Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

Economie

Comment l’Italie est devenue le nouveau maillon faible européen

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 04/11/2011

Depuis quelques semaines, la pression exercée par les marchés financiers s’est portée sur l’Italie. À tel point que le pays semble être promis à un destin à la grecque. Une situation dans laquelle Silvio Berlusconi porte une part de responsabilité.

Grâce à un Premier ministre grec, Georges Papandréou, qui a focalisé toute l'attention du G20, ces 3 et 4 novembre, le président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, a pu passer un séjour cannois relativement calme. La chancelière allemande, Angela Merkel, a eu beau lui faire la leçon, jeudi, sur l’urgence de réduire la dette publique italienne, qui s’élève à près de 2 000 milliards d’euros (120 % du PIB), le "Cavaliere" a assuré le minimum syndical en promettant des mesures d’austérité dans les 15 jours à venir, comme l’a rapporté l’agence de presse Reuters.

Un petit échange d’amabilités qui reflète mal la zone de fortes turbulences dans laquelle l’Italie est rentrée ces dernières semaines. En cause : une défiance grandissante des investisseurs à l’égard de la troisième économie de la zone euro. Ils voient de plus en plus le pays comme le prochain sur la liste des États européens à devoir faire appel à une aide financière internationale.

Ainsi, depuis la mi-octobre, Rome doit-elle payer un taux d’intérêt supérieur à 6 % pour pouvoir emprunter de l’argent sur 10 ans sur les marchés financiers. “C’est un niveau alarmant, surtout que l’Italie devrait entrer en récession dans les prochains mois”, estime Rebecca Wilder, économiste au sein de Global Team Invest, une société d’investissements américaine. “Au-delà du taux lui-même, c’est son augmentation rapide - il était à un peu plus de 5 % en août - qui est de mauvais augure”, rajoute Céline Antonine, spécialiste de l’économie italienne à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

Le problème Berlusconi

“L’économie italienne a, en fait, un grave problème qui s’appelle Silvio Berlusconi”, écrivait, jeudi, sur le blog américain Econospeak, Barkley Rosser, un économiste à l’Université de Madison (Wisconsin). Les marchés financiers ne croient plus dans la capacité du “Cavaliere” d’imposer les mesures qui seraient nécessaires à faire baisser la dette. Ils doutent même de sa survie politique.

Le président du Conseil a, en effet, subi une série de rebuffades politiques ces derniers jours. Son cabinet a refusé, mercredi, de lui accorder le droit de recourir au décret pour faire entrer en vigueur des mesures d’austérité d’urgence. De plus, Silvio Berlusconi a appris, jeudi, depuis Cannes la défection de six députés de sa majorité qui ont appelé à la constitution d’un nouveau gouvernement. La nouvelle est d’autant plus mauvaise que Silvio Berlusconi doit faire adopter par le Parlement la semaine prochaine une réforme budgétaire cruciale et que sa majorité se réduit comme peau de chagrin.

Un climat politique délétère qui aboutit à ce que “sur les deux plans de rigueur adoptés en juillet et août dernier pour économiser environ 100 milliards d’euros d’ici 2014, seuls 30 milliards d’euros d’économie ont clairement été budgétés”, rappelle Céline Antonin pour qui la priorité pour rassurer les marchés est de résoudre la crise politique italienne.

Avis à Merkel et Sarkozy

Mais la politique ne fait pas tout. Les fondamentaux de l’économie font aussi grise mine. L’Italie est le pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à avoir enregistré le plus faible taux de croissance en 2011. Il a été de 0,1 % contre une moyenne de 0,8% pour l’ensemble des 27 États membres de l’organisation. “À cause de sa dette très élevée, l’Italie n’a pas pu, comme la plupart des autres pays, mettre en place un plan de relance et son économie n’a donc absolument pas pu rebondir après la crise”, explique Céline Antonin.

Dans ces circonstances, le destin économique de l’Italie n’est plus vraiment entre ses mains. “Si Rome veut éviter de se retrouver dans une situation à la grecque, elle doit espérer que la Banque centrale européenne (BCE) continue à racheter de la dette italienne et surtout que les autres pays de la zone euro réussissent à sauver la Grèce pour rassurer les marchés sur l’avenir de la monnaie unique”, affirme Céline Antonin. Message transmis à Angela Merkel et Nicolas Sarkozy.

Première publication : 04/11/2011

  • ITALIE

    Silvio Berlusconi se rend au G20 sans réforme concrète

    En savoir plus

  • SOMMET DE BRUXELLES

    Dans une lettre, Berlusconi s'engage à effectuer des réformes

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Les pressions de Bruxelles menacent l'avenir du gouvernement italien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)