Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

EUROPE

Le Parti démocrate mobilise des milliers de manifestants à Rome

Vidéo par Nicolas GERMAIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/11/2011

Des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés samedi à Rome, à l'appel du Parti démocrate, principale force de l'opposition, pour réclamer le départ de Silvio Berlusconi. Ce dernier a réfuté les rumeurs de démission.

AFP - Le chef du Parti démocrate, principal parti d'opposition de gauche en Italie, Pier Luigi Bersani, s'est réjoui d'avoir rassemblé "une force énorme" en réunissant des dizaines de milliers de manifestants sur la grande place San Giovanni à Rome, samedi.

Après avoir entonné avec la foule l'hymne italien, M. Bersani a une nouvelle fois réclamé la démission de Silvio Berlusconi, affirmant que "l'Italie se trouve sur le versant plus exposé de la crise (de la zone euro, ndlr) à cause de la politique d'un gouvernement incapable et déconsidéré".

Le PD appelle depuis des mois au départ de M. Berlusconi et a souhaité la formation d'un gouvernement technique qui pourrait être soutenu par une nouvelle majorité regroupant la gauche et différents mouvements centristes. M. Bersani s'est dit également prêt samedi à des élections anticipées par rapport à l'échéance de 2013.

"Pour la reconstruction du pays, nous appelons les Italiens à nous mettre au défi de gouverner, nous montrerons que nous pouvons être un parti de réforme", a dit M. Bersani.

Après la mise sous surveillance de l'Italie par l'Union européenne et le FMI, le chef du PD a promis de "restituer à l'Italie sa dignité, son nom" et de "relancer le rêve d'une Europe ouverte sur l'avenir".

M. Bersani s'en est pris aussi aux partis de droite de la chancelière allemande Angela Merkel et du président français Nicolas Sarkozy, estimant que la droite européenne "a mis à genoux l'Europe en commençant par la manière dont elle a géré le problème de la Grèce".

Le meeting du PD avait été placé sous le mot d'ordre : "la Constitution italienne, la plus belle du monde".

Les manifestants étaient massés devant un grand podium aux couleurs du drapeau tricolore italien (vert, blanc, rouge) et beaucoup portaient des pancartes et banderoles appelant au départ du chef du gouvernement Silvio Berlusconi sous le slogan : "Silvio va-t-en !!".

"Plus vite on les met à la casse, mieux c'est", était-il écrit sur une autre placardée de photos de ministres de la majorité de centre-droit, mais aussi de l'avocat de M. Berlusconi Niccolo Ghedini, et de son avenante ex-hygiéniste dentaire promue conseillère régionale à Milan, Nicole Minetti.

Sur beaucoup de pancartes, on réagissait aussi avec dédain à des déclarations la veille à Cannes (où s'est déroulé le G20) de M. Berlusconi qui a affirmé que la crise n'était "pas forte" en Italie et que "tous les restaurants et les avions étaient pleins".

"Je vais au resto, mais pour faire la plonge", pouvait-on lire sur l'une d'elles.

Des manifestants portaient aussi des mannequins à l'effigie d'Umberto Bossi, le chef de la Ligue du Nord et allié clé du gouvernement.

"Honte, honte !" et Silvio démissionne !", étaient les slogans les plus répétés par la foule.

Matteo Renzi, jeune maire de Florence, considéré comme une étoile montante de la gauche, mais décrié parfois car jugé trop modéré, a été contesté à son arrivée par des manifestants dont certains l'ont traité de "communiste de droite", tandis que d'autres lui disaient d'"aller à Arcore", la résidence de M. Berlusconi où il avait été reçu il y a quelques mois pour un entretien privé controversé.

M. Renzi a répliqué en parlant du PD comme de "sa maison" et en estimant "absurde que l'on puisse envisager qu'il ne participe pas à la manifestation de son parti et n'exprime pas ses idées".

Première publication : 05/11/2011

  • ZONE EURO

    Comment l’Italie est devenue le nouveau maillon faible européen

    En savoir plus

  • ITALIE

    Silvio Berlusconi se rend au G20 sans réforme concrète

    En savoir plus

  • SOMMET DE BRUXELLES

    Dans une lettre, Berlusconi s'engage à effectuer des réformes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)