Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bye Bye l'UE !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : "Félicité", portrait d'une guerrière du quotidien à Kinshasa

En savoir plus

FACE À FACE

Valls votera Macron : le ralliement de trop pour "En Marche" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

FOCUS

Italie : la maire populiste de Rome, Virginia Raggi, à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardives sont rarement désintéressées"

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence annuelle de l'AIPAC : quel avenir pour les relations israélo-américaines ?

En savoir plus

EUROPE

Athènes décide de remplacer l'intégralité de son état-major militaire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/11/2011

En proie à une crise économique et politique sans précédent, la Grèce a annoncé le changement des quatre têtes de l'armée ainsi que d'une dizaine d'officiers. Le gouvernement assure que ce remaniement était prévu de longue date.

AFP - La Grèce a annoncé mardi un changement de tout son état-major militaire, au milieu d'une crise politique qui pourrait entraîner la chute du gouvernement après la décision surprise d'organiser un référendum en Grèce sur le plan de sauvetage européen du pays.

Un conseil de sécurité de l'Etat, réuni sous la présidence du Premier ministre Georges Papandréou, a remplacé les quatre têtes de l'armée, le chef d'état-major des armées, les chefs d'état-major de l'armée de Terre, de la Marine et de l'Armée de l'air, et a déchargé de leurs fonctions une douzaine d'officiers de l'Armée et de la Marine, a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué publié dans la soirée.

Une source au sein du ministère a affirmé à l'AFP que les réunions avaient été programmées il y a longtemps, que ce grand remaniement était prévu et n'avait aucun lien avec la situation politique.

Mais les partis d'opposition ont immédiatement attaqué le gouvernement sur cette décision.

"Vous êtes finis, laissez les forces armées tranquilles", a ainsi déclaré Margaritis Tzimas, chargée des questions de défense au sein du parti Nouvelle Démocratie (opposition de droite), qualifiant le remplacement de l'état-major d'"anti-démocratique".

Les autres partis ont également questionné les motivations du gouvernement.

"Ceci renforce le climat d'incertitude et d'inquiétude dans l'opinion publique", a estimé la Gauche démocratique.

L'annonce surprise par M. Papandréou, lundi soir, de la tenue d'un référendum début 2012 et d'un vote de confiance vendredi a rallumé les spéculations sur un départ du Premier ministre et/ou la tenue d'élections anticipées, où le gouvernement ne dispose plus que d'une majorité de 152 députés sur 300 sièges.

Selon un connaisseur des moeurs politiques grecques, les chefs de gouvernement grecs, de quelque famille politique qu'ils soient, changent l'état-major militaire avant une alternance politique anticipée, en nommant des gens jugés favorables à leur camp.

Première publication : 01/11/2011

  • CRISE DE LA DETTE

    Paris et Berlin demandent une feuille de route pour l'application de l'accord de Bruxelles

    En savoir plus

  • CRISE DE LA DETTE

    Vent de révolte au sein de la majorité grecque après l'annonce du référendum

    En savoir plus

  • MARCHÉS

    L'annonce du référendum grec fait plonger les Bourses mondiales

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)