant cet impôt", a continué Ai Weiwei, artiste touche à tout et dissident qui ne ménage pas ses critiques contre le Parti communiste chinois.

"Cela montre que l'Etat peut arrêter n'importe qui ayant une opinion politique différente, puis utiliser par exemple un argument fiscal pour en faire un délinquant ou le briser".

Première publication : 01/11/2011

  • CHINE

    Pékin libère sous caution l'artiste dissident Ai Weiwei

    En savoir plus

  • CHINE

    Daniel Buren annule une exposition à Pékin en soutien à l’artiste Ai Weiwei

    En savoir plus

  • CHINE

    Onde de choc après l'arrestation du dissident chinois Ai Weiwei

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)