Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

Economie

Comment l’Italie est devenue le nouveau maillon faible européen

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 04/11/2011

Depuis quelques semaines, la pression exercée par les marchés financiers s’est portée sur l’Italie. À tel point que le pays semble être promis à un destin à la grecque. Une situation dans laquelle Silvio Berlusconi porte une part de responsabilité.

Grâce à un Premier ministre grec, Georges Papandréou, qui a focalisé toute l'attention du G20, ces 3 et 4 novembre, le président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, a pu passer un séjour cannois relativement calme. La chancelière allemande, Angela Merkel, a eu beau lui faire la leçon, jeudi, sur l’urgence de réduire la dette publique italienne, qui s’élève à près de 2 000 milliards d’euros (120 % du PIB), le "Cavaliere" a assuré le minimum syndical en promettant des mesures d’austérité dans les 15 jours à venir, comme l’a rapporté l’agence de presse Reuters.

Un petit échange d’amabilités qui reflète mal la zone de fortes turbulences dans laquelle l’Italie est rentrée ces dernières semaines. En cause : une défiance grandissante des investisseurs à l’égard de la troisième économie de la zone euro. Ils voient de plus en plus le pays comme le prochain sur la liste des États européens à devoir faire appel à une aide financière internationale.

Ainsi, depuis la mi-octobre, Rome doit-elle payer un taux d’intérêt supérieur à 6 % pour pouvoir emprunter de l’argent sur 10 ans sur les marchés financiers. “C’est un niveau alarmant, surtout que l’Italie devrait entrer en récession dans les prochains mois”, estime Rebecca Wilder, économiste au sein de Global Team Invest, une société d’investissements américaine. “Au-delà du taux lui-même, c’est son augmentation rapide - il était à un peu plus de 5 % en août - qui est de mauvais augure”, rajoute Céline Antonine, spécialiste de l’économie italienne à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

Le problème Berlusconi

“L’économie italienne a, en fait, un grave problème qui s’appelle Silvio Berlusconi”, écrivait, jeudi, sur le blog américain Econospeak, Barkley Rosser, un économiste à l’Université de Madison (Wisconsin). Les marchés financiers ne croient plus dans la capacité du “Cavaliere” d’imposer les mesures qui seraient nécessaires à faire baisser la dette. Ils doutent même de sa survie politique.

Le président du Conseil a, en effet, subi une série de rebuffades politiques ces derniers jours. Son cabinet a refusé, mercredi, de lui accorder le droit de recourir au décret pour faire entrer en vigueur des mesures d’austérité d’urgence. De plus, Silvio Berlusconi a appris, jeudi, depuis Cannes la défection de six députés de sa majorité qui ont appelé à la constitution d’un nouveau gouvernement. La nouvelle est d’autant plus mauvaise que Silvio Berlusconi doit faire adopter par le Parlement la semaine prochaine une réforme budgétaire cruciale et que sa majorité se réduit comme peau de chagrin.

Un climat politique délétère qui aboutit à ce que “sur les deux plans de rigueur adoptés en juillet et août dernier pour économiser environ 100 milliards d’euros d’ici 2014, seuls 30 milliards d’euros d’économie ont clairement été budgétés”, rappelle Céline Antonin pour qui la priorité pour rassurer les marchés est de résoudre la crise politique italienne.

Avis à Merkel et Sarkozy

Mais la politique ne fait pas tout. Les fondamentaux de l’économie font aussi grise mine. L’Italie est le pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à avoir enregistré le plus faible taux de croissance en 2011. Il a été de 0,1 % contre une moyenne de 0,8% pour l’ensemble des 27 États membres de l’organisation. “À cause de sa dette très élevée, l’Italie n’a pas pu, comme la plupart des autres pays, mettre en place un plan de relance et son économie n’a donc absolument pas pu rebondir après la crise”, explique Céline Antonin.

Dans ces circonstances, le destin économique de l’Italie n’est plus vraiment entre ses mains. “Si Rome veut éviter de se retrouver dans une situation à la grecque, elle doit espérer que la Banque centrale européenne (BCE) continue à racheter de la dette italienne et surtout que les autres pays de la zone euro réussissent à sauver la Grèce pour rassurer les marchés sur l’avenir de la monnaie unique”, affirme Céline Antonin. Message transmis à Angela Merkel et Nicolas Sarkozy.

Première publication : 04/11/2011

  • ITALIE

    Silvio Berlusconi se rend au G20 sans réforme concrète

    En savoir plus

  • SOMMET DE BRUXELLES

    Dans une lettre, Berlusconi s'engage à effectuer des réformes

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Les pressions de Bruxelles menacent l'avenir du gouvernement italien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)