Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • Gaza : reprise des affrontements entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

Culture

Le prix Femina décerné à Simon Liberati pour "Jayne Mansfield 1967"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/11/2011

L'ouvrage "Jayne Mansfield 1967", paru chez Grasset, de Simon Liberati (photo) a décroché le prix Femina 2011. Par ailleurs, le Femina étranger a été décerné à l'écrivain américain Francisco Goldman, auteur de "Dire son nom" (Christian Bourgois).

AFP - Le prix Femina a été décerné lundi à Simon Liberati pour "Jayne Mansfield 1967" (Grasset), méditation sur le destin de cette blonde plantureuse, sex symbol brisé par Hollywood, qui se voulut star, finit en bimbo trash, avant de mourir sur une route à 34 ans, le crâne broyé.

Le journaliste et romancier Simon Liberati a été choisi au 1er tour par le jury par 9 voix contre 3 à Colette Fellous pour "Un amour de frère" (Gallimard).

Le Femina étranger est allé à l'Américain Francisco Goldman pour "Dire son nom" (Christian Bourgois) et celui de l'essai à Laure Murat pour "L'Homme qui se prenait pour Napoléon" (Gallimard).

"Ce prix est d'abord pour elle, pour Jayne Mansfield", a dit Simon Liberati, interrogé peu après l'annonce du prix. "Je suis d'abord content pour elle qui a eu une féminité très contestée, beaucoup caricaturée, et qu'elle soit couronnée par un jury de femmes, c'est quelque chose qui me touche beaucoup", a-t-il ajouté.

Né le 12 mai 1960 à Paris, Simon Liberati a notamment collaboré aux magazines FHM et Grazia après des études à la Sorbonne.

A 44 ans, il publia son premier ouvrage, "Anthologie des apparitions" (Flammarion), son troisième roman, "L'hyper Justine", obtenant le prix de Flore en 2009.

Auparavant, le personnage de son deuxième livre, "Nada exist" (2007), était un photographe de mode, passé de la célébrité à la dérive. Déjà l'attraction de Simon Liberati pour la déchéance ?

L'auteur s'en défend: "Ce n’est pas la décadence de Jayne Mansfield qui me plaît, mais son énergie. Elle dénichait toujours l’argent pour assurer un train de vie énorme. Elle me fascine depuis mes 17 ans."

"De sa vie, on ne se souvient que de sa mort", dit-il.

Jayne Mansfield s’est tuée dans un accident de voiture le 29 juin 1967, la nuit, sur la route 90 entre Beloxi et La Nouvelle-Orléans. Collision frontale de sa Buick avec un semi-remorque. L'une de ses perruques blondes flottait sur une branche, d’où la légende tenace de sa décapitation.

Loin d'une biographie de star, l’écrivain commence son roman par une description clinique de l'accident. Ce n'est qu'après une quarantaine de pages que le lecteur apprend l'identité de la passagère dont le crâne a éclaté contre le pare-brise.

Sous sa plume, la vedette de "La blonde et moi" qui se rêvait rivale de Marilyn Monroe reprend vie, par fragments.

Cette femme au QI de 163 et au tour de poitrine de 107 cm n'a tourné que des navets, collectionné les mariages ratés, a eu cinq enfants de trois pères différents, a plongé dans l’alcool, le LSD et la névrose...

Dès 1966, c'est le début de la chute. Oubliée des studios, devenue presque chauve, elle en est réduite à se déshabiller dans des bouges sordides.

"Déchue de son statut de movie star, elle était devenue une gigantesque attraction foraine à la manière de Lola Montès", écrit Simon Liberati dans ce roman sur le crépuscule d'une bombe blonde travestie en pionnière du kitsch.
 

Première publication : 07/11/2011

  • LITTÉRATURE

    Le Goncourt, cirque médiatique ou prix littéraire de prestige ?

    En savoir plus

  • LITTÉRATURE

    Alexis Jenni remporte le prix Goncourt, Emmanuel Carrère le Renaudot

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)