Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

FRANCE

Les hackers qui ont piraté le site de Charlie Hebdo menacent de s'en prendre à Libération

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/11/2011

Dans un entretien au JDD, un des pirates à l'origine de l'attaque contre le site de Charlie Hebdo menace de s'en prendre au quotidien Libération qui héberge l'hebdomadaire satirique depuis la destruction de ses locaux dans un incendie criminel.

AFP - L'un des membres du groupe de hackers turcs qui ont revendiqué le piratage mercredi du site internet de Charlie Hebdo, mis hors service, a affirmé, dans un entretien au Journal du Dimanche, "défendre son pays" et a menacé le quotidien Libération.

Les locaux de l'hebdomadaire satirique ont été détruits par un incendie criminel mercredi, le jour où paraissait un numéro dont la Une représentait le prophète Mahomet, "rédacteur en chef" d'un journal rebaptisé "Charia Hebdo". Le site internet du journal a en outre été victime d'un piratage informatique.

"Si Libération continue à publier ces dessins, nous nous occuperons d'eux aussi", déclare Ekber, un jeune homme de 20 ans, rencontré par Le Journal du Dimanche à Istanbul.

"Nous défendons notre pays et nos institutions", justifie Ekber auprès du JDD.

Ekber, membre du groupe de pirates turcs Akincilar et surnommé "Black Apple", explique: "Nous ne pensons pas avoir fait quelque chose de mal, ce n'est pas comme si nous avions siphonné des comptes bancaires. C'est une protestation contre une insulte à nos valeurs et nos croyances."

Cependant, selon le JDD, Ekber a tenu à se désolidariser de l'attaque au cocktail Molotov qui a ravagé le journal. "Nous ne soutenons pas la violence. L'islam est une religion de paix. Ces actes sont le fait de gens qui se servent de la religion", affirme le jeune homme, étudiant à l'université Isik et futur ingénieur informatique.

Ekber explique qu'il n'avait jamais entendu parler de Charlie Hebdo auparavant. Mais, après avoir lu sur internet des articles de journaux parlant de la sortie du numéro spécial baptisé "Charia Hebdo", raconte-t-il, le groupe Akincilar a décidé de réagir.

A la suite du piratage du site du journal satirique, la société Bluevision, qui assure son hébergement, l'avait mis hors service après avoir "reçu des menaces de mort".
              

 

Première publication : 06/11/2011

  • FRANCE

    L’incendie des locaux de "Charlie Hebdo" déclenche des réactions contrastées

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Charlie Hebdo" trouve refuge dans les colonnes de "Libé"

    En savoir plus

  • MÉDIAS

    Depuis son piratage, le site de "Charlie Hebdo" demeure absent du Net

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)