Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 policiers poursuivis pour homicide involontaire: les habitants de Baltimore exultent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : A la rencontre de l'homme qui a recueilli les témoignages

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Séisme au Népal : l'aide humanitaire internationale pressée par le temps

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centrafrique : des soldats français soupçonnés de viols sur des enfants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : une enquête s'est ouverte à Bangui

En savoir plus

FOCUS

Liban : la prison de Roumieh, un fief pour les jihadistes de l'EI

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"En France, les PME ont du mal à grandir"

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le pain, une tradition française

En savoir plus

FRANCE

"Charlie Hebdo" trouve refuge dans les colonnes de "Libé"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/11/2011

Bénéficiant de l'asile journalistique dans les colonnes de "Libération", les dessinateurs de "Charlie Hebdo" s'en sont donné à cœur joie dans l'édition de ce jeudi, en commentant avec humour l'incendie criminel de leurs locaux.

AFP - Les dessinateurs de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo commentent avec humour et mordant, dans les pages du quotidien Libération à paraître jeudi, l'incendie dont leur journal a été victime.

"Après la Grèce, sauver +Charlie+", titre en Une le quotidien, avec un dessin, signé Catherine, montrant Nicolas Sarkozy visiblement stressé qui s'écrie "quinquennat de merde" devant un Charlie Hebdo qui brûle.

Libération, qui accueille temporairement l'équipe de Charlie Hebdo, est renommé pour l'occasion "Libération - Charlie Hebdo", avec le nom de Charlie Hebdo qui apparaît derrière celui du quotidien.

En pages 2 et 3, une série de dessins, 16 au total, signés des figures de Charlie Hebdo : Cabu, Luz, Tignous, Riss, Jul, Coco, Willem, Catherine ou Honoré.

Différents registres d'humour y figurent, avec une bonne dose d'autodérision. "J'ai encore un gag désopilant", dit notamment un journaliste de Charlie Hebdo dans un dessin de Willem, entouré de militaires armés jusqu'aux dents, dont l'un s'écrie "J'en avais peur..."

"Charlie Hebdo a déménagé dans le 20e arrondissement. La crémaillère a mal tourné", commente un autre dessin de Tignous, montrant un journaliste devant du matériel détruit.

"Journal incendié: en pleines vacances scolaires? Ces gens-là n'ont rien de sacré !" commente un personnage d'un dessin de Jul, tandis qu'un autre affirme "La France inquiète : Charlie va perdre son triple A".



"Le vrai visage de Mahomet?", s'interroge, sur un autre ton, un dessin de Coco montrant un dragon crachant du feu.

Plusieurs dessins évoquent aussi le ministre de l'Intérieur Claude Guéant, qui s'est rendu mercredi sur les lieux de l'incendie. L'un d'eux montre le prophète Mahomet, qui déclare: "J'ai réussi à faire venir Guéant à Charlie. Même Val (ancien directeur de la rédaction et de la publication du journal, ndlr) ne l'avait pas fait".

En page 4, une reproduction de la Une du Charlie Hebdo de mercredi, rebaptisé "Charia Hebdo", avec Mahomet en couverture, accompagne un édito de Nicolas Demorand, directeur de la rédaction de Libération. "Il n’était pas question que l’hebdomadaire satirique soit absent des kiosques la semaine prochaine", souligne-t-il notamment, jugeant que le symbole aurait été "sinistre".

Nicolas Demorand avait proposé à l'équipe de Charlie Hebdo de "venir bénéficier de l'asile journalistique dans les colonnes" du journal à paraître jeudi.

Première publication : 03/11/2011

  • FRANCE

    L’incendie des locaux de "Charlie Hebdo" déclenche des réactions contrastées

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les locaux de "Charlie Hebdo" détruits par un incendie criminel

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)