Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

Economie

Le cadeau de Barack Obama à Nicolas Sarkozy

Texte par Steven JAMBOT

Dernière modification : 04/11/2011

Une interview croisée des présidents américain et français sera diffusée ce soir à 20h sur TF1 et France 2, les deux principales chaînes françaises. Une première pour les deux hommes qui ont, jusqu’alors, donné des conférences de presse conjointes.

Pendant une quinzaine de minutes, au cours de la grand-messe que sont les journaux télévisés de 20h sur TF1 et France 2, le président français (et actuel président du G20) Nicolas Sarkozy et le président des États-Unis, Barack Obama, répondront aux questions des journalistes des deux chaînes. Une interview enregistrée le jour-même, à Cannes, en marge du sommet du G20. Contacté par FRANCE 24, le service de communication de l’Élysée affirme que l’initiative de l’interview croisée est venue des Américains.

Arnaud Mercier, spécialiste en communication politique associé au Laboratoire communication et politique du CNRS, expose son point de vue.
 

FRANCE 24 : Comment avez-vous accueilli l’annonce de cette interview croisée ?

Arnaud Mercier : Je suis un peu surpris de ce cadeau que fait Barack Obama à Nicolas Sarkozy. Le président américain met sa notoriété au profit de la restauration de l’image de son homologue français. Des échéances électorales approchent pour les deux hommes, mais j’ai du mal à croire que les Américains soient à l'initiative d'une telle interview. Qu’il y ait des intérêts convergents, pourquoi pas. Mais la demande ne doit pas émaner uniquement des États-Unis.

F24 : Est-il possible de dépasser le simple exercice de style ?

A. M. : Ce genre de "show télévisé" permet au président Barack Obama de se montrer en représentant des États-Unis à l’étranger. Mais en 15 minutes, il me paraît impossible que quoi que ce soit d’important soit révélé, surtout dans une interview enregistrée, sur deux chaînes avec deux journalistes. C’est tellement balisé que cela ne peut être que convenu, il ne peut rien en sortir. Mais à titre personnel, je ne vois pas l’intérêt de regarder cette interview.

F24 : Cette interview peut-elle être bénéfique pour la popularité de Nicolas Sarkozy ?

A. M. : L’actualité est très orientée vers l’international en ce moment. On sait depuis cet automne que dans sa stratégie de "représidentialisation", Nicolas Sarkozy va jouer la carte de l’international. Il tente de reprendre la main sur son statut de président. Cette interview croisée avec Barack Obama fait partie de sa stratégie. Mais il va lui en falloir plus pour regagner en popularité.

 

Première publication : 04/11/2011

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Au G20, Sarkozy plaide en faveur d'une taxe sur les transactions financières

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Papandréou négocie avec l'opposition pour former un gouvernement d'union nationale

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    G20 : tous pour un et chacun pour soi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)