Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cyberattaque de Sony : quand les hackers deviennent des terroristes

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis - Cuba : "Somos todos americanos"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Cuba : la décision historique de Barack Obama

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Cuba - USA : un jour historique"

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

FRANCE

Arrivée de renforts pour lutter contre le feu du Parc national de La Réunion

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/11/2011

Près de 170 pompiers et deux avions bombardiers sont arrivés en renfort ce mardi pour lutter contre l'incendie du Parc national de La Réunion. Désormais contenu, le feu a ravagé 2 700 hectares depuis le 25 octobre.

AFP - Un détachement de 170 pompiers envoyé de métropole est arrivé mardi à Saint-Denis pour participer à la lutte contre l'incendie du Parc national de la Réunion qui est désormais "contenu", selon la préfecture de la Réunion.

"Le feu est maintenant contenu dans une enveloppe qui n'a pas bougé. Par conséquent on est en train d'entrer dans la seconde phase de la gestion de la crise qui va nous conduire lentement mais sûrement vers l'extinction de l'incendie", a déclaré à l'AFP M. Lalande, venu accueillir à l'aéroport de Gillot les renforts de pompiers arrivés de métropole.

"C'est dans ce contexte que s'inscrit la décision du gouvernement d'envoyer de nouveaux renforts terrestres et aériens. Il faut accélérer le retour à la normale", a-t-il ajouté.

Alors que la polémique enflait sur le manque de moyens affectés par l'Etat à la lutte contre le sinistre, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant avait annoncé lundi soir l'envoi de deux avions bombardiers d'eau Dash dans l'île pour participer à la lutte contre l'incendie.

Ces appareils étaient réclamés depuis le début de l'incendie par des élus locaux mais jugés "inadaptés" au relief accidenté de la zone de l'incendie par la sécurité civile et le préfet de la Réunion.

Interrogé sur ses déclarations faites encore lundi soir pour contester l'utilité des avions Dash, M. Lalande a déclaré à l'AFP que "le préfet exprime la position du gouvernement". "Je me réjouis que le gouvernement ait arrêté cette décision après un échange entre la préfecture de la Réunion et le ministère de l'Intérieur", a-t-il ajouté.

"Sur les sites accidentés, ce sont les hommes au sol qui peuvent éteindre le feu. Les avions n'apportent qu'un appui car les largages sont compliqués dans ce type de relief " a déclaré à l'AFP le lieutenant-colonel Eric Grohin, spécialiste des feux de forêt, à son arrivée dans l'île, à la tête d'un détachement de 171 pompiers. Ce renfort porte à plus de 400 hommes l'effectif envoyé de métropole pour participer à la lutte contre l'incendie du Parc national de la Réunion, classé en 2010 au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco.

"Votre arrivée fait chaud au coeur, vous allez travailler sur le front ouest de l'incendie où le feu est contenu depuis trois jours mais qu'il convient de fixer" leur a dit le préfet, dans une courte intervention sur le tarmac de l'aéroport. Le front ouest se situe sur les hauteurs de Saint-Paul et de Saint-Leu (ouest de l'île), zone où l'incendie se trouve au plus près des habitations.

L'incendie du Parc national, qui entre mardi dans sa deuxième semaine, a ravagé 2.700 hectares, selon le dernier bilan de la préfecture.

Première publication : 01/11/2011

  • FRANCE

    Incendie à la Réunion : la polémique enfle autour des moyens engagés

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le Parc national de la Réunion en proie aux flammes

    En savoir plus

  • FRANCE

    La Réunion fait son entrée au patrimoine mondial de l'Unesco

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)