Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les étudiants en colère

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Trump-Kim : rupture prononcée, paix envolée ?

En savoir plus

POLITIQUE

"Un personnage de roman" : Philippe Besson a suivi Emmanuel Macron pendant la campagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zabou Breitman, maîtresse de cérémonie de la 30e Nuit des Molières

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ministre rwandaise des Affaires étrangères : "Paris et Kigali ont pris un nouveau départ"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le football américain s'agenouille devant Trump"

En savoir plus

L’invité du jour

Barthélémy Toguo : "Il n’y a pas assez de musées en Afrique"

En savoir plus

FOCUS

Vietnam : à l'école des futures stars du football

En savoir plus

L'INFO ÉCO

VivaTech : Paris, capitale des start-ups pendant 3 jours

En savoir plus

Afrique

Plus d'une centaine de morts lors d'attaques dans le nord du Nigeria

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/11/2011

Au moins 150 personnes ont trouvé la mort vendredi lors d'une série d'attaques menées contre des postes de police et des églises à Damaturu, dans le nord du Nigéria. La région est souvent la cible des combattants de la secte islamiste Boko Haram.

AFP - Au moins 150 personnes ont été tuées et une centaine blessées dans le nord-est du Nigeria au cours d'une nouvelle série d'attaques revendiquées par la secte islamiste Boko Haram contre des postes de police et des églises dans la ville de Damaturu.
              
Un responsable des secours nigérians qui se trouvait samedi soir à l'hôpital de Damaturu a déclaré avoir "personnellement compté 150 morts".
              
Il a ajouté que certaines familles avaient récupéré les corps de leurs proches pour les enterrer réduisant le nombre de corps encore présents à la morgue à 97.
              
Auparavant, la Croix-Rouge avait déclaré que 63 personnes avaient été tuées tandis que la police faisait état d'un bilan de 53 morts dont 11 membres de ses forces.
              
Un membre de Boko Haram a revendiqué samedi les dernières attaques en série à l'explosif menées vendredi soir tout en menaçant de continuer "à attaquer" des cibles gouvernementales.
              
"Nous sommes responsables des attaques dans Borno (Etat dont la ville de Maiduguri est la capitale) et Damaturu", a affirmé à l'AFP par téléphone ce membre de la secte, Abul Qaqa.
              
"Nous allons continuer à attaquer des cibles du gouvernement fédéral tant que les forces de sécurité continueront à persécuter nos membres et civils vulnérables", a-t-il ajouté.
              
Le Nord-Est du Nigeria - pays le plus peuplé d'Afrique avec plus de 160 millions d'habitants - est en proie à de fréquentes attaques menées par des combattants de Boko Haram. Deux kamikazes se sont fait exploser vendredi près d'une base militaire à Maiduguri.
              
Boko Haram a revendiqué l'attentat suicide contre le siège de l'ONU à Abuja le 26 août, qui a fait 24 morts.
              
L'une des attaques menées vendredi dans la ville de Damaturu a été menée par un kamikaze qui a lancé sa voiture remplie d'explosifs sur un bâtiment de la police, a indiqué samedi à l'AFP un chef local de la police.
              
"C'était une attaque suicide à la bombe contre un de nos bâtiments. L'assaillant est venu à bord d'une Honda CRV et est rentré dans le bâtiment et les charges ont explosé", a déclaré par téléphone le chef de la police de l'Etat de Yobe, Suleimon Lawal.
              
Scènes de chaos et de désolation
             
A Damaturu, un journaliste de l'AFP a constaté qu'un bâtiment de deux étages abritant une unité anti-terroriste de la police, tout comme le quartier général de la police, avaient été visés.
              
Des scènes de chaos et de destruction étaient visibles dans la ville où des immeubles et des voitures étaient incendiés.
              
Un avocat cherchant un ami disparu s'est rendu samedi à l'hôpital de la ville.
              
"J'ai vu 60 cadavres à l'hôpital, tous emmenés hier (vendredi) après les attaques", a indiqué à l'AFP par téléphone l'avocat.
              
"Je suis ici pour chercher un ami qui n'est pas revenu chez lui hier (vendredi)", a-t-il ajouté.
              
L'hôpital général de Damaturu est en outre "plein de personnes ayant été blessées lors des attaques", a ajouté un responsable du gouvernement local.
              
"Je dis qu'il y a des centaines de blessés, ce n'est pas une exagération. Il y a des blessés partout", a-t-il ajouté.
              
Selon le journaliste de l'AFP, qui a visité la morgue de l'hôpital de la ville, la majorité des personnes tuées semblent être des policiers.
              
Les assaillants ont attaqué des postes de police et des églises avant d'engager le combat avec les forces de sécurité.
              
Ces nouvelles violences surviennent avant la grande fête musulmane de l'Aïd al-Adha, célébrée dimanche, mais de nombreux habitants de Damaturu ont d'emblée suspecter des membres de Boko Haram qui luttent pour une application stricte de la charia.
                               
Un quartier majoritairement chrétien
                          
La loi islamique a été réintroduite dans 12 Etats septentrionaux du Nigeria il y a une dizaine d'années.
              
A Damaturu, un maçon travaillant dans les locaux du quartier-général de la police au moment de l'attaque a indiqué avoir vu les corps de cinq policiers.
              
"J'étais en train de travailler dans le quartier-général de la police quand j'ai entendu une forte explosion. J'ai été projeté à terre et la vitre que je venais de poser a été soufflée par l'explosion. Je crois que j'ai vu cinq hommes morts (...) il s'agissait d'hommes en uniforme", a précisé Adamu Mohammed.
              
Dans un quartier majoritairement chrétien de la ville, appelée Jérusalem, six églises, un poste et un atelier de la police ont été attaqués à la bombe.
              
"Un poste de police et un atelier de réparation de la police ont été attaqués. Six églises de la zone ont aussi été la cible de bombes", selon un habitant Edwin Silas. "Toute la ville est traumatisée", a-t-il souligné.
              
Dans une autre ville de la région, Potiskum, une grenade a explosé près d'un poste de police. Un policier a ensuite été tué dans des échanges de tirs.
              
Le nord du Nigeria est majoritairement musulman, avec des minorités chrétiennes, le sud à dominante chrétienne.
              
 

Première publication : 05/11/2011

  • NIGERIA

    Une secte islamiste revendique l'attentat contre le siège de l'ONU à Abuja

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Une vingtaine de morts après une attaque d'islamistes présumés

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Un groupe islamiste revendique l'attentat contre le QG de la police à Abuja

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)