Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

EUROPE

L'Eurogroupe demande des engagements par écrit à la Grèce

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/11/2011

La zone euro conditionne le versement de la sixième tranche d'aide à Athènes à l’engagement par écrit des deux principaux partis grecs à mettre en œuvre les décisions prises fin octobre sur un second plan de sauvetage.

AFP - La zone euro exige que les socialistes et la droite en Grèce, qui vont former un gouvernement de coalition, s'engagent par écrit à respecter les promesses d'économies budgétaires et de réformes avant le versement de nouveaux prêts, a annoncé lundi soir le président de l'Eurogroupe.
              
"Nous allons demander aux autorités grecques d'envoyer une lettre signée par les deux principaux partis, afin de réaffirmer" l'engagement du pays à respecter les mesures décidées pour assainir les comptes publics du pays ainsi que le plan de sauvetage du 27 octobre, a déclaré le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, à l'issue d'une réunion de ce forum à Bruxelles.
              
Cette lettre conditionnera le déblocage de la tranche d'aide de 8 milliards d'euros tirée du premier plan de sauvetage à la Grèce, vitale pour le pays qui risque sinon de se retrouver en cessation de paiement, a-t-il précisé.
              
Ce versement pourra intervenir "dans le courant de novembre" si cette condition est remplie, a précisé le commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn.
              
La zone euro avait donné son accord de principe il y a un peu plus de quinze jours quant au versement de cette somme, mais entre-temps la donne a changé, avec l'annonce d'un référendum en Grèce finalement abandonné et l'accord trouvé pour former un gouvernement d'union nationale, dont le Premier ministre Georges Papandréou ne devrait pas faire partie.
              
"Notre décision est toujours valide", a affirmé M. Juncker. "Nous attendons la confirmation par écrit que le gouvernement (d'union nationale) adopte tout cet ensemble de décisions", a-t-il poursuivi.
              
Le Premier ministre grec sortant Georges Papandréou et son rival conservateur Antonis Samaras sont parvenus lundi soir à un accord sur le nouveau chef du gouvernement de coalition qu'ils se sont engagés dimanche à former.
              
Selon la télévision publique du pays, le nom du nouveau Premier ministre sera annoncé mardi, en même temps que la composition de ce nouveau cabinet, censé sortir la Grèce de sa grave crise économique et politique.
              

 

Première publication : 07/11/2011

  • GRÈCE

    Georges Papandréou ne dirigera pas le gouvernement de coalition

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Athènes renonce à son projet de référendum sur le plan européen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)