Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Culture

Le prix Femina décerné à Simon Liberati pour "Jayne Mansfield 1967"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/11/2011

L'ouvrage "Jayne Mansfield 1967", paru chez Grasset, de Simon Liberati (photo) a décroché le prix Femina 2011. Par ailleurs, le Femina étranger a été décerné à l'écrivain américain Francisco Goldman, auteur de "Dire son nom" (Christian Bourgois).

AFP - Le prix Femina a été décerné lundi à Simon Liberati pour "Jayne Mansfield 1967" (Grasset), méditation sur le destin de cette blonde plantureuse, sex symbol brisé par Hollywood, qui se voulut star, finit en bimbo trash, avant de mourir sur une route à 34 ans, le crâne broyé.

Le journaliste et romancier Simon Liberati a été choisi au 1er tour par le jury par 9 voix contre 3 à Colette Fellous pour "Un amour de frère" (Gallimard).

Le Femina étranger est allé à l'Américain Francisco Goldman pour "Dire son nom" (Christian Bourgois) et celui de l'essai à Laure Murat pour "L'Homme qui se prenait pour Napoléon" (Gallimard).

"Ce prix est d'abord pour elle, pour Jayne Mansfield", a dit Simon Liberati, interrogé peu après l'annonce du prix. "Je suis d'abord content pour elle qui a eu une féminité très contestée, beaucoup caricaturée, et qu'elle soit couronnée par un jury de femmes, c'est quelque chose qui me touche beaucoup", a-t-il ajouté.

Né le 12 mai 1960 à Paris, Simon Liberati a notamment collaboré aux magazines FHM et Grazia après des études à la Sorbonne.

A 44 ans, il publia son premier ouvrage, "Anthologie des apparitions" (Flammarion), son troisième roman, "L'hyper Justine", obtenant le prix de Flore en 2009.

Auparavant, le personnage de son deuxième livre, "Nada exist" (2007), était un photographe de mode, passé de la célébrité à la dérive. Déjà l'attraction de Simon Liberati pour la déchéance ?

L'auteur s'en défend: "Ce n’est pas la décadence de Jayne Mansfield qui me plaît, mais son énergie. Elle dénichait toujours l’argent pour assurer un train de vie énorme. Elle me fascine depuis mes 17 ans."

"De sa vie, on ne se souvient que de sa mort", dit-il.

Jayne Mansfield s’est tuée dans un accident de voiture le 29 juin 1967, la nuit, sur la route 90 entre Beloxi et La Nouvelle-Orléans. Collision frontale de sa Buick avec un semi-remorque. L'une de ses perruques blondes flottait sur une branche, d’où la légende tenace de sa décapitation.

Loin d'une biographie de star, l’écrivain commence son roman par une description clinique de l'accident. Ce n'est qu'après une quarantaine de pages que le lecteur apprend l'identité de la passagère dont le crâne a éclaté contre le pare-brise.

Sous sa plume, la vedette de "La blonde et moi" qui se rêvait rivale de Marilyn Monroe reprend vie, par fragments.

Cette femme au QI de 163 et au tour de poitrine de 107 cm n'a tourné que des navets, collectionné les mariages ratés, a eu cinq enfants de trois pères différents, a plongé dans l’alcool, le LSD et la névrose...

Dès 1966, c'est le début de la chute. Oubliée des studios, devenue presque chauve, elle en est réduite à se déshabiller dans des bouges sordides.

"Déchue de son statut de movie star, elle était devenue une gigantesque attraction foraine à la manière de Lola Montès", écrit Simon Liberati dans ce roman sur le crépuscule d'une bombe blonde travestie en pionnière du kitsch.
 

Première publication : 07/11/2011

  • LITTÉRATURE

    Le Goncourt, cirque médiatique ou prix littéraire de prestige ?

    En savoir plus

  • LITTÉRATURE

    Alexis Jenni remporte le prix Goncourt, Emmanuel Carrère le Renaudot

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)