Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise au Burundi : regain de violences à Bujumbura

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Boko Haram au Nigeria : 2 nouvelles attaques font 150 morts.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Égypte face à Daesh

En savoir plus

POLITIQUE

Crise grecque : l'Europe dans la tourmente

En savoir plus

POLITIQUE

Terrorisme : quelles réponses face à la menace ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les druzes pris dans le tourbillon de la guerre en Syrie

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Crise grecque : la France et l'Allemagne auraient dû montrer l'exemple, selon Jean-Dominique Giuliani

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"À l'affiche !" à Paris : de la Préhistoire au musée du Louvre

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : Boko Haram, fléau du Nigeria

En savoir plus

Economie

Comment Paris entend économiser 65 milliards d’euros en quatre ans

Vidéo par Meriem AMELLAL

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 08/11/2011

Lundi, le Premier ministre français François Fillon a annoncé un nouveau plan d’austérité promettant un effort budgétaire de 65 milliards d’euros d’ici à l'exercice 2016. Le gouvernement compte économiser 7 milliards d'euros dès 2012.

Réforme des retraites, TVA, dépenses sociales, remboursement de l’assurance maladie ou encore impôts sur les sociétés : le Premier ministre français François Fillon a expliqué, lundi, comment il compte économiser 65 milliards d’euros d’ici à 2016 - dont 18,6 milliards sur les deux prochains exercices budgétaires.

Le chef du gouvernement a dévoilé un nouveau plan de rigueur, qui vient s’ajouter à celui annoncé le 25 août et visant à économiser 12 milliards d’euros. Le but principal de cette accélération de la rigueur "made in France" : le maintien du triple A. Pour rappel, l’agence de notation Moody’s avait annoncé, à la mi-octobre, qu’elle se donnait trois mois pour décider si la France méritait encore le fameux AAA permettant d’emprunter aux plus bas taux possibles sur les marchés.

La nouvelle potion d'austérité concoctée par le gouvernement devrait ainsi commencer à produire ses effets l’année prochaine. “Le budget 2012 sera le plus rigoureux depuis 1945”, avait prévenu François Fillon, samedi, peu après le G20 de Cannes.

Revue de détail de ce qui attend les Français ces prochaines années, selon le nouveau plan de rigueur.

Réhaussement du taux de TVA réduit : Le taux de TVA réduit, actuellement fixé à 5,5%, va passer à 7% à partir de janvier 2012. Cette TVA réduite concerne des produits aussi variés que l’eau, la nourriture pour le bétail ou les livres. François Fillon a précisé que pour certains biens “de première nécessité” le taux ne changera pas. Le seul exemple, cité par le Premier ministre, de produits exempts de cette hausse concerne “les équipements et les services à destination des personnes handicapées”. Le secteur de la restauration, qui bénéficiait également de la TVA à 5,5% depuis une réforme controversée en 2009, est également affecté par cette augmentation.

Accélération de la réforme des retraites : L’âge légal du départ à la retraite passera à 62 ans dès 2017 - et non 2018, comme prévu initialement par la réforme des retraites de 2010. Une petite année de moins, qui devrait, selon François Fillon, permettre à la caisse des retraites d’économiser 4,4 milliards entre 2012 et 2016.

Nouveau coup de rabot sur les niches fiscales : François Fillon veut économiser 2,6 milliards d’euros supplémentaires grâce à une nouvelle chasse aux niches fiscales. La loi Scellier est la principale victime de ce nouveau tour de vis. Ce dispositif permettait de faire des économies d’impôts pour ceux qui achetaient un bien afin de le louer. François Fillon a confirmé la mise à mort de cet avantage fiscal pour la fin 2012.

L’assurance maladie touchée : A partir de 2012, les caisses d’assurance maladie devront dépenser 700 millions d’euros de moins que prévu. “La progression des dépenses de l'assurance maladie sera ramenée à 2,5% à partir de 2012, au lieu de 2,8%”, a indiqué lundi le locataire de Matignon.

Les grands groupes mis à contribution : L’impôt sur les sociétés des entreprises dont le chiffre d’affaires est supérieur à 250 millions d’euros par an va augmenter de 5% à compter de 2012. Le Premier ministre a expliqué cette hausse par la nécessité de “mettre à contribution les grands groupes”. Il a cependant précisé que cette hausse serait temporaire.

Gel des prestations sociales : Mauvaise nouvelle pour les bénéficiaires des allocations familliales et des aides au logement : ces prestations ne seront pas indexées sur l’inflation de l’année prochaine, mais sur la croissance. En d’autres termes, elles n’augmenteront que de 1% - au lieu d’un peu plus de 2%.

Première publication : 07/11/2011

  • ZONE EURO

    La France doit-elle continuer à courir après son AAA ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)