Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il y a trop de murs, les gens ne se parlent plus"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'ouragan Maria frappe les Antilles

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : nouveaux affrontements entre étudiants et policiers à Abidjan

En savoir plus

LE DÉBAT

Assemblée générale de l'ONU : Trump peut-il faire vaciller l'organisation ? (partie 2)

En savoir plus

Asie - pacifique

Le bilan des inondations dépasse les 500 morts

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/11/2011

Le gouvernement a annoncé dimanche que le bilan des inondations, qui frappent le pays depuis trois mois, avait dépassé les 500 morts. Des millions de personnes sont affectées et le centre de Bangkok est toujours menacé par la montée des eaux.

AFP - Le bilan des inondations qui sévissent en Thaïlande depuis plusieurs semaines a dépassé dimanche les 500 morts, a annoncé le gouvernement, au moment où les eaux continuent de menacer le centre de Bangkok.

Le bilan est désormais de 506 morts dans tout le pays, soit 60 de plus que le bilan précédent, communiqué il y a 24 heures. Pour le moment, aucun mort n'a été signalé à Bangkok.

Les inondations, provoquées par une mousson d'une ampleur exceptionnelle, ont commencé il y a trois mois et affecté des millions de personnes, principalement dans le nord et le centre du pays.

A Bangkok, au moins un cinquième de la mégalopole de 12 millions d'habitants est désormais noyée sous des eaux imprégnées de boue, de déchets toxiques industriels et ménagers et autres cadavres d'animaux, avec leurs lots de menaces sanitaires.

Mais le centre d'affaires et financier, coeur stratégique de la ville protégé par des kilomètres de digues, est pour l'instant toujours au sec et devrait le rester, au moins partiellement, avait indiqué samedi la chef du gouvernement, Yingluck Shinawatra.

Une digue de sacs de sable géants a été érigée dans le nord de la ville sur 6 kilomètres et de nouvelles pompes ont été installées dans certains quartiers, avait-elle ajouté.

Le marché Chatuchak, très prisé des touristes, était ouvert dimanche mais beaucoup de commerçants étaient absents après les appels à la vigilance lancé par les autorités.

Le métro continuait de fonctionner normalement. Un porte-parole du métro souterrain de Bangkok (MRT) avait indiqué vendredi que des stations devraient fermer si le niveau d'eau atteignait les 40 centimètres.

Les autorités tentent actuellement d'évacuer une énorme masse d'eau venue du nord par les canaux de l'est et de l'ouest de la ville.

Elles ont multiplié les déclarations contradictoires depuis le début de la crise, donnant l'impression de ne pas savoir exactement jusqu'où les inondations iront et à quel point le centre sera touché.

Plusieurs pays, dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, Singapour, le Canada et les Pays-Bas, ont recommandé à leurs citoyens de ne pas se rendre en Thaïlande pour le moment.

 

Première publication : 06/11/2011

  • Sur Les Observateurs

    Partir ou rester, le dilemme des habitants de Bangkok

    En savoir plus

  • THAÏLANDE

    Inondations à Bangkok : la colère monte dans les quartiers nord, le centre toujours épargné

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)