Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

Economie

Au G20, Sarkozy plaide en faveur d'une taxe sur les transactions financières

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/11/2011

Le président français a plaidé, jeudi, lors de la première journée du G20 à Cannes, en faveur d'une taxe sur les transactions financières pour financer le développement des pays pauvres. Certains pays du G20 y sont, pour l'heure, opposés.

REUTERS - Nicolas Sarkozy a confirmé jeudi sa volonté de constituer un "groupe de
pays leader" pour la mise en œuvre d'une taxe sur les transactions financières, même s'il a reconnu que certains pays du G20 y restaient fermement opposés.

Rendant compte des travaux de la première journée du sommet du G20 réuni à Cannes, le président français a indiqué que cette taxe, qui doit servir au financement du développement des pays les moins favorisés, était "financièrement indispensable compte tenu de la crise et moralement absolument incontournable".

"Il n'y a pas consensus, certains pays y sont très opposés", a-t-il ajouté, pour noter toutefois "avec une grande satisfaction les déclarations de la présidente brésilienne et de la présidente argentine indiquant qu'elles n'avaient aucune opposition au principe" de la taxe et qu'elles étaient très ouvertes sur le sujet.

"Nous allons donc continuer des contacts pour constituer un groupe de pays leader en la matière", a-t-il indiqué.

Seule parmi les grandes économies, l'Allemagne s'est déclarée prête à suivre la France pour la mise en oeuvre de cette taxe qui pourrait ainsi voir le jour au sein de la zone euro.

A l'issue d'un entretien avec Nicolas Sarkozy jeudi matin, le président américain Barack Obama a reconnu le bien fondé d'une contribution de la finance au règlement de la crise économique et financière internationale tout en estimant que chacun devait rester libre de ses modalités.

Dégâts irréparables

Chargé par Nicolas Sarkozy d'un rapport sur les financements innovants pour le développement, le fondateur de Microsoft Bill Gates, un des plus grands philanthropes de la planète, a pressé jeudi les pays du G20 de ne pas tailler dans leurs budgets d'aide malgré la crise.

Il les a invités en outre à faire preuve d'innovation en la matière en faisant valoir que l'argent investi dans les vaccins ou de nouvelles semences permettait de sauver des milliards de vies.

"L'importance du leadership du G20 est capitale, tout particulièrement en ces temps difficiles", a-t-il dit. "Le monde n'équilibrera pas ses comptes en réduisant ses aides, mais il infligera des dégâts irréparables à la stabilité globale, à la croissance de l'économie mondiale et à la subsistance de millions de pauvres".

Première personnalité privée invitée d'un sommet du G20, Bill Gates a proposé des taxes sur les transactions financières, sur le kérosène ou sur le fioul pour le transport maritime, ainsi que sur le tabac comme moyen de lever de nouvelles ressources destinées aux pays les plus pauvres.

Selon lui, une charge de dix points de base (0,1%) sur les actions et de deux points de base (0,02%) sur les obligations rapporterait 48 milliards de dollars annuellement dans les pays du G20 et neuf milliards si les seules grandes économies européennes la mettaient en place.

Il propose en outre que les fonds souverains investissent 1% de leurs actifs dans le financement d'infrastructures dans les pays les plus pauvres, ce qui permettrait de lever 100 milliards de dollars ou plus sur dix ans pour ce secteur.

Première publication : 04/11/2011

  • GRÈCE

    Papandréou négocie avec l'opposition pour former un gouvernement d'union nationale

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    G20 : tous pour un et chacun pour soi

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    G20 : une première journée consacrée à la crise de la zone euro

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)