Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

asie

Un général américain limogé pour avoir critiqué le président Karzaï

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/11/2011

Le général américain Peter Fuller, commandant adjoint de la mission de l'Otan en Afghanistan (Isaf) a été relevé de ses fonctions vendredi en raison de ses récentes déclarations dans la presse, critiques envers le président afghan Hamid Karzaï.

AFP - Un responsable de la force de l'Otan en Afghanistan (Isaf), le général américain Peter Fuller, a été relevé de son commandement vendredi pour avoir déclaré à un quotidien que le président Hamid Karzaï était "coupé de la réalité", a annoncé l'Isaf dans un communiqué.

Le général (deux étoiles) Fuller était le commandant adjoint de la mission de l'Otan chargée de la formation de 352.000 soldats et policiers afghans d'ici octobre 2012.

La décision, prise par le commandant des forces internationales en Afghanistan, le général (quatre étoiles) John Allen, a été prise "à la suite des récents commentaires publics inappropriés" tenus par l'officier, précise le communiqué.

Dans un entretien au quotidien américain Politico jeudi, le général Fuller avait vivement réagi à une récente déclaration du président Karzaï, selon qui l'Afghanistan se placerait du côté du Pakistan en cas de guerre avec les Etats-Unis.

"Autant m'enfoncer une aiguille dans l'oeil. Vous rigolez, on vient de vous donner 11,6 milliards de dollars et maintenant vous nous dites +Je n'en ai rien à faire+", s'était-il emporté au cours de l'entretien.

Souvent présenté comme une personnalité changeante, le président Karzaï s'est à de nombreuses reprises placé en porte-à-faux avec les Etats-Unis, critiquant notamment les raids américains à l'origine de la mort de civils.

Selon le général Allen, cité dans le communiqué, "ces commentaires malheureux ne sont pas indicatifs de notre solide relation actuelle avec le gouvernement afghan, ses chefs ou de notre engagement commun pour l'emporter en Afghanistan".

Le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta a soutenu la décision du général Allen dans lequel il a "entière confiance", a affirmé à l'AFP un porte-parole du Pentagone, le capitaine de vaisseau John Kirby.

 

Première publication : 05/11/2011

  • DIPLOMATIE

    La paix en Afghanistan au cœur d'une conférence à Istanbul

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Une dizaine de soldats de l'Otan tués dans un attentat suicide à Kaboul

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    En visite à Kaboul, Hillary Clinton veut soutenir la réconciliation

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)