Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

Asie - pacifique

Israël évoque l'éventualité d'une frappe contre Téhéran

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/11/2011

Le président israélien Shimon Peres a évoqué dimanche l'éventualité d'une frappe contre l'Iran. Le chef de la diplomatie française Alain Juppé a aussitôt réagi, estimant qu'une attaque d'Israël créerait une "situation totalement déstabilisatrice."

AFP - Le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé a estimé dimanche qu'il fallait continuer dans la voie des sanctions contre l'Iran, jugeant qu'une attaque israélienne préventive "pourrait créer une situation totalement déstabilisatrice pour la région".

"Nous avons pris des sanctions que nous ne cessons de compléter, on peut encore les durcir pour faire pression sur l'Iran", a-t-il déclaré sur Europe 1.

"Nous allons continuer dans cette voie parce qu'une intervention militaire pourrait créer une situation totalement déstabilisatrice pour la région. Il faut tout faire pour éviter l'irréparable", a-t-il ajouté.

"Je souhaite que nous n'en arrivions pas là", a-t-il répété quant à la possibilité d'une attaque préventive israélienne.

"Si Israël est attaqué, la France se rangera à ses côtés pour assurer sa sécurité", a rappelé le ministre. Si Israël attaque? "Ce n'est pas la même chose", a dit Alain Juppé.

Le président israélien Shimon Peres a averti dimanche que "la possibilité d'une attaque militaire contre l'Iran est plus proche qu'une option diplomatique" avant la publication par l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA) d'un rapport sur l'Iran.

Vendredi, le président Nicolas Sarkozy s'était refusé à envisager l'hypothèse d'une frappe préventive contre les installations nucléaires de l'Iran, estimant qu'il existait encore "un chemin" entre ce scénario et les sanctions restées jusque-là largement vaines.

"L'Iran se comporte mal, a poursuivi Alain Juppé. Nous avons la conviction -- et le prochain rapport de l'AIEA ira vraisemblablement dans ce sens -- que son programme de développement de l'énergie nucléaire a des fins militaires et donc qu'il se prépare à avoir une bombe. Ce n'est pas acceptable. Ce n'est pas conforme aux traités internationaux et ce serait une menace déstabilisant l'ensemble de la région et au-delà".
 

Première publication : 06/11/2011

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Frappes militaires contre l'Iran : polémique au sein du gouvernement israélien

    En savoir plus

  • MOYEN-ORIENT

    Les deux navires de guerre iraniens sont arrivés en Syrie

    En savoir plus

  • MOYEN-ORIENT

    Les navires de guerre iraniens feront une "courte visite de routine" en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)